jeudi 2 juillet 2020

"Si vous ne devenez comme de petits enfants…"

Quelle est la différence entre un prêtre orthodoxe noir et une petite fille blonde ?




— C'EST QU'IL EST CHAUVE ! 
a répondu la petite fille à laquelle le prêtre posait la question de leurs différences…

mardi 30 juin 2020

LE CARACTÈRE INSENSÉ, PERNICIEUX ET DANGEREUX DE LA "REPENTANCE"

Repent&Pay™ ?


Le monde entier observe avec consternation la génuflexion des Blancs aux États-Unis devant les descendants présumés d’esclaves africains, qui acceptent leur culpabilité et leur punition collectives.
Tout au long de l’histoire, le tribut a été considéré comme une alternative plus civilisée, moins violente et plus fiable et efficace à l’occupation, à la rapine et au pillage. Les races vaincues étaient souvent très heureuses de payer à leurs conquérants une part annuelle de leurs richesses afin d’être laissées inviolées et peut-être même protégées des autres envahisseurs, et de pouvoir conserver un semblant de leur ancienne dignité. Les relations fondées sur le tribut se sont parfois améliorées avec le temps.

Un exemple célèbre est celui de la Horde d’or, qui a régné sur la Russie pendant quelques siècles. Elle a commencé par la rapine et le pillage, puis a évolué vers des relations basées sur le tribut et a finalement abouti à un arrangement relativement satisfaisant fondé sur la reconnaissance et le respect mutuels, où les descendants de Gengis Khan, qui régnaient depuis la capitale de la Horde d’or sur la Volga près de la mer Caspienne, délivraient des écrits (appelés “yaklyk”) qui légitimaient la domination des princes russes sur leurs différents domaines, y compris le Grand Prince, qui avec Ivan le Terrible est devenu le tsar et avec Pierre le Grand l’empereur. La domination mongole a protégé la Russie des prédateurs catholiques et, par conséquent, lui a épargné les affres de la Réforme, lui permettant de se développer en une civilisation chrétienne orthodoxe distincte qui perdure jusqu’à nos jours.

Le tribut joue toujours un rôle majeur dans le monde d’aujourd’hui, mais on ne sait pas pour combien de temps encore. Les pays qui utilisent le dollar américain dans le commerce international et parfois aussi dans le commerce intérieur acquiescent implicitement à l’autorité des États-Unis. Ils savent très bien que s’ils transgressent contre leurs maîtres à Washington, leur accès au dollar américain sera coupé et leurs économies languiront. Le dollar américain reste pour l’instant un vestige de l’ancienne époque néocoloniale (alors que tout le monde ou presque est prêt à conclure que l’empire américain est dans un état de délabrement avancé et qu’il approche rapidement de sa fin). Entre-temps, un phénomène connexe mais diamétralement opposé a pris de l’ampleur : la demande de paiement de réparations basées sur l’admission d’une culpabilité collective selon un système que j’appellerai  Repentez-vous&Payez™.

Posons des questions purement rhétoriques et complètement ridicules. Où sont les Mongols coupables de l’invasion de la Russie et, si oui, la Mongolie doit-elle admettre sa culpabilité historique et doit-elle se résoudre à un  Repentez-vous&Payez™  pour les centaines d’années d’oppression de ses ancêtres sur la Russie ? Mais attendez, ils n’ont pas été les seuls à avoir envahi la Russie. La Pologne doit se repentir et payer pour son invasion de Moscou qui s’est terminée en 1612. Et les Français sont coupables d’avoir envahi la Russie juste 200 ans plus tard, en 1812. Il y a eu d’autres interventionnistes étrangers, dont les États-Unis, pendant la guerre civile russe qui a suivi la révolution de 1917. Enfin, il y a eu l’invasion allemande de 1941-1945 ; les Allemands (et leurs collaborateurs dans d’autres nations) ne devraient-ils pas aussi subir un  Repentez-vous&Payez™ ? Mais attendez, nous ne faisons que commencer…

Les militants noirs aux États-Unis demandent 14 000 milliards de dollars de réparations pour les 10 millions d’esclaves noirs supposés avoir été perdus pendant 300 ans d’esclavage. Peut-être que le dossier est fondé, peut-être pas ; ce n’est pas à nous de décider. Mais examinons une autre perte : au cours des trois décennies qui ont suivi l’effondrement de l’URSS, la population d’origine russe sur le territoire de l’ancienne Union soviétique a diminué de 50 millions de personnes. C’est le résultat d’un ethnocide. Ce dossier est facile à défendre : les gouvernements des anciennes républiques socialistes soviétiques nouvellement indépendantes ont mis en place des politiques discriminatoires à l’encontre des Russes de souche, ce qui a entraîné une dynamique de croissance démographique extrêmement déséquilibrée entre les Russes de souche et leur population ethnique. En raisonnant par analogie, si 10 millions de Noirs méritent 14 000 milliards de dollars, alors 50 millions de Russes méritent 70 000 milliards de dollars de réparations de la part des anciennes républiques soviétiques. Et s’il s’avère que ces républiques manquent de telles ressources, les pays occidentaux qui leur ont accordé une reconnaissance diplomatique et ont toléré leurs politiques génocidaires vont-ils s’engager à verser rapidement les sommes manquantes ?

Bien sûr, je dis cela pour plaisanter, car les Russes n’attribuent ni n’acceptent de culpabilité collective et n’imposent pas de punition collective. Pour eux, la responsabilité, la culpabilité, le repentir et le sens de la justice sont tous des aspects de la conscience individuelle, à traiter individuellement. Ainsi, si vous demandez aux Russes de s’agenouiller pour la supposée occupation de tel ou tel endroit pendant l’ère soviétique, vous vous trouverez invité à faire un voyage solitaire et autoérotique vers une destination de votre choix. Et si vous demandez aux Russes de se repentir de l’esclavage des Noirs du fait qu’ils se trouvent être blancs, ils vous riront au nez et vous traiteront de raciste. Par souci d’exhaustivité, je dirai un mot sur les demandes de l’Europe de l’Est concernant les réparations russes contre “l’occupation soviétique”. Certains drôles dans les pays baltes, par exemple, pensent que Hitler et Staline étaient tous deux de méchants occupants, mais que l’occupation par Hitler était plus civilisée. Les Russes, qui ont perdu des centaines de milliers d’hommes en libérant ces pays des nazis, pensent que c’est vraiment mignon.

Tout le système  Repentez-vous&Payez™  a pris forme après la fin de la Seconde Guerre mondiale, merci aux Juifs, qui ont pu obtenir des réparations allemandes pour l’Holocauste. Notamment, alors que les victimes qui ont reçu ces réparations étaient des survivants individuels, la culpabilité et les taxes qui ont servi à payer les réparations ont été imposées collectivement, à l’ensemble du peuple allemand, créant ainsi un très mauvais précédent. L’idée que quelqu’un soit coupable de quelque chose du fait qu’il est allemand ou, dans le cas des noirs américains, plus généralement, blanc, est automatiquement une parodie. Les propriétaires de plantations et d’esclaves dans le Sud des Etats-Unis formaient une petite classe supérieure isolée qui commerçait principalement avec les représentants de l’Empire britannique (épargnant à ces derniers la nécessité de posséder des esclaves). La plupart des blancs aux États-Unis ne descendent pas de membres de cette classe et la plupart de ceux qui en sont issus n’ont pas hérité de richesses substantielles qui pourraient être expropriées et redistribuées aux descendants des victimes sur une base individuelle. Si la culpabilité pour l’esclavage ne peut être attribuée, il reste la culpabilité pour la discrimination. Mais la liste des griefs mutuels devient alors interminable ; les Irlandais, les Chinois, les Juifs, les Latinos ou les Amérindiens n’ont-ils pas eux aussi fait l’objet de discriminations – y compris entre eux ? Si l’on peut constater que chacun a discriminé les autres à un moment donné dans un passé historique peu reluisant, alors tout le monde devrait simplement verser un dollar symbolique de réparation à quelqu’un d’autre et en finir avec cela.

La raison pour laquelle l’effort juif pour imposer le  Repentez-vous&Payez™  aux Allemands pour l’Holocauste a réussi est due à une certaine bizarrerie de la morale publique en Occident qui a probablement été introduite par les formes légalistes présentes dans le catholicisme et qui n’ont ensuite été amplifiées que dans les sectes protestantes après la Réforme : l’idée que la justice est quelque chose de formel et imposée d’en haut. En revanche, la conception russe de la justice est l’expression d’un sens inné de la justice qui fait partie de la conscience individuelle, et aucune autorité autre que Dieu n’est en mesure de rendre un jugement sur elle. “Dieu décidera” est un argument définitif et la “conscience collective” n’est même pas un concept. Cette faille dans l’armure morale occidentale a permis d’imposer le  Repentez-vous&Payez™  et de faire avancer les gens de leur plein gré, peut-être même en se sentant moralement supérieurs pour avoir fait ce qui est juste, après avoir été informés de ce qui est juste par leurs supérieurs dans la hiérarchie sociale, à qui ils ont remis les clés de leur moralité en même temps que celle de leur sens de la responsabilité personnelle.
Dans ce contexte, l’effort des Noirs américains et de leurs alliés dans les médias, les universités et au sein du gouvernement pour imposer le  Repentez-vous&Payez™  aux Blancs d’Amérique (une démarche purement raciste) est une atrocité. La violence des blancs sur des noirs est utilisée comme excuse, en ignorant le fait qu’elle est éclipsée par la violence des noirs sur les blancs, qui est à son tour éclipsée par la violence entre noirs. Ce qui semble s’imposer, c’est une série de mesures de santé publique qui empêcheraient les Noirs de commettre des actes de violence ; je laisse les détails à votre imagination.

De tous les groupes qui choisissent de s’identifier au sein des anciens États-Unis en décomposition rapide, les libéraux et les progressistes blancs agenouillés présentent le tableau le plus triste de tous. Il y a un autre groupe devant lequel ils devraient peut-être s’agenouiller, si tant est qu’ils le fassent, c’est celui des rednecks lourdement armés. Après tout, c’est derrière ces rednecks qu’ils seront obligés de se réfugier pendant que les noirs et les Latinos s’affronteront (une bataille que les Latinos gagneront probablement). Il est difficile de prédire combien de temps les Blancs d’Amérique devront rester en retrait.

Qui aurait cru que les États-Unis prendraient le chemin de mes cinq étapes de l’effondrement et feraient la séquence à l’envers, en commençant par l’effondrement culturel (bienvenue dans le ghetto noir, tout le monde !), puis l’effondrement social et politique (où les Antifas se déchaînent et les flics s’absentent pendant que les politiciens font la génuflexion), suivi de l’effondrement commercial (car qui voudrait expédier des produits dans un pays comme celui-là ?), le pays des merveilles de la FED, du Trésor américain et de Wall Street restant suspendus dans l’incrédulité (pour le moment) ? C’est choquant, vraiment !

14 juin 2020, Club Orlov, – Traduction Sakerfrancophone

dimanche 28 juin 2020

L'ASSERVISSEMENT DES INDIVIDUS SOUS PRÉTEXTE DE LEUR LIBÉRATION DE TOUTE ENTRAVE GÉNÉRÉE PAR LES LIENS SOCIO-CULTURELS

L’escroquerie de la prétendue « fraude au nom légal »


L’analyse des tenants et des aboutissants de cette supercherie laisse apparaître qu’elle n’est pas si anecdotique que ça…

Valérie Bugault est docteur en droit privé de l’université Panthéon-Sorbonne et avocate. Depuis 2009, elle a cessé ses activités d’avocate pour se consacrer à la diffusion auprès du public du résultat de ses nombreux travaux de recherches. Elle est aujourd’hui analyste de géopolitique (économique, juridique et monétaire) et conférencière. Ses sujets de recherche sont les institutions – nationales et internationales – la monnaie, l’entreprise, le droit et le fonctionnement de l’économie globale.
Elle est auteur de quatre livres, récemment publiés aux éditions Sigest :
– « Du nouvel esprit des lois et de la monnaie », co-écrit avec feu Jean Rémy, publié en juin 2017
– « La nouvelle entreprise », publié en juillet 2018
– « Les raisons cachées du désordre mondial », recueil d’articles, publié le 30 mars 2019
– « Demain dès l’aube… le renouveau », publié en septembre 2019

Une certaine faction, en provenance du Canada, voudrait nous faire avaler la farce appelée « fraude au nom légal » afin de justifier la disparition de l’État et, un pas plus loin, celle de l’identité même des individus. Car nous allons voir que cette escroquerie aurait ainsi pour effet ultime que les individus, pour se libérer de l’état civil et de l’Etat, devraient abandonner leur filiation afin d’échapper à une prétendue fraude consistant à les considérer comme du « capital » dès leur naissance.
Les tenants et les aboutissants civilisationnels de l’escroquerie appelée « fraude au nom légal »
Il y a, derrière cette escroquerie, tout un fatras d’idées toutes aussi saugrenues les unes que les autres et mélangeant, selon la méthodologie habituelle des globalistes, les vraies et les fausses informations.
D’un côté on constate que les États, entités de droit public, sont réellement inscrits en tant qu’entités commerciales sur des registres du commerce anglo-saxon, ce qui a pour effet de leur dénier toute vocation politique. D’un autre côté on veut nous faire croire que l’institution de l’état civil est initialement corrompue et aurait pour effet de nous mettre en esclavage en faisant passer les humains, dès leur naissance, pour du capital. Ce mélange de vrai et de faux, a pour objectif ultime de laisser croire aux individus que l’état civil lui-même est frauduleux ; la conclusion qui s’impose naturellement serait donc, dans l’idéal, de renoncer au susdit état civil et donc à son nom et à sa filiation.
Tiens, comme c’est curieux… cela nous rapproche furieusement de l’objectif globaliste qui tend à faire perdre aux individus leur identité culturelle et personnelle, afin de mieux les contrôler. Car il est plus simple de contrôler un individu isolé de toute histoire, disposant dès lors d’une volonté très amoindrie, qu’un individu rattaché fermement à un groupe humain et à une histoire personnelle et collective.
Dans cet ordre d’idées, la distanciation entre l’état civil des individus ainsi que leur mise sous tutelle commerciale a déjà des antécédents juridiques dans nos pays, anciennement régis par le droit continental. Citons pêle-mêle : la légalisation des méthodes de PMA, de GPA, la survalorisation des droits (et non des devoirs !) de catégories sociales telles que les femmes, les enfants… Les droits sont ainsi toujours appelés en renforts pour mettre en œuvre l’isolement social ; une supercherie consistant à faire appel aux instincts primaires des individus pour les isoler et ainsi atomiser le groupe social lui-même.
C’est précisément cette méthode qui a été utilisée par les banquiers commerçants qui ont, au moment de la Révolution de 1789, mis en avant les droits et libertés individuelles, aujourd’hui appelés Droits de l’Homme, pour mieux faire disparaître la notion de groupe et d’intérêts de groupe. Seule l’exaspération juridique des droits individuels a pu faire oublier que ces derniers n’avaient de valeur que dans le cadre d’un groupe constitué, qu’il aurait fallu préserver ! La méthode, très efficace, a fait ses preuves : on exacerbe des sentiments individualistes tout en organisant la disparition de leur pertinence ! Car on sait ce que l’exacerbation des prétendus « droits individuels » recoupe : une mise en esclavage forcée de l’humanité au profit des dominants économiques ; le monde rêvé des globalistes ! Le « droit » isole pendant que le « devoir rassemble ».

Cet état d’esclavagisme légal par la mise en œuvre de la servitude volontaire via l’exacerbation des « droits individuels » passe par la disparition de l’histoire collective et de l’histoire individuelle. Ainsi, chacun aura remarqué que la disparition des enseignements historiques chronologiques, quelles que soient les matières (y compris dans les sciences dites dures), est maintenant acté par les pouvoirs publics français, lesquels suivent, et même souvent devancent, les lignes de conduites émanant des « instances » internationales contrôlées par les globalistes.

Quant à la disparition de l’histoire individuelle, elle aura pour point d’aboutissement le transhumanisme et se contente aujourd’hui de la légalisation, à marche forcée, de la marchandisation du corps, des produits du corps humain et plus généralement du vivant. Le prétendu État français – seule sa coquille persiste, vidée de toute substance politique réelle – met, une fois de plus, beaucoup de zèle à traduire en terminologie légale, à la mode règlementaire des pays anglo-saxons dominants, l’esclavagisme des individus sous prétexte de leur libération de toute entrave générée par les liens socio-culturels.
Le Canada, origine géographique de la prétendue « fraude au nom légal »
Il faut bien comprendre que l’escroquerie juridique, appelée « fraude au nom légal » vient d’un pays à cheval entre deux cultures : le Canada. Baigné dans le contexte commercialiste véhiculé par le « droit » anglo-saxon, ce pays se souvient vaguement, ou espère vaguement se souvenir, qu’il est possible de concevoir le monde autrement que par le prisme commercialiste déformant. C’est sur un tel substrat culturel que les globalistes ont pu imaginer ce plan, qu’il faut se résoudre à qualifier de diabolique, consistant – une fois de plus – à exploiter l’ignorance et la crédulité publique, afin de faire avancer leur double agenda globaliste consistant à valider :
  • L’isolement des individus, réduits à la portion congrue de quasi seuls tubes digestifs aptent à engloutir du sucre et des produits toxiques. Les organes génitaux devenant de simples outils de jouissance, elle-même de plus en plus virtuelle, ce qui permet de contrôler au mieux la démographie tout en laissant aux individus l’illusion de la liberté et du libre choix ;
  • La décrédibilisation des États, qui légitimera leur disparition ultérieure.
Une fois de plus, nous nous trouvons, avec cette histoire rocambolesque dite de « fraude au nom légal », dans une situation d’ingénierie sociale consistant à mêler le vrai et le faux tout en validant l’hégémonie anglo-saxonne et la disparition du concept de droit, véhiculé par le seul droit continental, lequel est dès lors relégué aux oubliettes de l’histoire. En l’occurrence, avec cette « fraude au nom légal », les globalistes font avancer leur projet de déconstruction de l’histoire et de disparition du concept même de « civilisation ». Car Histoire et Civilisation supposent – ce sont des conditions sine qua non – une identification claire et précise des individus, seule à même de valider l’existence et la viabilité d’une vie collective effective.

Il convient d’insister sur le fait que par cette prétendue « fraude au nom légal », les tenants du système britannique identifient le « patronyme », issu de l’état civil des personnes, avec la notion de « personne morale » pour prétendre à la fictivité intégrale de toutes les entités juridiques. Confondre personne physique et personne morale est une très grave ignorance des processus de formation du droit car cela revient à confondre abstraction et fictivité ! C’est aussi une manipulation de la psyché humaine dans le sens du nihilisme.
Si la personne morale est une réelle fictivité juridique, inventée de toute pièce pour les besoins du commerce – surtout pour ceux des banquiers-commerçants – le patronyme ne relève pas, et n’a historiquement jamais relevé, d’une quelconque fictivité juridique. Il s’agit d’un processus d’identification, relevant d’une abstraction, comme le langage ou la comptabilité, destinée à permettre la vie en Société, et donc le développement d’une Civilisation. Car en effet, la vie en Société suppose que les individus sachent à qui ils s’adressent. La connaissance et l’identification des êtres par rapport à leur lignée et à leurs ancêtres appartient à ce processus de mise en confiance et de connaissance qui permet l’établissements de relations sociales, fait d’échanges entre les individus. Il faut se souvenir que derrière la filiation se dessine les contours de la transmission des biens matériels et des valeurs immatérielles propres aux différentes lignées.
A cet égard, il n’est ni étonnant ni anodin de constater que le processus d’effacement de l’identification des humains selon leur lignée va de pair, en occident, avec la disparition des héritages, c’est-à-dire des biens matériels. Des individus dénués de biens matériels n’ont peu à peu plus rien à échanger. Il ne leur restera finalement qu’à offrir à leurs maîtres leur force de travail. Ce qui nous ramène, une fois de plus, au brevet déposé par Microsoft en juin 2019 consistant à lier l’affectation monétaire, par minage de monnaie, à une activité physique du corps humain. Nous aurons ici terminé définitivement la phase civilisationnelle de l’Occident pour valider sa disparition, qui entraînera de façon prévisible, celle du genre humain et du vivant !
La mise en cause des fondements de la civilisation occidentale par l’escroquerie appelée « fraude au nom légal »
Certains interprètes de la prétendue « fraude au nom légal » vont jusqu’à incriminer l’Église catholique, qui est en effet historiquement à l’origine de la constitution des états civils, pour prétendre qu’elle est à l’origine de la mise en esclavage commerciale des individus par l’autorisation du « certificat de naissance ». Nous atteignons ici le comble de l’ignorance et de la manipulation ! Il importe de rétablir quelques vérités historiques !

A la chute de l’empire Romain, la vie sociale a été profondément désorganisée dans les territoires anciennement régis par l’empire romain d’occident. Dans ce contexte d’extrême dénuement social, c’est l’Église catholique qui a entrepris de reconstruire la société en organisant, dans chaque village, des services d’états civils dans le même temps qu’elle réorganisait les territoires en rendant le service de la « justice », sans lequel aucune vie en société n’est possible. Ainsi, l’Église catholique, loin d’organiser le nihilisme social des globalistes d’aujourd’hui, a tout au contraire historiquement posé les fondements d’un renouveau de la vie collective et sociale. Nous sommes là aux antipodes des velléités globalistes actuelles qui veulent nous faire passer des vessies pour des lanternes en mettant le principe même de l’Église catholique au banc des accusés.

Si l’actuelle Église catholique a en effet trahi tous ses engagements historiques, ce n’était pas le cas de celle qui a suivi la chute de l’Empire romain : il faut bien prendre garde, dans ce domaine, de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ! Car la civilisation occidentale doit tout à l’Église catholique ! Il est également vrai que cette Civilisation devra sa très prochaine disparition à l’infiltration de l’Église catholique par les globalistes. Pour dire les choses autrement : l’actuelle disparition de la civilisation occidentale est intimement liée à la disparition de l’Église catholique, laquelle a aujourd’hui renié tous ses fondamentaux historiques pour s’imprégner, jusqu’au cou, des intérêts privés propres à la cause globaliste ; lesquels intérêts sont de nature essentiellement esclavagiste. L’Église catholique actuelle est l’antithèse de l’Église catholique qui a initié la Civilisation occidentale.
Valérie Bugault, 18 juin 2020

vendredi 26 juin 2020

Ès-langue française (Aveux publics, 4)

Un article de Slobodan Despot paru dans la rubrique «Le Bruit du Temps» de l’Antipresse n° 192 du 04/08/2019.


Lorsque nous sommes descendus des montagnes dans la vallée du Rhône, il m’a fallu entrer à l’école. Ni une, ni deux, on m’a placé dans une classe spéciale où je n’avais d’autre devoir que d’apprendre le français. Bien m’en a pris.

Rendez-nous nos classes d’intégration!

On appelait cela les classes d’intégration. Elles ont été supprimées depuis belle lurette, juste au moment, bien entendu, où elles devenaient vitales. En ces lointaines années 1970, la Suisse faisait déjà face à une immigration de masse — mais qui venait de son voisinage immédiat, les pays catholiques du sud de l’Europe. Cela n’en suscitait pas moins des inquiétudes, notamment celle exprimée par l’«initiative Schwarzenbach» «contre l’emprise étrangère» qui fut rejetée par le peuple en 1970. Un demi-siècle plus tard, lorsqu’on voit à quel point ces vagues de Ritals et d’Espingouins sont incorporées dans le tissu national, ces peurs peuvent faire sourire. Mais ces sourires devenus automatiques empêchent en même temps de réfléchir aux changements de nature et de composition des migrations successives. Passons.
A l’époque, les Italiens et les Espagnols venaient grossir la force laborieuse de ce pays dont la population citadine de souche s’orientait déjà vers les activités plus «nobles» (lisez: moins harassantes et mieux payées) de l’esprit (lisez: l’administration, le tertiaire et les professions libérales). Ils gardaient de forts liens avec leurs terres d’origine, mais s’employaient passionnément à s’intégrer à une société qui leur apparaissait comme un modèle rêvé. A leur suite, ce sont les Portugais et les «Yougos» (Albanais compris) qui ont endossé ce rôle d’humbles ouvrières de la fourmilière helvétique. Par-delà les querelles nationales importées et les activités de l’ombre, la réussite des «Kosovars» dans le sport ou les PME montre que la Suisse peut intégrer beaucoup de travailleurs silencieux parce qu’elle a besoin de beaucoup de travailleurs silencieux pour que ses mandarins puissent mandariner en toute quiétude.
Quoi qu’il en soit, le canton du Valais où j’ai grandi abordait l’intégration des enfants d’immigrés de la manière la plus pragmatique: en les plongeant sans sommation dans le bain linguistique. Hop! Si vous êtes ici, c’est que vous l’avez voulu, or ici, on parle français (ou allemand) et l’on se tient comme il faut! On était loin des discours sentimentaux sur l’«altérité», le «déracinement» et de tous les ululements de provenance académique qui, aujourd’hui, enfoncent les nouveaux arrivants dans leur statut de métèques a priori inintégrables et les orientent tout naturellement vers le communautarisme.
C’est par la langue qu’on s’intègre le plus intimement à une culture. A commencer par la langue-organe et ses papilles gustatives. Les enfants s’y font dix fois plus vite que les adultes. Encore faut-il leur enseigner une langue qui leur servira de passeport culturel et d’ascenseur social, plutôt qu’un sabir de rue qui les condamnera à vie à demeurer dans la masse obscure.

Une enfance à l’ombre de la Tour des Sorciers

Le maître qui détermina ma vie

En ce qui me concerne, on m’a placé à l’automne 1974 dans la classe de M. Fernando Santos, au départ de la route de Gravelone, à l’ombre de la Tour des Sorciers, un donjon ventru tout doit sorti de Tolkien où, comme son nom l’indique, on questionna jadis les sujets mal notés. L’immeuble où se logeait notre école était, lui, tout neuf et surplombait la jolie ville médiévale de Sion. La veille de mon premier jour d’école, je n’ai pas pu m’endormir. Je contemplais, sur la commode de ma chambre, mon cartable à bretelles en cuir bleu tout neuf avec des catadioptres oranges en me demandant où il allait m’emmener et quels continents de savoir il me ferait découvrir.
Ma classe comptait une trentaine d’élèves de tous âges, filles et garçons, italo-ibériques pour la plupart. J’étais le seul Slave, et, avec mes sept ans, de loin le plus jeune. Les plus vieux avaient déjà de la moustache. Les filles se sont immédiatement occupées de moi avec une tendresse de grandes soeurs. M. Santos menait cette compagnie bigarrée d’une main de fer. Il était très menu, mais irradiait d’énergie et de résolution. Il avait un nez pointu, un visage triangulaire et des yeux de Wisigoth d’un bleu très clair et très froid. Il était très catholique mais antifranquiste (oui, cela a existé). Tout en lui était abrupt, à commencer par sa prononciation à la Salvador Dalí, si rocailleuse que j’avais décidé le premier jour de ne jamais prrrononcerrrr et encore moins écrrrirrrr cette langue abominable qu’il prétendait m’enseigner.
Selon la tradition familiale, ma mère débarqua peu après le début des cours, furibonde, dans sa classe.
«Monsieur Santos! A ce qu’il me semblait, mon fils devait apprendre le français chez vous. Or il revient à la maison en parlant espagnol!
— Qué boulez-vous, Madammm? Por qué botre Eslobodan pouisse comprrrendrrrr la matièrrrr qué yé lui trrransmets, il doit pourrr commencer mé comprrrendrrrr, moi!»
Je l’ai bien compris, M. Santos. O combien! Il a été le plus grand professeur de ma vie. En une année, une seule, il m’a enseigné l’essentiel de la langue française, jusqu’à des (presque) «zéro faute» dans la dictée de Mérimée.
Il n’épargnait personne et ne reculait pas devant la pédagogie physique. Sa manière de nous tirer le duvet sur la tempe était particulièrement douloureuse. Mais il ne s’épargnait pas non plus. Il avait décidé que j’avais du «potentiel» et que je devais par conséquent trrrabailler encore bien plus que les autres. Le mercredi, au lieu de me renvoyer à la maison, il m’emmenait chez lui, où sa femme préparait la paella. Après quoi, je répétais mon français jusqu’au soir avec leurs propres enfants, Fernand et Isabelle.
Cela n’était encore rien: M. Santos passait également à la maison chez nous, après l’heure du repas, vérifier si je potassais mes manuels.

Ma porte d’entrée dans la littérature française

Il n’y a pas d’âge pour apprendre

Les manuels en question — le Cours supérieur d’orthographe de Bled, Le Français par les textes de Beaugrand et autres — n’étaient évidemment pas «faits» pour mon âge. Les usines à débiles mentaux d’aujourd’hui les réserveraient sans doute aux classes terminales, non sans les agrémenter de dessins infantiles et de mises en garde contre le sexisme, le racisme, la tabagie, l’éco-inconscience, la viandophagie… bref toute la liste des bondieuseries actuelles (1).
L’âge, M. Santos n’en avait cure. Il s’employait à tirer ses élèves vers le haut, par tous les moyens, plutôt que de les laisser mariner dans leur complaisance. La plupart des maîtres que j’ai eus par la suite, heureusement, partageaient cette attitude, en particulier à la Royale abbaye de Saint-Maurice. J’avais sept ans? Et alors? Blaise Pascal n’en avait que seize lorsqu’il publia son traité de géométrie. Il ne s’agissait pas de prendre les enfants pour des génies, loin de là, mais de cultiver des modèles qui provoquent plutôt que des copinages qui confortent. La curiosité et l’esprit de défi-comme-jeu des jeunes humains sont des ressorts prodigieux. Les laisser se faner sur pied en mettant la priorité sur leur «socialisation» (c’est-à-dire sur l’accoutumance à la médiocrité) est un crime contre l’humanité future. Crime dont nous commençons à sentir les effets très concrets, dans l’Europe social-infantilisée.
Le capitalisme ultralibéral, de toute évidence, s’accommode mieux d’une population trop abrutie que d’une population trop instruite. Par la suite, la lecture de Zinoviev, de Naomi Klein, de mon ami Jean Romain, de Michéa et de Brighelli me donnera à penser qu’il y a un véritable complot contre l’intelligence des masses dans le projet libéral-libertaire. Mais toutes ces digressions me détournent du coeur de mon sujet: l’entrée en langue française et le monde de merveilles que j’y ai découvert. J’y reviendrai dans le prochain épisode.
/A suivre/
NOTES
Je ne condamne pas sans preuves. Lorsque ma fille aînée est entrée, à six ans, dans le système scolaire public du canton de Vaud, sa «compétence» linguistique écrite et parlée a spectaculairement régressé par l’effet des programmes et de l’osmose. Elle n’a retrouvé son niveau de français préscolaire que vers l’entrée au lycée.



Les choses par leur nom

mercredi 24 juin 2020

BEL ÉTÉ mais passez à l'ombre !

Le bel été de Raoul Dufy


Jamais un article de blog ne remplacera un livre
Jamais un livre ne remplacera la rencontre d’une personne
Jamais la rencontre d’une personne ne remplacera son enseignement
Jamais un enseignement ne remplacera la décision de le mettre en pratique
Jamais la décision de le mettre en pratique ne remplacera sa mise en pratique réelle
Jamais sa mise en pratique ne suffira sans la persévérance et la constance de le suivre…

Mais…

Rien ne garantit que vous ne soyez pas déçu par rapport à vos objectifs d’origine
Rien ne garantit que vous parveniez à atteindre vos objectifs d’origine
Rien ne garantit que vous ne vous soyez pas fourvoyé
Rien ne garantit que vous n’ayez pas rencontré un démon avec des habits chatoyants de lumière et de magnifiques discours trompeurs
Rien ne garantit que vous ne soyez pas devenu aveugle à vous laisser hypnotiser par une simple lumière somme toute artificielle
Rien ne garantit que le faisceau de cette lumière ne se limite pas à un cercle réduit qui n’éclaire qu’une toute petite partie de ce que vous pourriez percevoir et admirer
Rien ne garantit que vous n’ayez pas été séduit par de belles fables sans réalité
Rien ne garantit que ce que croyiez être profond, élevé et large ne vous fasse pas tourner en rond dans un cercle qui vous enserre, vous enferme tout en vous maintenant plaqué au sol, collé à la surface
Rien ne garantit que ce que vous croyiez être protecteur, fort, solide et puissant ne le soit que pour vous écraser et non pour vous porter et ne soit en substance et en réalité faible, fragile et insignifiant, un géant en carton pâte.




LONGUE VIE À NOTRE CULTURE ET À NOS PEUPLES EUROPÉENS !

en attendant…



lundi 22 juin 2020

La dignité humaine est de beaucoup supérieure à celle des anges



Extrait  de l'ouvrage "Sainte Photinie l'ermite", qui relate la rencontre de l'auteur avec l'ascète Photinie, (1860 - ?), sur les bords du Jourdain et les entretiens que celui-ci eu avec la vénérable ermite. 

[…] Hier, j’ai oublié, au cours de la conversation, de te prier d’apporter ton étole et ton livre pour bénir les eaux et sanctifier ma demeure. 

- Oh, lui dis-je, quand je pars en voyage, je porte toujours dans ma petite besace, une étole et un petit livre de prières, je peux toujours en avoir besoin… Je ne sais pas comment la pensée m’est venue, hier, de mettre ces objets dans ma besace ; je les avais laissés au Monastère de l’Abba Gérasime. 

Entendant cela, Photinie leva les mains au ciel et dit : 

- Béni soit ton saint nom, ô Père céleste !

Elle fléchit les genoux et se prosterna jusqu’à terre. Puis elle porta ses regards sur moi et me dit :

- Hier, je ne t’ai pas parlé d’étole, parce que le sacerdoce n’est pas dans les ornements mais dans l’âme du prêtre ; par lui agit la grâce divine ; les ornements n’ont pas une importance capitale n’est-ce-pas ? 

- Oui, je suis d’accord avec toi, le sacerdoce est en l’homme lui-même, le prêtre peut offrir sans ornement, car comme on vient de le dire, la prêtrise n’est pas dans les ornements mais en l’homme créé à l’image de Dieu et que la grâce divine rend digne du don de célébrer les saints mystères. S’il porte des ornements, c’est d’une part, pour la grandeur du sacerdoce, de l’autre, parce que l’homme n’a pas encore atteint la cime de la spiritualité, pour comprendre la valeur de l’homme et la majesté de Dieu, comme le Seigneur l’a dit à Nicodème : « Si quand je vous parle des choses terrestres, vous ne croyez pas, comment croirez-vous si je vous parle des choses célestes ? » Je te prie Photinie, développe ta pensée. 

- J’ai pensé que tu avais compris ce que je t’avais dit, c’est pourquoi je ne me suis pas étendue. Ecoute donc. Dieu, comme on l’a dit, est Esprit, Esprit infini. Il est dans l’univers entier et au-delà de tout l’univers. En tant qu’Esprit, Dieu a crée d’autres esprits, comme les Anges, pour qu’ils participent par la Grâce, à sa félicité. Il a aussi créé l’homme d’une manière toute particulière. La Sainte Ecriture dit qu’Il l’a fait à son image et à sa ressemblance, qu’Il lui a donné une volonté plus grande, plus élevée que celle des Anges. Dieu l’a tant honoré, au point que le Fils Lui-même et Verbe de Dieu a pris la nature humaine et qu’Il est apparu Dieu-Homme sur la terre. Si les anges avaient été supérieurs en dignité à l’homme, il se serait fait non pas Homme mais Ange. Les anges n’ont-ils pas servi et ne servent-ils pas les hommes saints ? L’apôtre ne dit-il pas que les anges sont des esprits servants, dépêchés pour servir ceux qui devaient hériter du salut ? Et l’Église du Christ ne chante-t-elle pas la Mère de Dieu comme « plus vénérable que les Chérubins et incomparablement plus glorieuse que les Séraphins » ? La dignité humaine est donc de beaucoup supérieure à celle des anges, car par la pratique des vertus l’homme devient Dieu par la Grâce. « J’ai dit: Vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très-Haut » dit l’Écriture. Dieu a créé, en une seule fois, les anges et ils restent, pour cela, les mêmes en dignité et en nombre. Chez les anges, il n’y a pas de différence de sexe, il n’y a pas de mâle et de femelle, parce qu’ils ne sont pas soumis à la nécessité de la naissance et de la mort. Donc, tous les anges, en tant qu’esprits, sont de la même nature et appartiennent au monde spirituel. Mais, puisque, outre le monde spirituel, il y a aussi le monde matériel, l’homme a été créé double, corps et esprit. Par son corps, il appartient au monde matériel et, par son esprit, au monde spirituel. Aussi est-il le lien qui relie le monde matériel et le monde spirituel. Comme la matière prend différents formes et figures, sans pour cela retourner au non-être, de même le corps de l’homme, en tant que matériel, vit de nourriture matérielle, subit des changements ; de nourrisson, il devient enfant puis adulte, homme fait, vieillard, et à la fin son corps se décompose et retourne aux éléments qui l’ont composé. L’âme, en tant qu’esprit, ne subit aucun changement, elle reste toujours la même. L’étude des lettres et des sciences ne lui apportent aucun développement ni rien de semblable. Les lettres et les sciences développent les forces de l’âme qui appartiennent au corps, comme l’intelligence, la mémoire, l’imagination, ect… mais l’âme, en tant qu’être spirituel, reste identique à elle-même, sans changement, car elle n’a pas été tirée de la terre, comme le corps, mais créée d’une manière particulière, par Dieu lui-même, comme le révèle la Sainte Ecriture. Dieu a soufflé sur le corps de l’homme un souffle de vie et l’homme est devenue une âme vivante. L’Ecriture dit tout cela, pour présenter la création toute particulière de l’âme, à savoir qu’elle n’a pas été tirée de la terre mais qu’elle est venue de Dieu immortel, immuable, inaltérable, éternel. Donc l’âme humaine qui reçoit son commencement, non de la matière, mais de Dieu inaltérable et immuable, ne peut-être ni mâle ni femelle, car en ce cas, elle ne serait pas un esprit simple, mais composé de parties multiples. La différence donc se trouve dans le corps. Quand l’âme quitte son corps, elle n’est ni homme, ni femme, elle est comme un ange, dit le Seigneur : « À la Résurrection, on ne se marie plus… mais ils sont comme les anges de Dieu dans les cieux ». D’autre part, s’il y avait dans l’âme une différence mâle-femelle, c’est-à-dire homme-femme, la femme ne pourrait concevoir des enfants ayant une âme d’homme, mais toujours que des filles selon l’âme. Basile le Grand, comme les Pères Théophores, dit que l’âme est au corps de l’homme ce que le feu est au fer embrasé. Y a-t-il un feu femelle et mâle ? Puisque les hommes devaient se multiplier, et Dieu ayant dit : « Croissez et multipliez-vous », il était nécessaire qu’il y eût différence de corps entre l’homme et la femme, pour la multiplication et non, comme certains l’affirment, pour la conservation de l’espèce ; l’homme ne retourne pas au néant, il ne fait que déposer son corps matériel, qui n’est pas nécessaire pour le monde spirituel. Tant que l’homme vit dans le monde matériel, il a besoin de son corps matériel, c’est par lui qu’il communique avec le monde matériel ; dans le monde spirituel, le corps est superflu. Lors de la Résurrection universelle, l’homme récupérera son corps, qui sera alors spirituel, comme l’enseigne l’apôtre Paul : « Il est semé corps animal (matériel) et ressuscite corps spirituel ». Ce corps spirituel n’aura besoin ni de nourriture ni de vêtement ; l’homme vivra alors de la parole de Dieu, comme le Sauveur l’a dit : « L’homme vivra pas seulement de pain, mais de toute parole qui sortira de la bouche de Dieu ». Ce corps ne pourra plus subir de changement ; comme l’esprit, il sera à jamais inaltérable ; il ne sera plus marqué par la différence mâle femelle et il n’y aura plus de désir, ce qui serait insensé. Là où il y a le désir, il y a aussi jalousie, et par conséquent disputes, ce qui est incompatible avec la vie future, qui sera une vie de joie et d’allégresse. Car là où il y a le désir, il y a toujours altération, ce qui ne saurait convenir à ce qui est éternel et immuable ; le changement exclut l’éternel et l’infini, par exemple, croissance et diminution qui signifie altération et changement. L’homme, en son corps, est nourrisson, puis enfant, homme adulte et vieillard et mortel en son corps qui croît ; l’homme ne connaît donc pas de différence selon l’âme. La femme étant, comme on l’a dit, semblable à l’homme, et la religion chrétienne étant une religion spirituelle, comme le Seigneur l’affirme, quand il dit à la Samaritaine : « L’heure vient et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en Esprit et en Vérité », pourquoi la femme alors n’entrerait-elle pas dans le sanctuaire pour y aider au cours des saints Mystères ? Le Sauveur a bien permis à des femmes de l’approcher, de le toucher, d’oindre sa tête et ses pieds ? La tradition ne dit-elle pas que la Mère de Dieu est restée douze ans dans le Temple de Dieu ? Le Fils et Verbe de Dieu n’a-t-il pas habité le sein de la Vierge en laquelle il a pris chair ? Si dans le grand et divin mystère de l’Économie de l’Incarnation, les femmes ont servi plus que les hommes, pourquoi la femme ne servirait-elle pas au cours des saints mystères ?

- Je ne contredis certes pas, mais il y a des cas où la femme ne peut le faire. 

- Je sais à quoi tu penses, à la grossesse et aux règles ; mais elle doit être vierge et, pendant ses périodes, remplacée. 

- À cela je ne contredirai pas, mais les saints Pères ont exclu les femmes du sanctuaire. 

- Oh ! Non pas les Pères, parce que les Apôtres comme les Pères, leurs successeurs, ordonnaient des diaconesses, qui entraient au sanctuaire et servaient pendant la Divine Liturgie. Ce ne sont pas les Pères qui ont exclu les femmes du sanctuaire, mais les passions humaines. Des hommes passionnés, nullement spirituels, pénètrent dans le sanctuaire ; des hommes charnels, des hommes pleins de passions ont été ordonnés prêtres et officiants de notre très sainte religion. Oh ! Jamais de tels êtres ne devraient être faits liturges de notre religion sainte et spirituelle. Ils ne sont pas de digne liturges des saints Mystères. Le liturge qui voit en la femme une femelle ne peut être un digne liturge de notre religion. *

- Comment doit-on alors considérer la femme ?

- Comme un être humain, surtout comme un être spirituel ; le liturge de la religion spirituelle doit voir l’être humain dans sa nature spirituelle et non charnelle. Celui qui pense que la pourpre royale c’est le roi, se trompe, une statue sans âme peut porter la pourpre du roi. Le corps, comme on l’a dit, est le vêtement de l’âme, son instrument ; par lui elle entre en contact avec le monde matériel. Si le corps était l’homme lui-même, il ne subirait pas la mort ou encore la vie éternelle serait un mensonge. 

- D’après tout ce que tu viens de dire, je conclus, Photinie, que tu veux des liturges de notre sainte religion, totalement spirituels. Mais l’homme qui vit au milieu des tribulations de ce monde, agressé par tant de provocations, peut-il arriver à la mesure parfaite de la spiritualité et tout voir avec les yeux spirituels de son âme ? 

- Certes, il le peut, s’il a conscience de sa place et de sa destination. Oui, tous les chrétiens se doivent, autant que possible, de vivre une vie spirituelle, comme l’enseigne l’Apôtre Paul : « La figure de ce monde passe ». Tu as certainement lu comment la moniale digne de l’habit monastique a parlé au moine qui, en l’apercevant, avait dévié de sa route ? 

- Je ne me souviens plus. 

- On lit dans le Patéricon ** qu’une vieille moniale, accompagnéé d’une novice, cheminait sur la route, quand un moine venant en sens inverse les vit et s’écarta de son chemin, pour les éviter. Alors la vieille moniale lui dit : « en vérité, si tu étais un vrai moine, tu ne te serais pas écarté de ton chemin ; tu nous aurais saluées, sans penser que nous étions des moniales, c’est-à-dire des femmes ». Le vrai disciple du Sauveur, appelé homme au sens large***, voit l’homme la créature faite à l’image et à la ressemblance de Dieu. Le Sauveur n’a-t-il pas dit aux Apôtres : « Vous, vous n’êtes pas du monde ». Et il dit la même chose aux servants de son Église. 

- Je vois Photinie, que tu as très bien compris les Saintes Écritures. 

- Selon mes forces et avec l’aide de Dieu, car il ne sert à rien de lire les Saintes Écritures si on ne les comprend pas, selon l’enseignement de l’Apôtre Paul : « La lettre, dit-il, tue, l’esprit vivifie ». 

Et elle se tut. 

Sainte Photinie l’ermite,
 de Joachim Spetsieris
Ed. L’Age d’Homme, 
Col. La lumière du thabor, p.60-65. 

 Notes
* L’opinion de sainte Photinie l’ermite rappelle celle de sa contemporaine, la Mère Catherine, fondatrice du monastère de Lesna, qui souhaitait le retour des diaconesses dans l’Église, comme aux temps apostoliques. Les idées de sainte Photinie, ici, sont fondées sur la conception patristique selon laquelle l’être déifié dépasse les catégories de la chute. Or la division des sexes n’existe qu’en fonction de la chute. Dieu ayant prévu, selon saint Grégoire de Nysse (in La création de l’homme), que l’homme serait privé, par son péché, « du mode d’accroissement angélique », a voulu « éviter que la multiplication du genre humain ne soit tronquée » en donnant à l’homme un mode de reproduction approprié à son état d’après la chute. Tout cela réfute les théories que l’on voit se développer dans certains milieux modernistes de l'Église grecque, selon lesquels l’image de Dieu serait androgyne. Sur cette question, voir P. Patric, La doctrine des Néo-orthodoxes sur l’Amour, Fraternité Orthodoxe Saint-Grégoire-Palamas, Paris, 1990.

 ** Recueil des Apophtegmes des Pères.

 *** Litt. « appelé homme commun (koinos anthropos) ». En grec, anthropos veut dire homme au sens d’être humain, et s’applique en commun à l’homme et à la femme. Le vrai disciple devient comme son maître : notre Sauveur, nouvel Adam, a revêtu toute la nature humaine, telle qu’elle existe avant la division des sexes. La véritable nature de l’homme, c’est son essence à-l’image-de-Dieu. […]

dimanche 21 juin 2020

LA PLUS HAUTE FORME DE L’ESPÉRANCE, C’EST LE DÉSESPOIR SURMONTÉ

« L’optimiste est un imbécile heureux, le pessimiste est un imbécile malheureux. »


Georges Bernanos



« Le mot de pessimisme n’a pas plus de sens à mes yeux que le mot d’optimisme, qu’on lui oppose généralement. Ces deux mots sont presque aussi vidés par l’usage que celui de démocratie, par exemple, qui sert maintenant à tout et à tout le monde, à M. Staline comme à M. Churchill. 

Le pessimiste et l’optimiste s’accordent à ne pas voir les choses telles qu’elles sont. L’optimiste est un imbécile heureux, le pessimiste un imbécile malheureux. Vous pouvez très bien vous les représenter sous les traits de Laurel et Hardy. […] Je sais bien qu’il y a parmi vous des gens de très bonne foi, qui confondent l’espoir et l’optimisme. 

L’optimisme est un ersatz de l’espérance, dont la propagande officielle se réserve le monopole. Il approuve tout, il subit tout, il croit tout, c’est par excellence la vertu du contribuable. Lorsque le fisc l’a dépouillé même de sa chemise, le contribuable s’abonne à une Revue nudiste et déclare qu’il se promène ainsi par hygiène, qu’il ne s’est jamais mieux porté.

Neuf fois sur dix, l’optimiste est une forme sournoise de l’égoïsme, une manière de se désolidariser du malheur d’autrui. Au bout du compte, sa vraie formule serait plutôt ce fameux « après moi le déluge », dont on veut, bien à tort, que le roi Louis XV ait été l’auteur…

L’optimisme est un ersatz de l’espérance, qu’on peut rencontrer facilement partout, et même, tenez par exemple, au fond de la bouteille. Mais l’espérance se conquiert. On ne va jusqu’à l’espérance qu’à travers la vérité, au prix de grands efforts et d’une longue patience. Pour rencontrer l’espérance, il faut être allé au delà du désespoir. Quand on va jusqu’au bout de la nuit, on rencontre une autre aurore.

Le pessimisme et l’optimisme ne sont à mon sens, je le dis une fois pour toutes, que les deux aspects d’une même imposture, l’envers et l’endroit d’un même mensonge. Il est vrai que l’optimisme d’un malade peut faciliter sa guérison. Mais il peut aussi bien le faire mourir, s’il l’encourage à ne pas suivre les prescriptions du médecin. Aucune forme d’optimisme n’a jamais préservé d’un tremblement de terre, et le plus grand optimiste du monde, s’il se trouve dans le champ de tir d’une mitrailleuse, — ce qui aujourd’hui peut arriver à tout le monde — est sûr d’en sortir troué comme une écumoire.

L’optimiste est une fausse espérance à l’usage des lâches et des imbéciles. L’espérance est une vertu, « virtus », une détermination héroïque de l’âme. La plus haute forme de l’espérance, c’est le désespoir surmonté.

Mais l’espoir lui-même ne saurait suffire à tout. Lorsque vous parlez de « courage optimiste », vous n’ignorez pas le sens exact de cette expression dans notre langue et qu’un « courage optimiste » ne saurait convenir qu’à des difficultés moyennes. Au lieu que si vous pensez à des circonstances capitales, l’expression qui vient naturellement à vos lèvres est celle de courage « désespéré », d’énergie « désespérée ». Je dis que c’est précisément cette sorte d’énergie et de courage que le pays attend de nous. »
Georges Bernanos
 La Liberté, pour quoi faire ? (1953)

jeudi 18 juin 2020

Mémorables et exemplaires pour notre époque : les Graničari, sentinelles de notre liberté


Kraj, en serbo-croate, signifie fin, limite, extrémité. On retrouve ce terme dans Ukraine (Ukrajna), « pays des confins » de la Russie. […] cette Krajina va jouer un rôle à la fois tragique et symbolique dans l'interminable martyre de la Serbie. 

L’idée de Vojna Krajina (« confins militaires ») existait déjà au temps de Mathias Corvin, roi de Hongrie (1440-1490). Mais, au XVII° siècle, la monarchie des Habsbourg va lui donner un nouvel essor. Ainsi, une longue ligne défensive, peuplée de Serbes orthodoxes, va s’étendre, sinueuse, depuis l’Adriatique jusqu’à l’Ukraine. Granica (prononcer Granitsa) signifie « frontière » dans toutes les langues slaves. Les paysans serbes (qualifiés parfois de « Valaques », qui a ici plutôt le sens de « nomades ») vont préférer ce statut de sentinelles, et bénéficier des privilèges accordés aux Graničari   habitants des frontières. 

Ainsi les Serbes de Krajina étaient-ils des hommes libres, alors que les paysans croates restaient des serfs. Ces Serbes frontaliers furent exemptés d’impôts, comme des nobles : cela lésait les seigneurs hongrois et croates. De là cette hargne contre les « schismatiques ». 

Autrichiens et Croates trouvaient excellent que les Serbes risquassent leur vie pour la défense de la Chrétienté. Mais dans les périodes relativement calmes, on contestait, on réclamait : les Serbes devaient être soumis à l’impôt, clamait l'archevêque de Zagreb. 

Cependant, un décret de l'empereur Ferdinand II, en 1630, confirma les privilèges des hommes de la Krajina. Puis, pour mettre un terme aux litiges, les Habsbourg transformèrent les « confins militaires » en fief de la Couronne, où les Serbes libres pouvaient vivre selon leur coutume et — cela est à souligner — selon leur foi orthodoxe. Il y avait donc, dans cette Europe centrale où régnait un catholicisme fanatique et outrancier, une oasis de sérénité religieuse, car l’Église orthodoxe est tolérante, et ne convertit personne par contrainte. 

« Le blé et la reconnaissance ne poussent qu'en bonne terre », dit un proverbe allemand. Tout Européen devrait avoir en mémoire la vigilance et le fier courage des gens de la Krajina. Pendant plus de trois siècles, ces soldats-paysans ont assuré la liberté de l’Europe, en la protégeant de la terreur turque. […]

Regardez cette gravure du XVIII‘ siècle, qui représente un guerrier de la Krajina. Sur la tête, il porte le haut bonnet de mouton; entre ses lèvres, il serre une grosse pipe, une vraie « bouffarde » de matelot. Pour le reste, ce Serbe est une panoplie humaine : dans son dos, un fusil à crosse incrustée et ciselée ; à la ceinture, un poignard, un pistolet, une poire à poudre ; accroché à la poitrine, un grand sabre courbe ; cet homme des « confins » a jeté sur ses épaules une grande cape doublée de fourrure. La nuit, en sa maison de semi-nomade, il s’enveloppe dans ce manteau pour dormir à même le sol, sur une natte. Sa femme fait cuire le pain de maïs sous un lit de braises et de cendres. C'est une vie frugale et libre. 

 Ces « Graničari » ont existé pendant des siècles, Serbes hors de Serbie, Serbes de la Serbie la plus vivante, qui ont le devoir de garder la frontière, mais aussi d'entretenir des places fortes, de les cimenter, de construire de nouveaux murs. Ce sont des hommes indépendants, sentinelles de notre liberté. Leur communauté (zadruga) est slave, orthodoxe, différente, refusant de se laisser diluer ou annexer. Mais on a besoin d'eux, de leur valeur. 

Le prosélytisme est vulgaire, parce que c'est une lourde indiscrétion : il est noble de laisser à autrui la libre respiration de son être.

Extrait du livre  La Serbie aux outrages
de Michèle Savary

vendredi 12 juin 2020

QUE TOUS LES ATTISEURS DE HAINE AILLENT CHEZ LEUR MAÎTRE … en enfer !

"Il n'importe donc plus que l'on soit juif ou non juif, esclave ou libre, homme ou femme ; en effet, vous êtes tous un dans la communion avec Jésus-Christ."



Pour ceux qui ne le savent peut-être pas. Voici un bref historique et une explication de la signification du titre du film. Il fait référence à un véritable "Livre Vert" qui a été utilisé comme guide pour faire savoir aux Noirs où ils pouvaient manger, dormir, se procurer du carburant et utiliser une fontaine d'eau lorsqu'ils faisaient des voyages en voiture à travers le Sud pendant l'ère Jim Crow dans le Sud des États-Unis. Il en était ainsi il y a moins de cinquante ans dans le sud du pays. L'histoire racontée dans ce film est une histoire vraie. Green Book : Sur les routes du Sud ou Le Livre de Green au Québec, est un film américain réalisé par Peter Farrelly, sorti en 2018. Il s'agit d'un film biographique sur une tournée réalisée dans les États du Sud en 1962 par le pianiste noir Don Shirley et son chauffeur et garde du corps blanc Tony Vallelonga (dit Tony Lip)

La vie chrétienne n'est pas fondée sur la tolérance mais sur l'amour !

Ce film montre que l'on peut surmonter les préjugés de toutes sortes.
Il montre que chacun peut surmonter les différences qui caractérisent les hommes et leur condition humaine, caractéristiques qui tendent « naturellement », à priori, selon le monde, à les diviser, les éloigner les uns des autres, les refermer sur le groupe de leurs caractéristiques dominantes de condition sociale, d'origine ethnique, de race, de sexe, d'orientation sexuelle. 

 Mais il montre également que chacun n'a pas à vivre dans la honte et qu'il peut assumer, et même aimer, cultiver, voire chérir et être fier de ses propres « caractéristiques », sans ignorer, voire mépriser, vouloir dominer ou pire supprimer de la terre ce qui ne lui ressemble pas.

La foi chrétienne, fondée sur l’Incarnation divine ne s’origine pas nulle part. Elle est née dans une partie de la terre bien définie, dans un peuple particulier, et elle s’est acclimatée ensuite, dès les débuts, aux différentes langues, cultures et ethnies du monde entier tout en demeurant et en vivant selon des principes immuables et universels. Mais elle n’a pas prêché d’idéologie comme le globalisme, l’abolition des frontières, l’indifférenciation, le métissage dans tous les domaines, à tout prix, et encore moins une religion mondiale avec un seul chef religieux d’une religion syncrétiste, ministre des cultes d’un gouvernement mondial. Notre foi n’a jamais prêché un quelconque totalitarisme, qu’il se dise « de droite » ou « de gauche », ni une « dictature du prolétariat » et pas plus une monnaie unique, une dérégulation des marchés et une fausse libération 

Le troupeau de Dieu, notre « Bon pasteur », n’est pas constitué d’une masse de moutons clonés, apeurés, se déplaçant tous en même temps dans l’affolement, pour aller paître où et quand on les y contraint, sous la menace de la morsure de chiens disséminés en tous lieux, parmi eux, déguisés en moutons.

1 Corinthiens 9
19 Car, bien que je sois libre à l'égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. 20 Avec les Juifs, j'ai été comme Juif, afin de gagner les Juifs; avec ceux qui sont sous la loi, comme sous la loi quoique je ne sois pas moi-même sous la loi, afin de gagner ceux qui sont sous la loi; 21 avec ceux qui sont sans loi, comme sans loi quoique je ne sois point sans la loi de Dieu, étant sous la loi de Christ, afin de gagner ceux qui sont sans loi.…

Les hypocrites qui ont la prétention moraliste de dominer la vie de la population entière du globe en prêchant la "tolérance" avec le projet de l'indifférencier pour le Bien de l'humanité sont ceux mêmes qui favorisent la division, alimentent la haine et la violence et dressent les hommes contre les hommes. Ce sont des meurtriers comme leur père Satan car « Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge. » (St Jean Le Théologien et Évangéliste 8:44)

Dans un article précédent j'ai montré tout cela mais je crois bon de le reprendre. Les attiseurs de haine que sont ceux qui de disent "de gauche", "progressistes", "libéraux" ou "démocrates" (à l'américaine) ne chôment pas et chaque fois qu'ils le peuvent, ils divisent. Et leur sinistre action de diviser qui aboutit au chaos et à la guerre de tous contre tous, est inspirée directement du maître de la division et de la désunion qui est le diable lui-même :
  • classe contre classe
  • sexe contre sexe
  • enfants contre parents
  • élèves contre enseignants 
  • race contre race
  • homosexuels contre hétérosexuels
  • immigrés contre citoyens "de souche"
  • homme contre Dieu
Voilà quelques uns des champs d'action favoris de ces hypocrites.
Mais leur paradoxe, que l'on peut plutôt qualifier de ruse stratégique, machiavélique ou  "au mieux" de stupide et funeste aveuglement, c'est de prétendre avoir pour noble objectif de défendre dans tous ces thèmes les victimes d'un pouvoir abusif,   de défendre l'égalité, la justice et la tolérance, alors que leur propagande et leur militance ne font qu'attiser la dissension, la brouille et l'inimitié. Et désormais, de nos jours, ces gens qui nous "gouvernent" (et toutes les organisations satellites, mouvements et militants "de défense"de "communautés"), ne font pas autre chose avec leurs discours et leurs lois  que de favoriser la médisance, la calomnie, la malveillance, de semer la désunion, de réveiller l'aversion, de faire naître l'esprit de revanche et de vengeance, de développer la haine et de faire germer la guerre civile en tout ce qu'ils touchent. Oui, leur action est bien diabolique, sans aucun doute.

  • Plutôt que de favoriser le dialogue au cas par cas dans les entreprises, ils font des lois totalitaires, à appliquer obligatoirement par tous sans le moindre discernement, la moindre souplesse, ni la moindre adéquation à la réalité, qui ne font que durcir "le dialogue social" et contraignent les parties à jouer le jeu d'un rapport de forces dans le travail qui ne fait qu'entériner le principe de l'injustice, c'est à dire la primauté de la loi du plus fort. Peu importe sur quoi se fonde cette force, ni qui gagne, car celui qui a perdu finira par désirer se venger avec ses propres armes et la lutte des classes sera bien entretenue. Un véritable chrétien ne peut se reconnaître dans de telles dispositions. Division.
  • Un chrétien par ailleurs ne peut être machiste pas plus qu'il ne peut être féministe. Ce sont des notions qui lui sont étrangères car ce qui prime ou devrait primer normalement et fondamentalement, chez le chrétien, c'est l'amour et pas le rapport de force entre l'homme et la femme sous le prétexte de la libération du plus "faible". Qu'importe, chez un couple inspiré et nourri par l'amour, qui fait quoi dans l'organisation de la vie conjugale et familiale. Foin de l'idéologie dans un couple qui a pour objectif la construction patiente et l'entretien fervent de l'amour dans la reconnaissance de l'irréductible et dans la persévérance,  dans l'objectif de la sanctification réciproque. La notion de perte et de frustration, due à un sacrifice à cause de l'autre, n'est objet d'aucun rapport de force ni de souci d'égalitarisme. Car si, selon St Paul, la femme est censée suivre son mari, le mari a pour modèle le Sacrifice du Christ car il n'est pas de meilleure preuve d'amour que de donner sa vie pour ceux que l'on aime. Car le premier doit servir le dernier, et l'exemple du plus puissant, le Pantocrator est de se faire humble serviteur pour ceux qui le suivent. Le Christ ne leur lave-t-Il pas les pieds et n'accepte-Il pas de servir, et de souffrir jusqu'à la mort assumée. Certes la société était loin d'avoir réalisé dans les siècles précédents le Royaume sur terre, (pas plus que maintenant) et pour leur majorité,  les femmes demeuraient, mineures aux yeux des hommes. L'intolérable inégalité des salaires, le harcèlement sexuel au travail et désormais dans la rue même, demeurent, scandaleusement. Mais il n'empêche qu'un certain féminisme, devenu "idéologie" d'une guerre des sexes, encore considéré comme une valeur "de gauche",  n'a fait qu'exacerber l'impatience, l'inimitié, et la séparation, et pour finir, par créer les conditions de la  renaissance d'un nouveau machisme venu d'ailleurs, plus abject et violent que le précédent… Les divorces sont en nombre croissant, comme la solitude des célibataires, produits de la division. 
  • Il en est de même avec la survalorisation de la jeunesse. Depuis les années 50, la société marchande n'a cessé de chercher à multiplier et diversifier ses cibles, de façon à augmenter les profits. Les différentes tranches de l'enfance jusqu'à l'adolescence ont subi une propagande de pseudo reconnaissance des droits de l'enfant, de légitime révolte contre les aînés, de prise en compte de leur spécificité par une différenciation prétendue respectueuse de leurs désirs légitimes. Désirs tôt transformés en revendication, en constitution de groupes et de mouvements auto proclamés avec comme point commun la révolte contre "les vieux". Il n'était plus question d'avancer, chacun à son rythme respecté, en passant certes par l'opposition nécessaire et vitale, vers l'âge adulte, mais de valoriser la séparation, la division en classes d'âge et faire affronter "la jeunesse" à tout ce qui était "institutionnel", donc vieux et réactionnaire. Résultat : plus personne ne veut être "vieux" et le "jeunisme" sévit en tout lieu. Pour lutter contre l'abus de pouvoir parental on a rien trouvé de mieux que de renforcer dès le plus jeune âge l'ego des enfants, en favorisant leur désobéissance et leur désir d'indépendance en tout. Mais on n'a malheureusement pas éradiqué l'abandon des enfants, la solution de l'avortement, la maltraitance, ni l'abominable inceste et l'on constate une augmentation des suicides d'enfants. On a seulement favorisé l'égoïsme grandissant des parents, désirant avant tout "profiter de la vie", et celui des enfants qui ont désormais "le droit" d'avoir leur "indépendance", c'est à dire de ne plus communiquer avec leur parents, d'avoir leur vie séparée. C'est une oeuvre de division là encore. Et à l'instar de la lutte des classe, et la guerre des sexes, la guerre des âges est née et s'est développée sous le prétexte en apparence généreux de la reconnaissance des droits de l'enfant, thème de gauche certainement aussi. Division.
  • Évidemment cette même survalorisation de l'état passager de la jeunesse (même si l'on fait tout pour la prolonger et la conserver le plus longtemps possible par tous les moyens) s'est appliquée à l'école et aux relations entre enseignants et élèves. On a voulu en suivant les théories d' idéologues "de gauche", autoproclamés spécialistes de la pédagogie, "mettre l'enfant au centre du système" et on a substitué l'éducation ( normalement réservée aux familles et non à l'état sauf dans les régimes totalitaires nazi ou communiste) à l'instruction. On sait ce qu'il en est advenu : de moins en moins de respect de l'enseignant, jusqu'à la remise en cause, l'insulte et les agressions physiques. Un rapport de forces quasi constant. Un souci de démocratie a sans doute motivé une participation croissante des parents d'élèves dans les affaires de l'école jusqu'à l'ingérence directe. Là encore qu'a-t-on obtenu ? Opposition de deux camps. Méfiance, médisance, calomnie, et division entre élèves et enseignants et parents et enseignants. Division.
  • Le bon accueil et le respect de l'étranger, principes bibliques et chrétiens se sont transformés dans le discours "de gauche" en survalorisation  de sa culture et de ses us et coutumes d'origine, fussent-elles en contradiction évidente avec celles de ceux qui accueillaient. Qui plus est,  cela s'est fait contre la culture d'accueil, son mode de vie, son mode de relations humaines, son mode d'éducation des enfants, ses valeurs morales, à partir de ce moment-là critiquées, dévalorisées, dénigrées, chargées de tous les maux du monde, et pour finir réduites à néant avec un acharnement inconcevable et tel qu'il devenait une paradoxale haine de soi, une autoflagellation permanente à tout propos jusqu'à nourrir le désir de remplacement de sa propre culture par celles des autres; tout cela  dans un projet suicidaire d'autodestruction.  Le prétendu respect de l'étranger et de la différence a en réalité favorisé et consolidé la constitution de ghettos, le refus de l'intégration et de l'assimilation des immigrés, jusqu'à nourrir le mépris de la culture d'accueil, voire le désir de la remplacer par celle que l'on a pourtant quittée pour des terres meilleures, paradoxalement. Tout cela a attisé la haine et la division. Clairement encore une fois la division.
  • Le Christianisme authentique abandonné, méconnu voire inconnu, déformé voire même inventé, ne condamne jamais le pécheur mais seulement le péché. L'homosexualité n'est rien d'autre qu'une propension "naturelle" (trop "naturelle") comme une autre, à pécher dans un domaine particulier. De même pourquoi est-on infidèle, obsédé par le sexe, goinfre, ivrogne, violent… etc. ? On peut sans doute tenter et même parvenir à "comprendre" pourquoi, pour essayer de changer ce que l'on voit bien comme étant source de mauvaise vie pour soi et d'effets néfastes pour les autres. Et sans aucun doute est-ce condamnable aux yeux des hommes comme au regard de Dieu.  Mais Dieu ne veut pas la mort du pécheur mais qu'il vive et qu'il se retourne vers Lui, et réoriente et dépasse ses passions en les transfigurant pour en utiliser l'énergie non pour jouir de façon éphémère dans cette vie terrestre et matérielle en s'y perdant pour ensuite en goûter l'amertume quand la frustration apparaît inévitablement pour les  raisons diverses de la finitude de la condition humaine…  mais pour jouir de l'incommensurable jouissance de la vie éternelle du Royaume Céleste que vivent déjà les saints, de leur vivant, sur cette terre, en participant des énergies divines. Le vrai Christianisme n'a jamais préconisé le mépris et la persécution des homosexuels parce que la perspective chrétienne offre une transcendance que refusent volontairement et obstinément les "bonnes consciences de gauche".  Aussi, encore une fois, "la reconnaissance des droits des homosexuels", leur réduction à une étiquette (marchande en fait), à une prétendue "identité" (comme si l'on pouvait réduire un homme à ses tendances dans quelque domaine que ce soit) dans le même mouvement de valorisation de la différence, a produit tout le contraire de ce qu'elle prétendait obtenir ; c'est à dire plus que jamais la constitution de ghettos, de lobbies, de démonstrations, d'exhibition et de parades qui n'ont fait que nourrir et augmenter l'intolérance, le mépris, voire la haine et la violence de ceux qui ne supportent pas justement cette "différence".  Et encore une fois c'est le ressentiment et la Division qui ont été nourris.
  • Que dire du racisme sinon qu'en tant que méfiance, rejet de ceux qui ne sont pas de la famille, du même village, de la même région, du même pays, de la même ethnie, de la même classe sociale… etc.  c'est malheureusement la chose la mieux partagée au monde ! L'accusation de "racisme" est devenue pour ceux qui ne l'ont jamais vécu (et qui prétendent abusivement en parler !) un réflexe de prêt à penser automatique que l'on dégaine pour tout et n'importe quoi en suivant servilement (et paresseusement) la doxa médiatique bien pensante. À qui veut-on faire croire   que c'est automatiquement et évidemment le méchant blanc européen qui a l'apanage du racisme ? Pas à moi en tout cas qui ai choisi d'aller vivre et travailler pendant quelques années en Afrique et en Afrique du Nord. Pas à moi qui ai vu de mes propres yeux comment une ethnie dominante exerçait un pouvoir tyrannique sur les toutes les autres,  en persécutait une autre, réduisait en esclavage une autre encore plus faible. Pas à moi dont un copain bassiste (originaire d'un pays frontalier) avec lequel je faisais de la musique s'était fait traiter de "plus nègre que noir" par un douanier du pays où nous vivions. J'avais été élevé par un père athée dans l'indifférence aux races, aux préférences sexuelles et aux classes sociales et j'étais allé  avec enthousiasme "aux sources du jazz" (musique que je pratiquais  en France avant de partir) et j'ai rencontré le racisme sans m'être douté une seconde que cela existait entre africains même… Est-ce que le racisme n'existait pas également dans le pays du Maghreb où j'ai travaillé plus tard ? Il y était de bon ton pour certains de se revendiquer comme "descendants du Prophète" et de mépriser les "fils de bergers" indigènes, de traiter les habitants du Souf de "foncés" et de rappeler aux noirs qu'ils étaient "des fils d'esclaves"… J'ai été le témoin de tout cela et je me garderai bien de parler de racisme anti-blancs ou de racisme anti-roumis. Inutile… Ce dont je témoigne seulement c'est du racisme entre des personnes supposées être les victimes privilégiées du racisme européen. J'ai aimé ces pays africains et j'y ai laissé de vrais amis, des personnes hospitalières, honnêtes, conviviales, à l'esprit critique, elles. Qu'a fait "la gauche" depuis toutes ces décennies jusqu'à maintenant encore ? Désigner des bourreaux et plaindre des victimes et tout cela sans connaissance réelle ni expérience, avec des grilles d'interprétation pré-construites qui sont autant de lits de Procuste peu adéquats à rendre compte de la réalité. Avec encore une fois la volonté de réduire les personnes à des étiquettes, compartimenter, diviser, faire affronter des groupes, attiser la haine. Qui alimente la haine réellement ? De quel lieu idéologique sont ceux qui ont contribué à développer des ghettos culturels et urbains sous prétexte (contradictoire) d'"ouverture à l'autre", de "tolérance", de "valorisation de la différence" ?   Qui a semé les graines de la guerre civile ? Qui en a cultivé soigneusement les champs ? Les mêmes.