Le combat pour la restauration du monde chrétien par P. Andrew

'La civilisation occidentale? Ce serait une très bonne idée. "
Attribué à Gandhi

"La croyance occidentale à l'universalité de la culture occidentale souffre de trois problèmes : elle est fausse, est immorale et est dangereuse."
Samuel P Huntingdon, Le choc des civilisations, chapitre 12





Introduction: Le monde chrétien

Le monde chrétien (également appelé orthodoxe) couvre près d'un septième de la surface terrestre mondiale, compte 220 millions de personnes, soit 3% de la population mondiale, et est responsable de 6% de la production économique mondiale. Le cœur du monde chrétien est le cœur de l'ancien Empire russe, appelé pour le moment Fédération de Russie. En dehors de ce noyau se trouvent diverses provinces, pour le moment coupées du noyau par les puissances occidentales et leurs manipulations de petites vanités nationalistes de traîtres. Ces provinces sont : l'Ukraine, la Roumanie, la Serbie, la Grèce, la Biélorussie, la Moldavie, la Bulgarie, la Géorgie, la Macédoine, le Monténégro, la Bosnie et Chypre. Cependant, des millions de chrétiens vivent également dans des pays comme les USA, le Kazakhstan, l'Allemagne, la Syrie, la Pologne, l'Italie, la France, la Lettonie, l'Australie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, l'Albanie, le Kenya et Israël et sont dispersés en plus petit nombre dans presque tous les pays et continents du monde.

Le monde non-chrétien

Notre civilisation chrétienne, souvent appelée orthodoxe, c'est-à-dire chrétienne orthodoxe, confesse dans notre signe de croix la Sainte Trinité et le Christ, vrai Dieu et vrai homme. Ceci est différent du monde occidental ex-judéo-chrétien et maintenant athée, aussi appelé Euroamerica. En fait, ce monde apostat n'a pas confessé la vraie Sainte Trinité depuis mille ans, abandonnant le Christ pour l'auto-idolâtrie humaniste et répandant la mythologie de sa supériorité imaginaire à travers le monde. En conséquence de quoi , il a depuis envahi de façon agressive et cupide et violé le reste du monde par la violence organisée. Cette violence barbare, du massacre des Saxons par Charlemagne en 782 à celle des Chevaliers Teutoniques, de la Blitzkrieg d'Hitler au «choc et à la crainte» de Rumsfeld, n'a connu aucune limite, pas plus que sa cupidité, celle des Croisés assoiffés de sang aux conquistadors sadiques de Columb, de Clive de l'Inde à De Beers.

La Grande Divergence

Certains peuvent critiquer et dire que même dans le monde chrétien nombreux sont ceux qui ne confessent pas la Sainte Trinité et le Christ : ils dénoncent une corruption endémique, des taux élevés d'avortement et de divorces ou une dépendance généralisée à diverses drogues. Bien sûr, ils ont raison à cet égard : dans la Grande Divergence du XXe siècle, cette aberration catastrophique de l'élite occidentale et occidentalisée qui a coûté des centaines de millions de vies à de nombreux peuples, le monde chrétien a été renversé par l'apostasie et le nominalisme. Cependant, par la grâce de Dieu, il a commencé, au cours de la dernière génération, à se repentir et à retourner lentement au Père. Bien qu'il y ait beaucoup à faire pour aller à la Maison du Père, sa direction générale est diamétralement opposée à celle de la Grande Divergence, quand elle a abandonné ses valeurs pour l’infâme brouet promis par l'Occident apostat qui aujourd'hui approfondit encore ses aberrations athées.

Un destin et une lutte

En tant qu'orthodoxe né et vivant en Occident, ma destinée et la lutte de ma vie ont été de lutter pour les valeurs civilisationnelles de l'Occident ancien, de la Sainte Trinité et du Christ, vrai Dieu et vrai homme. Ces valeurs sont essentielles à notre monde chrétien conscient. Nous avons dû nous opposer à l'arrogance et à l’incommensurable prétention culturelle de l’occident et aujourd'hui à son globalisme trotskiste, qui a fait haïr l'Occident par tous. C'est le résultat du déclin moral terminal de l'Occident, qui résulte de son rejet du vrai christianisme, qui a pris ses propres racines il y a mille ans, comme nous l'avons décrit en détail au cours des 45 dernières années. Nous avons toujours combattu nos ennemis extérieurs, le laïcisme inhérent et hérité des racines papales et protestantes de l'Occident non chrétien, ainsi que les illusions de l'Orient non chrétien. Cependant, nos plus grandes luttes ont toujours été contre nos ennemis internes. Qui ont-ils été ?


Pour la foi

Tout d'abord, nous avons dû nous battre pour la pureté de la foi chrétienne contre les conformistes vénaux, tant soviétiques qu'occidentaux. Les Soviétiques ont dit qu'il n'y a pas de Dieu et que par conséquent tout était permis, les Occidentaux ont dit qu'il y avait un Dieu, mais c’est un Dieu censé encourager leur violence agressive, leur cupidité, leur avidité de rapace et leur hypocrisie, accréditant par exemple, leur projet d'envahir l'Irak riche en pétrole.

Il y a eu des ennemis internes, ceux qui les ont rejoints par trahison, lâcheté et tromperie. La trahison fut celle de ceux qui se disaient chrétiens mais, prenant avantage de la paralysie à Moscou, se sont comportés en réalité de façon immorale, tout étant permis, et ainsi ils nous ont persécutés. La lâcheté fut celle de ceux qui ne craignaient pas Dieu, mais qui craignaient leurs autorités contrôlées par l'Occident, de sorte qu’ils nous ont persécutés. La tromperie fut celle de ceux qui se disaient chrétiens, mais qui manquaient tellement d'amour qu'ils soutenaient les ennemis du Christ et leurs vices, et ainsi nous ont persécutés.

Pour l'Empire chrétien


Deuxièmement, nous avons dû nous battre contre ceux qui voulaient nier que le Christ est Vrai Dieu et Vrai Homme.

Niant que le Christ est Vrai Dieu, ceux qui ont été nos premiers adversaires ont voulu séculariser et humaniser son Corps, l'Église, la transformant en un dérisoire fétiche nationaliste, pas supérieur à 'un drapeau national. A défaut de comprendre que l'Église de Dieu est internationale et universelle, ils ont essayé de la provincialiser, la rendant paroissiale, au lieu de la concevoir comme impériale. Ces gens vains et faibles ont été joués par les diplomates américains dans les Balkans, qui, flattant leurs egos, divisant, dirigeant, et nommant eux-mêmes leurs patriarches  ; c'est ainsi qu'ils ont créé des schismes.

Refusant que le Christ soit Vrai Homme, les deuxièmes adversaires contre lesquels nous avons dû nous battre étaient ceux qui voulaient désincarner Son Corps, l'Église, la faisant devenir une philosophie rêveuse et impraticable, une vanité intellectuelle hors de propos, sans rapport avec le feu dans le ventre de l'Église du Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.

Pour l'empereur

Nous avons lutté pour la pureté de la foi chrétienne, résistant à la trahison, à la lâcheté et à la tromperie des ennemis extérieurs et intérieurs. Nous avons combattu pour l'Incarnation du Vrai Dieu et Vrai Homme, pour les valeurs chrétiennes qui résultent du fait que, bien que nous ne soyons pas de ce monde, nous sommes dans le monde, justifiant ainsi la future restauration de l'Empire Chrétien.

Troisièmement, nous avons aussi dû nous battre pour l'Empereur. Dans cette affaire, nous avons dû lutter contre ceux qui veulent nier que le Saint-Esprit vient sur la terre pour inspirer le représentant du Christ sur la terre, voulu par le Peuple Fidèle de Dieu. C'est pourquoi nous avons défendu le dernier empereur contre les calomnies répandues contre lui. Et c'est pourquoi nous expliquons pourquoi nous attendons le prochain empereur. Il est vital, car seul le futur empereur peut résister aux préparatifs occidentaux pour l'Antéchrist et ainsi retarder sa venue.

Conclusion: vers l'avenir

L'Euroamerica a ignoré le conseil de bon sens de son propre géopoliticien Samuel Huntingdon. Il y a 25 ans, il a plaidé auprès de l'Occident pour qu'il abandonne son arrogance honteuse et reconnaisse que sa «civilisation» de la «violence organisée» n'est pas du tout universelle. Son matérialisme athée n'est pas «la fin de l'histoire», comme l'a proclamé Fukuyama après la fin de la guerre froide. Depuis lors, l'Occident s'est détruit sous les affabulateurs néocons qui veulent conquérir le monde. En Irak en 1991 et 2003 l'Occident a fini par perdre le monde musulman, en Géorgie en 2008 et en Ukraine et en Syrie en 2014 il s'est fait un ennemi de la Russie, en 2016 de la Turquie, et a ainsi allié les musulmans, orthodoxes et chinois contre lui-même. Il se divise maintenant lui-même, avec le Brexit, Trump et les lignes de faille de l'UE et des États-Unis, alors que l'Occident tombe dans l'abîme de sa propre dépravation morale, causée par son rejet millénaire du Christ.
P. Andrew Phillips
(version française par Maxime le minime de la source)

Commentaires