vendredi 24 juin 2022

VOUS AVEZ DIT « SANCTIONS » ?

LA PATHOLOGIE DES SANCTIONS
par P. Andrew sur son blog Orthodox England
Le mot « sanctionner » a une curieuse histoire.  À l'origine, il vient d'un mot latin signifiant «rendre sacré» et était utilisé dans les décrets de l'Église.  Cependant, après la Réforme protestante, en 1560, cela signifiait simplement décréter ou ratifier.  Ensuite, il a obtenu le sens de « approuver » (« Il a sanctionné l'usage de la force »).  Ce n'est qu'à partir des années 1630 qu'il a pris le sens moderne commun de « pénaliser pour imposer l'obéissance ».  Le mot est alors étroitement associé au moralisme protestant et aujourd'hui post-protestant, les tentatives d'imposer le conformisme en l'absence de toute sorte de spiritualité.

 Par exemple, aujourd'hui, le monde occidental post-protestant impose des "sanctions" à quiconque désobéit à sa volonté.  L'Occident contrôlé par les États-Unis sanctionne la Russie, le Venezuela, l'Iran, Cuba, qui il veut.  En effet, les États-Unis menacent de sanctionner les pays de l'UE ou tout autre pays du monde qui sortirait de la ligne.  ‘Tu n’es pas d’accord avec moi ?  Par conséquent, je vous bannis/annule/suspends ».  « Vous n'êtes pas d'accord avec moi ?  Vous n'existez plus ».  "Annulez la Russie".  Annulez toute personne qui n'est pas d'accord.  C'est une mentalité qui est partagée par de nombreux Américains dans les affaires ou dans d'autres domaines qui reçoivent, ou se donnent, une autorité tyrannique.

 Ils semblent penser qu'ils ont le droit divin d'interdire n'importe qui.  C'est pathologique.  Aucune personne normale ne se comporte de cette façon.  Son origine est certainement dans la mentalité sectaire puritaine.  Cela nous rappelle que certains des premiers colons arrivés en Amérique du Nord étaient des puritains insociables qui étaient si intolérants qu'ils ne pouvaient plus vivre en Angleterre côte à côte avec d'autres qui avaient des opinions différentes.  Plus tard, ils ont prouvé leur intolérance en se livrant à des chasses aux sorcières et en brûlant à mort des femmes innocentes.  Ces puritains ont également participé au génocide des autochtones dont ils avaient volé la terre et utilisé des esclaves.

 C'est cette intolérance que leurs descendants affichent encore aujourd'hui sur leur Facebook et Twitter et Instagram.  Car après la fin de la guerre froide, les États-Unis puritains se sont proclamés messagers de Dieu sur Terre.  Dans les années 1990, les moralistes laïcs prétentieux du monde post-protestant justifiaient toutes sortes d'impérialismes avec le terme "interventionnisme humanitaire", qui leur donnait le droit divin de bombarder qui ils voulaient.  Par exemple, George Bush a proclamé que Dieu lui avait dit d'envahir l'Irak.  Comment résister, quand on a été sanctionné ou menacé de l'être ?

 D'après mon expérience, nous devons nous séparer de telles attitudes, cultiver notre indépendance.  Des moyens indépendants ou le soutien d'autrui suffisent souvent.  Cette séparation doit être spirituelle, morale, sociale et financière.  Nous devons être indépendants.  Notre culture et notre histoire éprises de liberté doivent être défendues contre le pathologique et le sectaire.  Nous resterons sur les hauteurs spirituelles et morales.  Laissons Dieu s'occuper de telles personnes.  Car les sanctions se retournent toujours contre elles et deviennent suicidaires.  C'est exactement ce qui s'est passé aujourd'hui avec les sanctions anti-russes, dont l'Occident souffre terriblement.

Aucun commentaire:

Abonnement

abonnement par mail