mardi 23 octobre 2012

Du mythe d'Al Andalus


Quelle cohabitation avec quelle tolérance ?
La colonisation française a duré 132 ans, l'occupation musulmane en Espagne a duré 781ans.
Dans le premier cas on ne cesse de rabâcher les méfaits de la présence française et de glorifier la juste lutte du peuple "algérien" pour son indépendance, cependant que de l'autre on ne cesse de vanter les mérites de la domination musulmane sur l'Espagne et de considérer la 'Reconquista' comme illégitime... La 'Reconquista' n'aurait donc pas été la juste lutte d'un peuple dominé pour retrouver sa liberté et son identité et le droit d’un peuple à disposer de lui-même ?

Le peuple espagnol aurait tiré plus de bénéfices  que d'inconvénients à subir la loi islamique ? Quel est ce mythe ? Par qui est-il entretenu ? Quels intérêts sert-il ?
Lisez l'interview de Serafín Fanjul, l'un des plus prestigieux arabistes espagnols. Ancien directeur du Centre culturel hispanique du Caire, professeur de littérature arabe à l’Université autonome de Madrid, membre de l’Académie Royale d’Histoire depuis 2011 et qui a consacré sa vie à l’étude de l’Islam comme phénomène religieux, sociologique, économique et politique.

Deux poids, deux mesures. 

De la part de musulmans nostalgiques de leur empire perdu, on peut comprendre tout à fait un discours valorisant la domination passée...  sauf que la "civilisation" musulmane contemporaine ne peut en rien prétendre apporter au monde occidental ni de nouvelles connaissances scientifiques, techniques ou philosophiques, ni le raffinement oriental (réservé aux princes tout de même) du mode de vie d'une certaine époque, ni la moindre créativité artistique...  Ce n'est pas l'édification de mosquées visibles par tous, de plus en plus grades et nombreuses en Europe, l'installation et la prolifération volontaristes (semble-t-il) de population dans les grandes métropoles jusque dans les campagnes les plus reculées, le port ostentatoire de vêtements associés à la culture islamique,  l'imposition croissante de coutumes alimentaires religieuses et d'une division sexuelle de la société tout cela dans un esprit revanchard stratégique évident qui peut redorer un blason perdu il y a longtemps...  Mais ceci peut expliquer cela.

Du côté européen c'est  incompréhensible...

On ne peut comprendre cette cécité volontaire sur le passé qui veut justifier et légitimer la force guerrière pour soumettre et dominer un peuple, lui imposer ses valeurs et son mode d'organisation sociale, ses mœurs.
 De la même façon il est absolument sidérant que des femmes européennes valorisent d'une quelconque manière une religion et un mode de vie qui ne visent qu'à les assujettir à un homme, faute de quoi n'appartenant à personne elles appartiennent à tous et chaque homme peut en faire ce que bon lui semble car c'est ainsi que c'est dans les têtes et dans la réalité ! Car c'est cela la fonction du voile de tout temps - (malgré tous les détournements possibles de la part des femmes) :  le marquage public d'une clôture, l'emballage d'un objet, pour en signaler, en l'enfermant dans un vêtement hermétique, la propriété exclusive. Le voile par conséquent signale publiquement celle qui appartient déjà à un homme, en lui opposant implicitement celle qui n'étant pas voilée, et s'offrant ainsi aux yeux désirants de tous les mâles, peut être légitimement considérée comme s'offrant à tous donc comme une prostituée disponible en puissance.

L'influence de cette mentalité exogène est déjà notable dans le métissage dont on nous vante tant les mérites : dans la façon grossière voire ordurière, dont les jeunes gens mâles pensent pouvoir désormais s'adresser aux jeunes filles qu'ils croisent dans les rues des villes. Dans les bagarres entre filles et garçons dans les établissements scolaires où les garçons n'hésitent plus à frapper  avec leurs poings voire leurs pieds les filles que les reliquats de notre culture médiévale courtoise incitaient plutôt à protéger naguère.

De quelle cohabitation peut-on rêver ? Selon quel équilibre ? De quelle mutuelle et réciproque tolérance parle-t-on ?

Dans les pays majoritairement musulmans, la condition du chrétien est de plus en plus "problématique" et les persécutions croissantes qui semblent encore plus violentes depuis la pseudo démocratisation de ces pays ne laissent guère d'autre alternative que celle du martyre ou de l'exil. En fait tout le monde (?) voit bien désormais que les mouvements d'"opposition" et de "libération" du "printemps arabe" tant vantés par l'occident, sont pour la plupart monopolisés par des mouvements islamistes violents et sectaires qui ont enfin trouvé le moyen de s’"exprimer" en effet - et surtout par les armes -  c'est à dire d'opprimer librement les plus faibles jusqu'à leur élimination physique avec la volonté même d'éradiquer leur mémoire de leur propre  terre natale depuis des siècles pourtant...


Eu égard à la réalité de cette mythique tolérance, que vaut la diplomatie de nos hiérarques orthodoxes, suivant encore une fois l'exemple papal, quand ils offrent des Corans de valeur aux représentants officiels de l'Islam dans leur pays - descendants de leurs persécuteurs - alors que par ailleurs ils convoquent la police qui intervient sans ménagement contre des zélotes parfaitement orthodoxes au demeurant, irritants certes par leur entêtement à ne pas vouloir commémorer leur supérieur hiérarchique lors de leurs offices mais cantonnés dans une péninsule lointaine  qui, pour être sacrée, reste largement en dehors de l'actualité...?
Est-ce que l'école de théologie de Halki est réouverte ?
Est-ce que cela empêche les projets de transformation d'église multiséculaires en mosquées ?


L'on n'a guère vu que cela mettait un frein définitif aux persécutions des Chrétiens au Moyen Orient ni en Turquie ni ailleurs. Cela semble aussi vain que le refuge que les uniates pensaient trouver  jadis auprès de la Papauté...
D'autre part à quoi sert-il que les Arabes chrétiens aient participé de toutes leurs forces activement à la libération de leur pays du joug étranger ? 
A quoi sert-il qu'ils aient travaillé de toute leur intelligence pour servir au développement de  leur pays bien aimé ?
A quoi cela sert-il qu'ils aient sincèrement et avec conviction défendu et magnifié la culture arabe dont ils se se sentent entièrement partie prenante tout en se revendiquant légitimement chrétiens. (c'est à dire d'une foi plus ancienne que l'islam) ?

Mais cela ne rebute pas les touristes qui continuent d'affluer pour visiter l’Égypte des pyramides (tellement mystérieuse et fascinante cette Egypte, n'est-ce pas ?) ; les recherches archéologiques font de nouvelles découvertes tous les ans pour l'intérêt de tous les amateurs du monde entier, les romans historiques à thème pharaonique prolifèrent  et se vendent comme des petits pains...  mais les Coptes, qui sont les vivants descendants de cette culture antique, sont toujours persécutés... et très peu d'occidentaux s'intéressent à leur situation de plus en plus difficile. Certes ils ne pratiquent plus la religion des pharaons mais ils ont dans leur héritage ethnique, linguistique et artistique beaucoup à transmettre spirituellement au monde entier. Ils ne sont pas que des trieurs de décharges publiques...

L'Apartheid à leur égard n'est dénoncé par personne. Pas de boycott comme naguère vis à vis de l'Afrique du sud. Le mépris, les insultes, les persécutions, les conversions forcées, les viols, les massacres qui font partie de la routine et qui s'exacerbent quand les conditions socio-politiques se dégradent dans n'importe quel sens, suscitent moins d'indignation que l'enfermement pour deux ans de deux militantes athées après un happening "musical" dans une cathédrale....


Laissez un peu tomber la plongée et les pyramides !

Aucun commentaire:

Abonnement

abonnement par mail