mardi 2 mars 2021

COMMENT ET POURQUOI LA PRIÈRE DE JÉSUS… et pas une autre préconisée par certains.



 

La « prière de Jésus », aimée et pratiquée par beaucoup, incomprise et source de découragement pour d'autres, a été largement enseignée et discutée tout au long de l'histoire de l'Église orthodoxe. L'Église orthodoxe a un grand nombre de prières, belles et importantes, pour de nombreux besoins et occasions. Cependant, la prière de Jésus, souvent répétée sans cesse, a acquis une haute estime de la part de nombreux saints et pères spirituels comme moyen d'apprendre à «prier sans cesse», une pratique qui nettoie et ouvre d'abord l'esprit et ensuite le cœur. Ceux qui pratiquent diligemment la prière acquièrent d'abord la prière de l'esprit ou la prière noétique (Νοερά Προσευχή) et ensuite la prière du cœur (Καρδιακή Προσευχή). La prière du cœur est considérée comme la prière incessante que l'apôtre Paul préconise dans le Nouveau Testament, quand il dit «priez sans cesse». (1 Thessaloniciens 5:17)

 

Selon Wikipedia (NdR qui est souvent loin d’être une référence fiable), l'origine de la prière de Jésus est probablement le désert égyptien, où se sont installés au 5ème siècle les Pères monastiques du Désert (tels que Saint Antoine le Grand) et les Mères du désert (telles que les Saintes Synclétique et Theodora d'Alexandrie) . Une formule similaire à la forme standard de la prière de Jésus se trouve dans une lettre écrite par Saint Jean Chrysostome (347 - 407 ap. JC). Cette lettre contient les formules « Seigneur Jésus-Christ, fils de Dieu, aie pitié » et «Seigneur Jésus-Christ, fils de Dieu, aie pitié de nous» utilisées pour une prière incessante.

 

Peut-être la première référence explicite à la prière de Jésus dans la forme la plus complète d’aujourd’hui se trouve dans le Discours sur Abba Philémon de la Philocalie. Philémon, qui a vécu vers 600 après JC, : «Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi.»

 

Pourquoi, de toutes les prières que nous connaissons, la prière de Jésus est-elle entrée dans notre Sainte Tradition comme prière incessante du cœur ; et pourquoi pas la prière « Je te remercie, je te glorifie, Seigneur, aie pitié de moi », qui a été récemment innovée et recommandée par Mgr Sotirios le 24 janvier 2021? Quelle est la différence entre ces deux prières ?

 

Premièrement, Saint Théophane considérait la prière de Jésus plus forte que toutes les autres prières en vertu de la puissance du Saint Nom de Jésus. Quand Jésus a demandé à ses disciples : « Qui dit-on que je suis ?» Il a obtenu plusieurs réponses de leur part, Les uns dirent qu’Il était Jean-Baptiste ; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l'un des prophètes.… » Cependant, quand Il a demandé, « Mais vous, qui dites-vous que je suis ? » Simon Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es béni, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux.…» (Matthieu 16 : 13-18) « (Car)… nul ne peut dire : Jésus est le Seigneur! si ce n'est par le Saint-Esprit» (1 Corinthiens 12: 3)

 

Par cela, nous voyons que le Saint-Esprit, la troisième personne de la Sainte Trinité, parle à travers nous lorsque nous confessons Jésus comme le Messie et comme le Fils du Dieu vivant, car le Fils est la deuxième personne de la Sainte Trinité (càd Dieu, lui-même), et non un (faux) dieu mort, car il y a beaucoup de faux dieux que les gens adorent et appellent « seigneur ». Par conséquent, quand nous disons Seigneur (càd Dieu), Jésus-Christ (l'oint), Fils de Dieu… nous témoignons que Jésus est le Messie (l'oint) et Dieu. Le nom de Jésus dans le contexte approprié porte tellement de pouvoir, que les Pères et Mères du Désert qui ont été cruellement tentés par les démons dans le désert ont utilisé cette prière pour se renforcer dans leurs luttes spirituelles contre les forces obscures de Satan. Nous aussi, alors que nous vivons notre vie dans le désert spirituel du monde d’aujourd’hui, pouvons utiliser la prière de Jésus pour nous protéger des tentations quotidiennes du malin.

 

« Je te remercie, je te glorifie, Seigneur, aie pitié de moi», est une prière qui ne mentionne pas le nom de Jésus, le Sauveur du monde, ni ne le reconnaît comme Dieu. C'est donc une prière faible pour combattre les démons qui tremblent au nom de Jésus.

 


 

Deuxièmement, la prière de Jésus remonte en fait encore plus loin que Wikipédia ne l'indique, car ce n'est pas une invention simple ou aléatoire des Anciens du 5ème siècle (Γεροντάδες) de notre Église. Comme nous le voyons ci-dessous, il remonte au premier siècle, car il combine trois versets bibliques trouvés dans les Saintes Écritures :

 

L'hymne christologique de saint Paul :


« existant en forme de Dieu, Il (Jésus) n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. (Phillipiens 2 : 6-11)

 

L'Annonciation :


 « L'ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu. Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin. […] Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. » (Luc 1: 30-35)

 

La Parabole du Pharisien et du Publicain (collecteur d'impôts pécheur) prononcée par Jésus lui-même : À certains qui étaient sûrs de leur propre justice et méprisaient tout le monde, Jésus a dit cette parabole : l

« Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l'un était pharisien, et l'autre publicain. Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ; je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison, justifié, plutôt que l'autre. Car quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé. » (Luc 18 : 9-14)

 

Ici, nous voyons que Jésus lui-même enseigne la prière de Jésus et il la complète avec les mots «un pécheur». Remarquez que Jésus ne corrige pas la prière du collecteur d'impôts. Il ne dit pas que le percepteur aurait dû dire « Je te remercie, je te glorifie, Seigneur, aie pitié de moi.» Au lieu de cela, il dit que le percepteur est rentré chez lui justifié ; tandis que le pharisien, qui a remercié Dieu, mais l'a fait, se vantant avec orgueil de ses bonnes œuvres, n'était pas justifié. Cela signifie que la prière de Jésus a non seulement un grand pouvoir contre les démons à cause du nom de Jésus, mais aussi le pouvoir de nous sauver du péché à cause de la grande humilité et de la repentance qui se trouvent dans les paroles de la confession, «aie pitié de moi, pécheur."

 

Troisièmement, il existe de nombreuses autres références bibliques dans lesquelles Jésus, lui-même, approuve la prière de Jésus. Considérez la purification des dix lépreux. «…Comme Il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. se tenant à distance, ils élevèrent la voix, et dirent: Jésus, maître, aie pitié de nous!…" (Luc 17: 12-13) Notez comment ils l'ont appelé par son nom, Jésus. Ils ont également dit Maître, signifiant Seigneur ou Dieu. Ils l'ont approché pour le miracle parce qu'ils ont d'abord reconnu que Jésus était Dieu. C'était leur déclaration publique de foi. Jésus les a guéris tous de leur lèpre et a noté qu'il n'a pas corrigé la façon dont ils se sont adressés à lui. Il n'a pas dit : «Non, ne dites pas : « Jésus, Maître, aie pitié de nous », mais dites plutôt:« Nous te remercions, nous te glorifions, Seigneur, aie pitié de nous », parce que c'est plus correct. Il n'a pas du tout dit ça ! Il les a guéris aussitôt, mais Il s'attendait à ce qu'ils remercient tous Dieu après leur guérison.

 

Pensez aussi à l'aveugle qui mendiait au bord de la route près de Jéricho. Lorsqu'il a appris que Jésus passait, il a crié : 

« Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !

Ceux qui marchaient devant le reprenaient, pour le faire taire ; mais il criait beaucoup plus fort : Fils de David, aie pitié de moi !

Jésus, s'étant arrêté, ordonna qu'on le lui amène ; et, quand il se fut approché,

Il lui demanda : Que veux-tu que je te fasse ? Il répondit : Seigneur, que je recouvre la vue. Et Jésus lui dit : Recouvre la vue ; ta foi t'a sauvé. À l'instant il recouvra la vue, et suivit Jésus, en glorifiant Dieu. » (Luc 18 : 35-43)

 

Notez que Jésus n'a pas corrigé l'aveugle qui L'a appelé de cette manière, et L'a également appelé Fils de David, qui, selon la prophétie de l'Ancien Testament, est le Messie (le Christ oint). L’aveugle n’a pas appelé Jésus, « fils de Joseph » comme l’ont fait d’autres, qui ne croyaient pas qu’il était le Messie. Puis ils se sont moqués : « n'est-ce pas le fils du charpentier ? ... et ils s’en sont offusqués. » (Matthieu 13: 54-58)

Au lieu de cela, l'aveugle l'a appelé « Fils de David». Bien qu'il soit aveugle et incapable de lire, même l'aveugle savait que « Fils de David » est un titre messianique qui trouve son origine dans l'Ancien Testament, parce que Dieu a promis au roi David qu'un de ses descendants régnerait pour toujours. Jésus est né à Bethléem, la cité de David, et selon sa généalogie terrestre et la loi mosaïque, Il était considéré comme le fils de Joseph, le charpentier, dont l'ancêtre était le roi David. Dans l'Évangile de Matthieu, il y a six cas où Jésus est appelé « Fils de David ».

 

Il y a beaucoup plus de références bibliques qui nomment Jésus et confirment sa divinité. Examinons quelques-uns de ceux-ci :

 

(i) Dès que Nathaniel, le Disciple, a rencontré Jésus, il s'est écrié : « Rabbi, tu es le Fils de Dieu! Tu es le roi d'Israël ! » (Jean 1:49) et Jésus ne l'a pas corrigé, car il n'y avait rien à corriger.

 

(ii) Saint Paul, l'Apôtre des Nations, écrit : " Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés." (Actes 4 :12) «Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.» (Romains 6 :23) « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. »  (Romains 10 : 9) « Et quoi que vous fassiez, en parole ou en oeuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père. » (Colossiens 3:17)

 

(iii) Saint Pierre, l'apôtre, a dit au mendiant boiteux : «Alors Pierre lui dit: Je n'ai ni argent, ni or; mais ce que j'ai, je te le donne: au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche.» (Actes 3: 6)

 

(iv) Les évangélistes écrivent : « Les soixante-douze revinrent avec joie, disant: disant: Seigneur, les démons mêmes nous sont soumis en ton nom. » (Luc 10:17) « Les esprits impurs, quand ils Le voyaient, se prosternaient devant Lui, et s'écriaient: Tu es le Fils de Dieu.»(Marc 3:11) Et aussi 

« Il se trouva dans leur synagogue un homme qui avait un esprit impur, et qui s'écria : Qu'y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu.

Jésus le menaça, disant : Tais-toi, et sors de cet homme. »

 

(v) Jésus lui-même a dit : (i) « En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis. » (Jean 8:58) affirmant ainsi qu'Il est la deuxième personne de la Sainte Trinité, le Dieu trinitaire, qui existait avant que le temps ne commence. (ii) Il a également promis : « Tout ce que vous demandez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.» (Jean 14:13) (iii) Il a également prophétisé: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles languesils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.. (Marc 16: 17-18)

 

Le Christ au centre de la communion 


Par conséquent, cher lecteur, non seulement la prière de Jésus est correcte, mais il n'y a pas d'autres mots qui peuvent se substituer aux paroles divinement inspirées : « Seigneur, Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi pécheur. » Avec ces paroles, nous confessons notre foi que Jésus est le Maître de tous (Seigneur) ; qu'Il est le Messie oint (Christ) qui est venu racheter le monde du péché ; qu'il est engendré du père (Fils de Dieu) et est donc de la même essence que le Père, c'est-à-dire Divin. De plus, en prononçant son nom humain, Jésus, nous reconnaissons également sa double nature comme Dieu et Homme, ou le Dieu-Homme, né de la Vierge Marie de sorte qu'Il puisse vivre, souffrir et mourir comme un homme, pour sauver l'humanité. En tant que seul humain parfait et sans péché, Il est devenu Souverain Sacrificateur pour nous, s'offrant Lui-même sur la croix comme sacrifice ultime pour la rédemption de nos péchés et nous ré-unir avec le Père. Lui seul est devenu l'Offrant et l'Offrande. Tout cela a été accompli par nul autre que Jésus.

 

«Jésus Christ le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! Il nous a délivrés de nos péchés par son sang, (Apocalypse 1: 5) «Car il y a un seul Dieu, et il y a un médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme.» (1 Timothée 2: 5) « puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, demeurons fermes dans la foi que nous confessons.» (Hébreux 4:14)

 

Notre confession est la prière de Jésus, qui est soutenue par les livres des Saintes Écritures, et contient des volumes de théologie orthodoxe et une grande puissance. Ce n'était pas n'importe quel «seigneur», ni Mahomet, ni Allah, ni Bouddha, ni Brahma, ni aucune autre divinité qui est mort pour nous et a brisé les portes de l'enfer. Seul le Seigneur Jésus crucifié a détruit la puissance du péché et de la mort et l'emprise de Satan sur l'humanité. C'est pourquoi les démons tremblent au nom de Jésus. C'est pourquoi les Anciens (Γεροντάδες) de notre Sainte Église orthodoxe prient sans cesse la prière de Jésus - pour conjurer les tentations démoniaques et les attaques spirituelles, en faisant preuve d'humilité et en invoquant sans cesse le nom de Jésus.

 

Retirer le nom de Jésus, en ne gardant que le mot non assigné « seigneur », permet à plusieurs menaces d'éroder notre foi et notre identité orthodoxes et de mettre en péril notre salut :

 

Premièrement, la prière nouvellement innovée fait progresser l'œcuménisme païen et polythéiste qui, depuis des années, se concentre uniquement sur un «terrain d'entente» pour promouvoir un type d’«amour» qui ignore les différences et la vérité. « Je te remercie, je te glorifie, seigneur, aie pitié de moi», est une prière non confessionnelle qui peut être confortablement prononcée par n'importe quel jaïn, n'importe quel juif, n'importe quel hindou, n'importe quel sikh, n'importe quel zoroastrien, n'importe quel musulman, même n'importe quel idolâtre ou adorateur luciférien. Cette prière n'est pas seulement non-orthodoxe, elle est même non-chrétienne.

 

Deuxièmement, supprimer le nom de Jésus remplace une confession de foi par un déni de foi. Avons-nous soudainement peur ou honte de nous identifier comme chrétiens en prononçant le nom de Jésus ? Un déni de la foi menace notre salut ! Jésus a dit : « C'est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux; mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. » (Matthieu 10: 33-34)

 

Seconde Venue Christ


Troisièmement, en supprimant le nom de Jésus, des milliers d'années de prophéties sacrées, les enseignements bibliques et le dogme patristique sont rabaissés et renversés, arbitrairement et sans raison valable. Ceci est inacceptable si nous voulons conserver une identité orthodoxe. Au jour du jugement, quand tout le monde ressuscitera d'entre les morts, y compris tous ceux qui ont vécu avant nous, il sera difficile de justifier en présence de Dieu et de ses martyrs, toute désobéissance aux paroles de saint Paul : «Ne vous laissez pas entraîner par des doctrines diverses et étrangères»(Hébreux 13: 9) même si les enseignements étrangers venaient de quelqu'un qui a le titre d'évêque. N'oublions pas qu'historiquement, la majorité des hérésies combattues par l'Église orthodoxe provenaient d'évêques erratiques !

 

Plus on prononce la prière innovante proposée, au lieu de la prière de Jésus, plus on s'éloigne de Jésus, de l'éthos orthodoxe et de la conscience ecclésiale, et plus on se rapproche de l'hérésie. « Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres du Christ. Et cela n'est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière… Leur fin correspondra à leurs actes. » (2 Corinthiens 11: 13-15)

 

J'espère et je prie pour que la prière innovée soit une erreur de jugement involontaire de la part de Son Éminence Sotirios, et non un autre assaut contre ceux qui adhèrent à la Sainte Tradition Patristique Orthodoxe. Ceux qui ne sont pas intéressés par la tradition orthodoxe sont libres de quitter et de rejoindre d'autres juridictions quand ils le souhaitent ; mais nous, les fidèles, ne les suivrons pas…



 

 Demetrios Georgiou
 membre de l’archidiocèse grec-orthodoxe du Canada
Version française par Maxime le minime de la source

Aucun commentaire: