Si quelqu'un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu'il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses, qu'il se détourne du mal et fasse le bien, qu'il recherche la paix et la poursuive. 1 Pierre 3:10-11 Les lèvres mensongères font horreur à l'Éternel, tandis que ceux qui agissent avec fidélité lui sont agréables. Proverbes 12:22 «C'est ce qui sort de l'homme qui le rend impur. En effet, c'est de l’intérieur, c'est du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, l'immoralité sexuelle, les meurtres, les vols, la soif de posséder, les méchancetés, la fraude, la débauche, le regard envieux, la calomnie, l'orgueil, la folie. Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans et rendent l'homme impur.» Marc 7:20-23 Un témoin fidèle ne ment pas, tandis qu’un faux témoin dit des mensonges. Proverbes 14:5 « Vous, vous avez pour père le diable et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement et il ne s'est pas tenu dans la vérité parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fond, car il est menteur et le père du mensonge. » Jean 8:44 Si les paroles distinguées ne conviennent pas à un fou, les paroles mensongères conviennent d’autant moins à un noble. Proverbes 17:7 « Écarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours ! Proverbes 4:24 Craindre l'Éternel, c'est détester le mal. L'arrogance, l'orgueil, la voie du mal et la bouche perverse, voilà ce que je déteste. » Proverbes 8:13 « Pierre lui dit : «Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu aies menti au Saint-Esprit et gardé une partie du prix du champ? […] Comment as-tu pu former dans ton cœur un projet pareil? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.»Actes 5:3-4Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.Apocalypse 21.8

vendredi 14 juin 2024

St Sophrony - Psychologie et Vision divine

  

La psychologie essaie de libérer l'homme des complexes de culpabilité, alors que dans la vie en Christ nous vivons la douleur, la torture de notre éloignement de Dieu, et nous ne cessons de nous repentir jusqu'à ce que cette douleur se transfigure. La psychologie ne se conforme pas à la Révélation Divine, selon laquelle l'homme est créé à l'Image et à la Ressemblance de Dieu. Les psychologues étudient l'homme par l'homme - c'est-à-dire par des moyens humains, de cette manière, cependant, les hommes désespèrent en voyant leur misère intérieure. Au contraire, si nous regardons l'impureté intérieure avec l'esprit du cœur brisé, c'est tout autre chose, car ainsi naît la prière avec l'espoir en Christ. Lorsque l'homme arrive à la crainte de Dieu, il voit en lui-même même les plus petits mouvements du péché et commence la repentance, la lamentation. C'est alors qu'il a besoin d'un Père spirituel, d'amour et de patience, sinon il se brisera. Une chose est la peur psychologique, et une autre est la peur spirituelle. La peur psychologique mène au désespoir et paralyse l'homme. La peur spirituelle inspire l'homme, le menant jusqu'à la résurrection de la mort du péché. La crainte de Dieu ne ressemble pas à l'instinct animal. 

 St Sophrony


mercredi 12 juin 2024

PRÉSENTATION du LIVRE "ÉPITAPHE" par son auteur Laurence GUILLON



Présentation avec lecture d'un extrait. Dans une France méridionale devenue méconnaissable et soumise a toutes sortes d'expériences étranges, un vieux paysan retrouve son amie d'enfance, venue enterrer son père, qui vient de se suicider dans son château. Tous deux sont entrainés dans une aventure rocambolesque et terrifiante qui les emmène jusque  jusque dans un village perdu du nord de la Russie. 

mardi 11 juin 2024

Glorification prochaine de Sainte Olga d'Alaska


Réalisateur et directeur de la photographie : M. Anton Khlopotov (www.RoadToTheosis.com,)
Filmé le 17 mars 2024
Lieu : Terres ancestrales de la servante Arrsamquq, Sainte Olga d'Alaska, Kwethluk, Alaska
Titre : Souvenirs de la sainte Matushka Olga
Veuillez faire un don maintenant : https://odosa.org/current-fund-raisers

Le 17 mars 2024, Sa Grâce, Mgr Alexei, s'est rendu à Kwethluk, en Alaska, avec des membres de la Chancellerie diocésaine pour entendre les réflexions du peuple sur la glorification prochaine de Sainte Olga d'Alaska, Mère de Kwethluk et première servante glorifiée des Saints Orthodoxes. Église sur les terres de l'Alaska.

Les gens ont partagé leurs souvenirs de sainte Olga et ont exprimé leurs joies et leurs inquiétudes à Vladyka Alexei, qui s'apprêtait à présenter un rapport au Saint-Synode des évêques de la Sainte Église orthodoxe d'Amérique le mois suivant. Afin de présenter les voix du peuple aux vénérables hiérarques de l'Église orthodoxe, Sa Grâce a invité le réalisateur Anton Khlopotov à filmer le pèlerinage lors de sa visite archipastorale.
Ce premier court métrage sur Sainte Olga a été présenté au Saint-Synode lors de la Session de printemps d'avril 2024 et il semble bon pour eux et pour le Saint-Esprit que les saintes reliques de Sainte Olga restent sur ses terres ancestrales dans son village de Kwethluk.

Produit par le diocèse de Sitka et d'Alaska avec la bénédiction de Sa Grâce, le très révérend Alexei, évêque de Sitka et d'Alaska. Production de M. Anton Khlopotov (www.RoadToTheosis.com, instagram : @RoadToTheosis)

mardi 4 juin 2024

DIEU RECONNAÎTRA LES SIENS…


Qu'ont-ils fait de mon évêque préféré ?

Ce n'est plus le même ! Il a l'air vaincu…malade, énormément vieilli, affaibli, il a un visage absent, quasi drogué (?) sur cette vidéo (https://youtu.be/SJ8WrVOPbVI?si=AORIAdXxuNvEtwQ2) il espérait être élu en remplacement de Chrysostome paraît-il : c'est, semble-t-il ce qui l'a détruit. Tous les postes de “responsabilité“ et de pouvoir sont à la merci des serviteurs du diviseur qui les tient dès qu'ils pourraient ne pas obéir.

samedi 1 juin 2024

L'optimisme de l'orthodoxie par le Dr Alexander Kalomiros

 

L'optimisme de l'orthodoxie



par le Dr Alexander Kalomiros
1986

« Ne soyez pas pessimiste », disent les faux bergers. « L’orthodoxie se caractérise par son optimisme. Dieu n'abandonnera pas son Église, et « les portes de l'Hadès ne prévaudront pas contre elle ». » En vérité, l'Orthodoxie est optimiste, mais seulement en ce qui concerne les choses qui appartiennent à Dieu et viennent de Lui. Dieu est l'amour tout-puissant lui-même. Il ne nous abandonnera jamais. La peur est plutôt que nous puissions l’abandonner. Le pessimisme de ceux qui ne ferment pas volontairement les yeux sur la réalité est confirmé par le retrait de l'homme de son Créateur. Rien n’arrivera jamais à l’Église du Christ, même s’il ne lui reste que deux ou trois personnes sur terre. Ce n'est pas l'Église qui est en danger. Nous sommes en danger. La question est de savoir combien d’entre nous resteront finalement dans l’Église éternelle et immortelle du Christ qui, comme Lui, est synonyme de Vérité.

Les perspectives terrestres n’ont jamais été optimistes. Les chrétiens ne s’attendaient jamais à ce que les conditions de vie s’améliorent, spirituellement ou matériellement, dans ce monde en déclin. Le cours de l’histoire vers la fin des temps a été décrit dans les couleurs les plus sombres, autant par le Seigneur que par ses disciples. Les chrétiens ont toujours prédit et anticipé l’avancée du péché et de la corruption, qui atteindront leur apogée juste avant la glorieuse seconde venue du Christ. Les attentes optimistes des millénaristes d’un royaume terrestre millénaire dans ce monde corruptible ont été condamnées par l’Église dès leur apparition dans les premiers siècles chrétiens. Il n’est pas possible que le royaume de Dieu (dans lequel tout vrai chrétien vit au plus profond de son cœur comme les fiançailles de l’Esprit) prévale et brille dans sa gloire sur cette terre corruptible. « On ne met pas le vin nouveau dans de vieilles outres. » « Nous attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où habite la justice » (2 Pierre 3 : 13). Sans la résurrection des morts et le renouveau de toutes choses que le Seigneur apportera avec sa seconde venue, il ne nous est pas possible de parler de perspectives optimistes. Bien au contraire. «Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?» (Luc 18:8).

Un substitut au paradis

L'attente d'un paradis terrestre est caractéristique des sentiments religieux et même politiques, qui se confondent essentiellement les uns avec les autres. Nous, chrétiens, « n’avons pas ici de ville stable, mais nous cherchons celle qui vient » (Hébreux 13 : 14). Mais le diable ne veut pas que nous travaillions pour la ville future mais que nous nous contentions de cette terre corruptible comme si nous devions y rester pour toujours. C'est le monde que nous essayons d'améliorer, autant que possible, pour le rendre plus durable et plus confortable. Il nous trompe en nous faisant croire qu'un paradis est possible sans la résurrection et le renouvellement de toutes choses, sans l'incorruptibilité ; en d’autres termes, sans le Christ ressuscité. Nous avons essayé de remplacer le paradis que nous avons perdu par la civilisation. Nous nous sommes éloignés de Dieu et de sa création et avons adoré les œuvres de nos propres mains au point d’être asservis par eux et de leur permettre de nous détruire. Toute l'activité des hommes, le sang et la sueur qu'ils versent n'ont qu'un seul but : rendre la vie plus accommodante dans notre prison sombre et lugubre. Ils ne croyaient pas au Christ parce qu'Il offrait des richesses célestes et non terrestres, et leur demandait même de se priver des richesses terrestres et tangibles afin d'atteindre les richesses célestes et intangibles. Mais ceux qui ont cru s’attendent aussi à ce que Christ leur donne des richesses terrestres en échange de leur foi et de leur obéissance. Ils s’attendent à ce qu’Il ​​facilite tout dans leur vie. Ils veulent que la loi de Dieu soit suivie par tous afin qu’un bonheur terrestre couvre le monde. Ils cherchent un substitut au royaume de Dieu et non au royaume lui-même. Chaque substitution fait perdre à l’homme la capacité de vivre la réalité elle-même. Lorsque le diable a tenté le Christ dans le désert, c’est précisément ce bonheur terrestre qu’il lui a demandé de donner aux hommes, car cela aurait signifié leur mort éternelle. Ils utilisent le christianisme comme un moyen d’accéder à un monde meilleur et se trompent en pensant qu’ils sont chrétiens.

Le besoin de tyrannie

« Qu'est-ce que la vérité ? » La question fatiguée et agnostique de Ponce Pilate est répétée par les tyrans spirituels et politiques de tous les temps. « La vérité intangible ne nous concerne pas », disent-ils. « Ce qui est important, c'est une structure administrative solide. Ce que vous dites sur l'unité intérieure que la vérité est censée apporter, où qu'elle se trouve, nous le considérons avec « tolérance ». Nous nous soucions de l’unité extérieure et tangible que tous peuvent voir. Ils le respectent et le craignent, mais cela ne peut exister sans discipline et sans application. L'obéissance libre et volontaire à l'amour dont vous parlez est comique, et elle est destinée aux gens comiques. Nous voulons de l'efficacité. Nous ne travaillons pas pour l'âme de tel ou tel, mais pour les masses, pour le monde entier. Nous ne tolérons pas les schismes. Vous dites que les brebis doivent se séparer des loups. Et nous répondons que les moutons ont besoin, sinon des loups, du moins de chiens de berger et de bergers qui les gardent pour les abattre et les manger. Non, messieurs, si la vérité existe, il faut toujours qu'elle soit mêlée de mensonge pour la rendre inoffensive. La pure vérité est une chose très dangereuse. Et l’heure n’est pas aux dangers ; l’âge de la valeur est révolu. Nous sommes des pacifistes ! A bas la guerre ! Laissez-nous en paix et vivons notre petite vie sur cette terre aussi confortablement que possible. S’il vous plaît, pas de fanatisme naïf.

Lorsque le Christ est présent, personne ne perçoit la nécessité d’une unité administrative. L'amour pour le Christ est la véritable unité. "Afin qu'ils soient un comme nous sommes un." C'est lorsque nous quittons le Christ que nous ressentons le besoin intense d'une structure monolithique et même d'une tyrannie, par exemple la papauté. Dans l’Orthodoxie, il n’y a jamais eu de structure monolithique ; il n'y avait que des relations paternelles et familiales. Le Grand Hiérarque et Roi des Rois n’était pas de ce monde corruptible même s’Il est omniprésent. Le royaume de Dieu « n’est pas de ce monde », même si tous ceux qui vivent dans le royaume ont commencé à y goûter dans ce monde. Ce monde appartient au leader de ce monde, le diable. Il est le premier tyran, le chef de tous les tyrans de la terre, politiques et religieux.

Seul le Christ lie les hommes entre eux, parce que lui seul les lie ontologiquement à Dieu dans sa propre personne. Mais le Christ ne force pas les gens à l'accepter. Lorsqu’Il ​​n’est pas présent, le besoin de continuité extérieure surgit automatiquement, tout comme le besoin de discipline obligatoire et de tyrannie politique ou spirituelle – démocratique ou oligarchique, cela ne fait aucune différence. L'octroi d'un monarque à l'ancien Israël était une concession que Dieu a faite à une nation au cou raide et incrédule qui voulait un roi visible et tangible et ne voulait pas laisser le Christ habiter dans son cœur. Il leur a donné un roi pour que le diable ne leur donne pas le sien ; mais il l'a fait à cause de leur dureté de cœur et de leur peu de foi.

Il en va de même pour le Nouvel Israël, nous, chrétiens. Même si l’économie divine laisse une certaine marge au gouvernement de l’État, il n’y a aucune marge pour la tyrannie spirituelle et ecclésiastique, car elle porte atteinte au Christ et empiète sur des territoires qui lui appartiennent seuls dans le royaume des cieux. La papauté et d'autres tyrannies ecclésiastiques ont chassé le Christ de la vie du peuple et ont pris sa place. Ils l’ont « condamné » à rester au ciel et à nous laisser seuls ici sur terre. L'œcuménisme se caractérise par son indifférence à l'égard de la vérité (le Christ) et son grand souci d'une continuité et d'une structure monolithiques qu'ils appellent « l'unité des Églises », une unité au milieu de la confusion et du flou doctrinal, une unité avec des visions et des religions globales. -dimensions politiques.

L’État universel se construit sous nos yeux. Il unifiera toutes les religions et nations sous son pouvoir absolu. Ses fondements sont pour l’essentiel complets. Ce sera un état au sens absolu, car l’assujettissement à cet état ne sera pas seulement extérieur et matériel mais, avant tout, spirituel. Le monde l’attend avec nostalgie et désir ardent, car c’est le seul espoir des rêves millénaristes de tous les âges d’un « paradis » terrestre au milieu de la mort et de la corruption.

Règle électronique

L’État informatisé actuel est incomparablement plus efficace que n’importe quel tyran que l’humanité a connu jusqu’à présent. Sa force réside dans sa capacité à connaître chaque citoyen en profondeur et à le saisir de l'intérieur, et non seulement de l'extérieur, comme cela a toujours été le cas jusqu'à hier. Et à mesure que les nations puissantes s’unissent, coordonnent et multiplient leurs forces, leur capacité à imposer leur domination augmente verticalement. Les tyrans du passé n’avaient jamais imaginé les moyens extrêmement efficaces dont disposent aujourd’hui les gouvernements pour exercer leur autorité sur le peuple. Sous un vernis innocent de démocratie, les citoyens sont liés par des fils fins et invisibles mais extrêmement résistants. Nous sommes à l’ère des cerveaux électroniques, de l’information électronique et de la communication de masse. Très peu de gens comprennent ce genre de tyrannie, car la soumission de l’homme au gouvernement contemporain est principalement idéologique. Une culture de la pensée qui s'étend sur plusieurs siècles a préparé l'homme et lui a fait désirer un tel asservissement. L’état à venir sera la réalisation des désirs humains universels. On attend aujourd’hui de l’État ce que les païens demandaient à leurs dieux. Nous voulons qu’il soit notre nourrice, notre protecteur et notre dieu. Nous lui demandons de fournir notre nourriture, nos vêtements, notre logement, nos loisirs, notre éducation et notre santé. Et l’État accepte sournoisement l’invitation et nourrit nos attentes. Il nous demande de donner une seule chose en retour : la liberté de notre esprit et de notre cœur.

Nous donnons notre droit d'aînesse pour un bol de soupe aux lentilles. Nous avons donné à l’État le droit d’entrer dans nos foyers et dans nos relations familiales, d’influencer notre pensée et de façonner nos enfants. Nous lui avons donné notre acceptation et le droit de savoir tout ce dont il a besoin pour nous éloigner les uns des autres. Il canalise nos disputes vers de fausses querelles afin de maintenir l’impression que nous sommes libres et capables d’exprimer nos points de vue sur des conflits soi-disant majeurs comme le marxisme et le capitalisme, les deux facettes à notre époque de l’ancien culte de Mammon. Tout est devenu uniforme aujourd'hui : la mentalité des gens, leur vie, leur apparence, leurs habitudes, leurs désirs et leurs attentes. Cette uniformité, qui s’étend même à une langue mondiale commune, est l’épine dorsale de notre asservissement à un mécanisme étatique universel unique qui nous enferme comme un filet. Et comme le poisson, nous ne le voyons pas. De manière psychologique subtile, ils nous guident à vouloir, à être d’accord et à croire ce que nous devons faire, ce que nous devons accepter d’une manière ou d’une autre. Les uniformes rayés que nous porterons tous sur le bateau-prison mondial sont déjà cousus. La transformation de l’humanité en troupeaux et en masses a pour l’essentiel été réalisée. Le « mystère de l'iniquité » est arrivé à sa phase finale parce que les hommes « n'ont pas reçu l'amour de la vérité, afin d'être sauvés » (2 Thess. 2 :7, 10).


[Source : L'Arche . Numéro 13, juillet 1988

jeudi 30 mai 2024

QUAND LA STUPIDITÉ LE DISPUTE À L'IGNORANCE AU PROFIT DU PÈRE DU MENSONGE

Pour faire écho à l'article de l'Archimandrite Gregorios (Estephan): "LES DIACONESSES DANS L'ÉGLISE PRIMITIVE ÉTAIENT APPARENTÉES AUX FEMMES MYRRHOPHORES qu'a fait paraître Claude dans son blog 





Au nom du Christ ça suffit !


Dans le féminisme depuis quelque temps (trop longtemps) la stupidité le dispute à l’inculture, nourrissant la dissension jusqu’à la vaine guerre des sexes…

 D’abord, confondant bêtement réalité et langage, en dépit du travail des linguistes (cf  Ferdinand de Saussure) et de l’évident arbitraire du signe on “féminise“ des mots du lexique pour rétablir la justice, pour — prétend-on de façon véhémente — réparer  une injustice incroyablement scandaleuse. Ah bon ! et à quoi correspondent donc les termes de : impératrice, reine, souveraine, princesse, présidente, directrice, maîtresse etc ? dont les occurrences ne manquent pas dans notre langue, sont-ce là des mots qui démontrent la mise à l’écart, la ségrégation, la soumission et le mépris des femmes ?

Ces mots ne désignent-ils pas plutôt les sommets explicites de la puissance ? Relisez les mythes fondateurs de notre culture gréco-latine  explorés avec érudition par Robert Graves dans ses “Mythes grecs" et constatez la complexité des relations du masculin et du féminin…


À l’inverse a-t-on jamais vu de manifeste et  de manifestation des  mâles de ces animaux “injustement“ absents du lexique : Alouette (n. f.) Baleine (n. f.) Belette (n. f.) Carpe (n. f.) Chauve-souris (n. f.) Chouette (n. f.) Cigale (n. f.) Cigogne (n. f.), Coccinelle (n. f.) Gazelle (n. f.) Girafe (n. f.) Grenouille (n. f.) Guêpe (n. f.) Hyène (n. f.) Loutre (n. f.) Marmotte (n. f.) Perdrix (n. f.) Perruche (n. f.) Pie (n. f.) Pintade (n. f.) Sauterelle (n.f) etc. et j'en passe qui n’ont pas de masculin et qui sont à coup sûr victimes d’un sexisme accablant n’est-ce pas ? Cessons donc d’alimenter l’ignorance et la bêtise SVP  et encore une fois ne confondons pas langage et réalité !


Que veut-on nous faire croire,  à n'en pas douter sous l’unique et vicieuse inspiration du Diable réjoui de nos luttes intestines, du διαβολος, le diviseur en chef , celui que notre Seigneur désigne comme le père du mensonge ?  “On“ veut nous persuader que la femme a toujours été maltraitée particulièrement dans notre christianisme !

Mais depuis que le Christ est venu s’incarner sur cette terre, depuis le tout début de sa mission parmi  les hommes y a-t-il eu moins de femmes que d’hommes vénérées comme saintes, glorifiées officiellement par l’Église ?

Ici la confusion se fait entre rôle et importance à l'encontre de l'enseignement du  Christ (relire (2Cor. 4:5;  Luc 22:27 etc.Et désolé de vous le rappeler mais dans notre foi chrétienne ce ne sont sûrement pas les places et les fonctions dans les rites ni dans la hiérarchie ecclésiastique qui comptent, c’est LA SAINTETÉ ! Et nous ne manquons pas de SAINTES ! 


Les mous et les tièdes que le Seigneur vomit, et qui ont pignon sur rue en tout lieu de l'institution ecclésiastique (d'Orient comme d'Occident, merci  Dimítrios Arkhontónis et consort !) sont désormais plus préoccupés par les vaines valeurs de ce monde déchu, dont le maître est le malin, que par le cœur de notre foi qu’ils semblent oublier (sont-ils encore  vraiment chrétiens ?) et qui est — je le redis —  LA SAINTETÉ !

Et puis quoi ! N’avons-nous pas de surcroît une Reine que nous Orthodoxes particulièrement, mêlons sans cesse à nos offices et nos prières et que nous glorifions par toutes sortes d’hymnes, n’hésitant pas à la désigner comme une souveraine, aux puissantes prières, à l’invincible protection et chef des armées même.


Qu’est-ce que le père du mensonge, dont le règne s’étend de plus en plus au fur et à mesure et à proportion de la perte de la foi chrétienne, veut obtenir nous divisant et en nous dressant tous contre tous ? — Asservir à son éphémère tyrannie le plus possible les hommes (ô pardon ! les “humains“ voulais-je dire…) et les éloigner constamment non seulement de leurs semblables mais de leur Dieu dont ils portent, malgré la constante malveillance du malin et des ses esclaves, l’image divine indestructible dans leur cœur  à laquelle ils sont appelés à ressembler.

Maxime le minime





mercredi 22 mai 2024

Matthieu 18:3



"Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.…"

dimanche 12 mai 2024

Père Arsenie Papacioc :"Les forces du bien qui sont en nous"



"Je recommande avant tout un état d’allégresse intérieure, intime, dans le cœur, état qui suppose la prière ininterrompue. C’est un état d’allégresse véritable, dégagé des soucis de la vie, des soucis que présente, d’une façon ou d’une autre, le chemin de la vie: de toute façon, un état d’allégresse. Quand on s’attriste, le diable couve ses œufs! Et cela produit un état d’absence, de ténèbre. Tant que l’être humain ne meurt pas à son mode de vie d’élévation de soi et de prétention, toute la création souffre. Nous vivons dans une grande unité, toute la création de Dieu est une unité. Quand nous nous éloignons de cette grande unité, nous sommes dans une position d’annulation, d’auto annulation. Je recommande donc une attitude de vie. La tragédie du monde entier doit être pleurée comme nos propres péchés, et l’état de prière signifie un état de présence. En ce qui me concerne, en tant que père spirituel qui toute la journée parle avec un monde qui a besoin de verticalité, je ne recommande pas des efforts ascétiques, des renoncements. Je recommande un état permanent de présence, qui signifie la reconnaissance des forces du bien qui sont en nous."


"Les faibles y succomberont, les peureux et les stupides y croiront et demanderont à être traités" (J. Attali)



samedi 11 mai 2024

OH LES BEAUX JOURS ! Dommage que le temps soit si capricieux… comment ça se fait ?



En France ou ailleurs on voit de drôles de choses après le passage d'avions à la longue queue
interminable et persistante qui s'entrecroisent avec application… quelque chose de chimique dîtes-vous ? Pour quoi faire ? Pour produire quel effet ? Dans quel objectif ? Par qui ?
 




lundi 6 mai 2024

La résurrection des morts par St Luc de Crimée


Saint Luc de Crimée. 
La résurrection des morts
cliquez ici ➡️ 1. &2.
et beaucoup d'autres textes du merveilleux St Luc
 traduits en français sur le même site

dimanche 5 mai 2024

2 TIMOTHÉE 3:1-5

1 Sache bien que dans la période finale de l'histoire, les temps seront difficiles. 2 Les hommes seront égoïstes, avides d'argent, vantards et prétentieux. Ils parleront de Dieu d'une manière injurieuse et n'auront pas d'égards pour leurs parents. Ils seront ingrats, dépourvus de respect pour ce qui est sacré, 3 sans coeur, sans pitié, calomniateurs, incapables de se maîtriser, cruels, ennemis du bien ; 4 emportés par leurs passions et enflés d'orgueil, ils seront prêts à toutes les trahisons. Ils aimeront le plaisir plutôt que Dieu. 5 Certes, ils resteront attachés aux pratiques extérieures de la religion mais, en réalité, ils ne voudront rien savoir de ce qui en fait la force. Détourne-toi de ces gens-là ! 


mercredi 17 avril 2024

NOUS N’AVONS PAS BESOIN D’ÉLIMINER LE CO2 !

Changement dans l’activité solaire – le nouveau « Petit Âge Glaciaire » a déjà commencé

Image symbolique : vecstock ( freepik

Même si cela ne semble pas être le cas pour le moment en raison de tous les rapports faisant état de "températures records", la Terre se dirige vers un nouveau "Petit Âge Glaciaire", selon un astrophysicien de renom. Cela est dû au changement de l’activité solaire, explique-t-elle. Seules les personnes sans instruction pourraient exiger une réduction du dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Cependant, en raison du développement de notre système solaire, un réchauffement climatique pouvant atteindre 3,5 degrés Celsius est possible d’ici 2600.

Ces derniers mois, les médias ont été submergés d’informations faisant état de prétendues « températures record ». Le problème est que de nombreuses stations de mesure se trouvent désormais dans des îlots de chaleur en raison de l’urbanisation. Dans la mesure du possible, les gens manipulent et trichent simplement pour pouvoir présenter des chiffres plus élevés. Sans oublier que nous sommes dans une phase El Niño (qui se termine maintenant), traditionnellement associée à des températures plus élevées. À cela s’ajoute la vapeur d’eau de Hunga Tonga, qui agit également comme gaz à effet de serre. Tout cela n'a que très peu à voir avec le dioxyde de carbone, comme je l'ai expliqué en détail dans mon livre « Le CO2 n'est pas notre ennemi ».

Le professeur Valentina Scharkova, professeur à l'université de Northumbria à Newcastle, en Grande-Bretagne, met même en garde contre un sous-approvisionnement en gaz . Ce n’est pas nocif, a expliqué l’Ukrainien d’origine, expert en astrophysique. Elle a terminé ses études de mathématiques à l'Université nationale de Kiev et a obtenu son doctorat au principal observatoire de la capitale ukrainienne. Elle travaille dans diverses universités britanniques depuis 1992. « En fait, nous avons une carence en CO2 dans le monde, et elle est trois à quatre fois inférieure à ce que les plantes souhaiteraient », explique-t-elle. Dans le passé, la proportion de CO2 était nettement plus élevée et a connu une réduction progressive au cours des 140 derniers millions d’années. Ce n’est que maintenant que cette proportion recommence à augmenter légèrement.

Le montant est actuellement d'environ 420 parties par million (ppm), soit 0,042 pour cent. Il y a 140 millions d'années, elle était estimée à 2 500 ppm (0,25 %), soit environ six fois plus élevée. Et cela signifie également un monde plus vert et plus riche en biodiversité, selon le professeur. Si le CO2 tombait en dessous de 150 ppm (0,015 %), cela signifierait déjà l’extinction de la végétation et de toutes les autres formes de vie. Une valeur dont le monde s'est dangereusement rapproché lors de la dernière période glaciaire avec 182 ppm (0,018 %).

« Nous n’avons pas besoin d’éliminer le CO2, car nous en aurions en réalité besoin de davantage. C'est de la nourriture pour les plantes qui produisent de l'oxygène pour nous. Ceux qui disent que le CO2 est mauvais ne sont évidemment pas très bons dans les universités ou partout où ils ont étudié. Seules des personnes sans instruction peuvent proposer des propos aussi absurdes selon lesquels le CO2 devrait être éliminé de l'air », déclare le professeur Sharkova. S'appuyant sur ses recherches menées au cours des dernières décennies, elle souligne que le soleil, contrairement au CO2, joue un rôle important dans le changement climatique sur Terre.

En s'appuyant sur des recherches antérieures, le professeur estime que la température moyenne de la Terre va baisser d'un degré Celsius au cours des 30 prochaines années, et non augmenter comme nous le prévient le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'ONU. Elle explique également que ces changements brusques dépendent des cycles de l’activité solaire. Lorsque le Soleil est moins actif, la diminution de son champ magnétique entraîne une diminution de l’intensité du rayonnement. Moins de rayonnement solaire signifie inévitablement moins de chaleur. Selon Sharkova, un tel changement se produit tous les 350 à 400 ans (Grand Cycle Solaire ou GSC), et elle dit qu'en 2020, nous sommes entrés dans l'un des Grands Minima Solaires (GSM) qui sépare les GSC. Ce GSM durera jusqu’en 2053, après le retour à la normale de l’activité solaire au cycle 28.


Les évolutions attendues sont particulièrement négatives pour les propriétaires d’installations solaires. «Je n'éprouve de la sympathie que pour ceux qui ont investi dans les systèmes solaires », explique le professeur. Étant donné que pendant les périodes de faible activité solaire, on peut s'attendre à des hivers plus longs et que, comme c'était le cas au XVIIe siècle, des chutes de neige sont possibles pendant des périodes plus longues de l'année, les perspectives pour les systèmes solaires ne sont pas très bonnes. « Pendant le minimum de Maunder, il y avait des années où il n'y avait pas d'été du tout – il y avait un printemps court, puis un automne et à nouveau un hiver. Et s'il y a de la neige sur vos panneaux solaires ou si le ciel est nuageux, ils ne servent à rien ", dit-elle.

Cependant, la période de froid attendue est nettement plus courte que le réchauffement, nettement plus long. Cela est dû à l’approche de la Terre vers le Soleil en raison des forces gravitationnelles de notre étoile centrale et des planètes. Selon elle, ce cycle solaire dure de 2 100 à 2 300 ans et s'appelle le cycle de Hallstatt du rayonnement solaire. Le cycle actuel se terminera vers l'an 2600, et bien qu'il y ait probablement une autre période de faible activité solaire, ou GSM (2375-2415), au cours de laquelle il fera à nouveau plus froid, il devrait continuer à se réchauffer régulièrement au cours des années suivantes. cinq siècles de climat mondial. Sur la base de ses calculs, le professeur estime que l’augmentation attendue de la température sera d’environ 3,5 degrés Celsius d’ici 2600. Et comme je l’ai dit, cela est dû au soleil et non au dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère.

"Peu importe ce que nous faisons sur Terre, nous ne pouvons pas modifier l'orbite du Soleil et des grandes planètes comme Jupiter, Saturne, Neptune et Uranus ", explique-t-elle. "Nous ne pouvons rien y faire." Mais cela montre également clairement que nous, en tant qu'humanité, devrions détourner notre attention du CO2, d'autant plus qu'il ne joue qu'un rôle secondaire en termes de températures et que des niveaux plus élevés pourraient contribuer à prévenir de plus grandes famines. un résultat du soutien à la vie végétale à éviter. Après tout, il s’agit d’un aliment végétal important, de sorte que les obstacles à la croissance causés par le « petit âge glaciaire » attendu pourraient être au moins quelque peu compensés. 

Abonnement

abonnement par mail