mercredi 1 octobre 2014

REVUE DE PRESSE DE P. JOVANOVIC

SUR

CE 29 SEPTEMBRE: DATE ANNIVERSAIRE DE L'EXPLOSION DE WALL STREET (ET FETE DES ARCHANGES) du 29 septembre au 2 octobre 2014 : C'est la fête de Saint Gabriel, Saint Michel et Saint Raphael (NDB : selon le calendrier catholique). En ce jour très symbolique, ce que j'avais écrit ici voici 6 ans s'est hélas réalisé à la lettre près, mais pas à la même vitesse, merci aux planches à billets de la Fed, de la Bank of Japan, de la Bank of England et bien sûr de la BCE qui elle aussi s'est mise à racheter des actions et à renflouer les grandes banques en faillite (avec votre argent). Sarkozy s'en est justifié la semaine passée: "je me suis engagé à ce qu'aucun Français ne perde ses économies"... Oui, sauf que le massacre par les impôts et autres taxes, une centaine depuis 2008, a dépouillé les Français d'une autre manière. Ils ont perdu 1500 euros de pouvoir d'achat PAR AN depuis le début de la crise, ce qui est énorme, lire ici Capital, merci à Mr Demeese. Et à mon humble avis, c'est bien plus que cela, si on tient compte d'une vraie inflation de 10% par an depuis 6 ans. 

Les dégâts de l'explosion du 29 septembre 2008 se voient maintenant partout, dans chaque ville et village, avec des panneaux "A LOUER" sur un nombre incalculable de devantures des magasins, y compris, je l'ai vu hier, sur l'Avenue Marceau à Paris, l'une des plus riches et des plus recherchée de la capitale (sans parler de la boutique en face du portail de l'Elysée). Cette situation est due aux hommes politiques qui se sont vendus aux banques, aux Quataris, aux Saoudiens, etc., à qui mieux mieux, pour garder le plus longtemps possible leur postes et leur pouvoir. En 2008, quelques décisions élémentaires auraient dû être prises, mais bien sûr nationaliser les banques en faillite n'était pas de mise, car cela touchait le porte-monnaie des actionnaires, à 47% des étrangers!

 La France n'est plus. Elle a été vendue à la criée aux plus offrants. La politique de la France a été donnée à Bruxelles, elle ne peut donc plus prendre aucune décision, sauf de taxer les Français encore plus. En ce jour très particulier donc, c'est un constat d'agonie lente que je fais, et vous êtes tous, lectrices, lecteurs, témoins de la décrépitude progressive du pays depuis le 29 septembre 2008, sans parler des millions de chômeurs qui ont perdu leur emploi depuis. 

 Prochaine étape pour la France: la baisse de 30% des salaires des fonctionnaires, et le licenciement de 150.000 d'entre-eux, si j'applique le plan Troïka et Goldman Sachs. La dynamique de licenciements depuis deux ans nous conduit à une catastrophe sociale, politique et évidemment économique d'une ampleur jamais vue… LIRE LA SUITE ICI

NB> Chaque semaine on trouve sur le blog de Pierre Jovanovic, la liste des licenciements pas seulement en France et en Europe mais également aux USA et dans le monde qui montre non pas malheureusement la vitalité de l'économie qui renaîtrait sans cesse de ses cendres mais son contraire… je ne la partage pas ici pour faire baisser le moral de mes lecteurs mais, comme je l'ai indiqué précédemment, pour que chacun s'attende au pire et s'y prépare matériellement et spirituellement… car nous ne pourrons compter que sur nous-mêmes !

LA LISTE DES LICENCIEMENTS DE LA SEMAINE SPECIALE "TF1" ET "LCI" (QUI ONT PRIS LES FRANCAIS POUR DES CRETINS)
du 29 septembre au 2 octobre 2014 : - 
  • Agco de l'agriculture globale licencie 111 personnes - lire Kwch merci à DJC
  • Aide Familiale Populaire cette association qui vient en aide des handicapés n'a plus de budgets et va être liquidée - lire FR3 merci à Indiana
  • Air National Guard 150 plein temps et 60 mi-temps virés dans l'aérien civil la planche à billets ne suffit pas aux US - lire Kwech merci à DJC
  • Aker Energy encore un licenciements chez eux !!! - lire Upstream Online merci à Mr Hardouin
  • Adobe l'éditeur du pdf ferme sa filiale chinoise, 400 personnes virées - lire ZD Net merci à Mr Labranche
  • Alma Consulting entreprise de 1300 salariés spécialisée dans les « cost cuttings » et donc les licenciements, va licencier à son tour car placée en redressement - lire Le Monde merci à Radio TPE
  • Alpha Natural Resources ferme des mines et licencie 250 mineurs !!! - lire State Journal merci à DJC
  • ALS Testing Au se sépare de 1000 salariés !!!! Dingue ! - lire The Australian merci à Mr Labranche 
  •  Axa Banque la filiale bancaire de l'assureur va licencier 148 postes - lire 7 sur 7 merci à Mr Sargenti 
  •  Baby Loup la célèbre crèche qui avait licencié une employée voilée a vu ses budgets donnés par la ville supprimés, l'obligeant à déposer le bilan - lire Le Figaro merci à Mickael
  • BHP Billiton Libé découvre que les mines licenciements massivement, cette fois 700 mineurs de plus !!!! - lire Libération merci à aux lecteurs
  • BPost la poste belge a préparé les salariés à au moins 1000 suppressions de postes voire 3500 - lire 7 sur 7 merci à Mr Sargenti
  • Canal + rumeurs de licenciements en raison de l'effondrement de l'audience du Grand Journal, totalement vulgaire depuis le départ de Michel Denisot info personnelle
  •  Cartier la célèbre marque oblige ses salariés à se mettre 12 jours par mois au chômage technique - lire La Liberté merci à Hulk 
  •  CCI de La Rochelle et de Rochefort je vous l'avais donné, mais là ça fait très mal dans les villes - lire Sud Ouest merci à Mr Rousseau
  • Centretherme Germany du solaire, vire 50 salariés - lire PV Magazine merci à Mr Labranche
  • CEZ la compagnie tchécoslovaque vire 300 salariés !!! - lire Reuters merci à Mr Labranche
  •  Cham Paper Group la délocalisation en Italie entraîne la suppression de 50 postes ! Les salaires suisses sont trop élevés - lire 20 minutes merci à Mr Labranche
  • Coop Canada Coop fermera tout le 16 janvier 2014 - lire La Presse merci à à mon lecteur
  • Dairy Crest la laiterie industrielle très connue des Américains licencie 260 ouvriers - lire Mid Devon Gazette merci à Mr Labranche 
  •  Dairy Crest UK ferme des fromageries et licencie 260 ouvriers !!!! Les Anglais n'achètent plus à manger !!! Mais l'Angleterre va bien - lire Daily Mail merci à Mr Labranche
  •  Digital Risk analyse de risque pour banques et assurances vire 33 personnes - lire Ornaldo Biz merci à Mr Labranche
  •  Faurécia Nompatelize (88 Vosges) (sous traitant automobile) 128 postes supprimés sur 226 - lire Capital merci à Emelyne
  •  Ferrera Candy l'usine de bombons ferme subitement, les Américains ne peuvent plus en offrir à leurs enfants 30 personnes licenciées - lire WrbcTV merci à Mr Labranche
  •  Glencore Kidd au Canada licencie 58 mineurs de plus - lire Timmin Press merci à Mr Labranche
  •  Henry Schein Animal Health alimentation haut de gamme pour chiens et chats licencie 25 salariés - lire Memphis News merci à Mr Labranche
  •  HighMount Exploration and Production sorte d'EDF de l'Etat de l'Oklahoma licencie 97 salariés - lire Tulsa World merci à DJC
  • Humberside Police Licencie 700 policiers !!!!!! - lire BBC merci à Mr Labranche
  •  Jardinerie Delbard cette fois à Bénouville, 16 personnes iront à Paul Emploi - lire Ouest France merci à Mr Labranche
  •  Kmart US la chaîne de mega supermarchés en ferme 5 d'un coup dans le Michigan et vire 250 salariés environ - lire Free press merci à DJC
  •  LCI J'en ai déjà parlé, mais là la chaîne finalise et licencie 58 journalistes - lire Le Monde merci à Radio TPE
  •  Magneti-Marelli 159 salariés seront licenciés en 2015 - lire Nouvelle République merci à Mr Labranche
  •  Maison de l'Emploi Montbéliard « fermera prochainement, sur les 18 personnes y travaillant, 7 personnes devraient être licenciées économiques, les autres pourraient être reclassées à Pays de Montbéliard Agglomération ou Pôle Emploi. » - lire Est Républicain merci à mon lecteur 
  •  Marmin Travaux Publics envoie 60 salariés chez Paul Emploi - lire Voix du Nord merci à Mr Labranche
  •  Mecelec ferme en Savoie, et les 59 derniers salariés iront chez Paul Emploi - lire Usine Nouvelle merci à Mme Landry
  •  Menzies Aviation Vire 324 personnels au sol de l'aéroport de Huston - lire Houston News merci à Mr Labranche
  •  Mundy Maintenance les entreprises rognent sur tout même sur la maintenance, résultat Mundy vire 136 salariés - lire Gsa Business merci à DJC
  •  Orléan Express principal transporteur québécois en difficulté financière! - lire Le Devoir merci à Mr Soucy 
  •  Paris Première la chaîne risque de fermer, 60 personnes iraient à Paul Emploi - lire Le Figaro merci à Mr Labranche 
  •  Peavey Electronics ferme des usines et licencie environ 100 salariés - lire Meridian Star merci à DJC
  •  Perpignan (commerces) en 4 ans, un quart des restaurants du centre-ville ont disparu - lire L'Independant merci à à mon lecteur
  •  PetSmart laisses et produits pour chien et chats licencie 176 personnes - lire Pheonix Journal merci à DJC
  •  Rêve de Cime vente matériel ski sur internet revient sur terre et ferme - lire InfoFaillite merci à Mr Dussoisois
  •  Rio Tinto Canada 200 mineurs sur le site de la Jonquière - lire Journal du Québec merci à Mr Labranche
  •  Saab licencie encore cette fois 200 personnes - lire India Times merci à Mr Labranche
  • Saergeant Pet Care encore une société de produits alimentaires pour chiens et chats qui licencie 50 salariés - lire Memphis Journal merci à Mr Labranche
  •  SAP France l'éditeur de la base de données va licencier 75 salariés qui iront chez Paul Emploi - lire 01 Net merci à Mr Rorhbacher
  •  Sealord la grande poissonerie américaine licencie 97 ouvriers - lire TV New Zeland merci à Mr Labranche
  •  Sharp Europe rajoute 300 personnes de plus à ses licenciements en Europe - lire Clubic merci à Radio TPE
  •  Socopma Martinique en faillite licencie 32 personnes qui iront à Paul Emploi - lire Martinique Infos merci à Mr Labranche
  •  SubSea7 du forage pétrolier, vire entre 100 et 150 personnes - lire Offshore Eneregy Today merci à Mr Hardouin
  •  Takeda Pharmacie Suisse Plus de 80 pharmaciens licenciés. Le groupe pharmaceutique japonais veut relocaliser certaines activités de marketing basées dans le canton de Zurich à Singapour et aux Etats-Unis - lire 20 minutes merci à mon lecteur
  •  TFI la châine licencie 81 personnes et 9 autres chez E-TF1, filiale numérique - lire Le Monde merci à Radio TPE
  •  Thyssen à Angers vire 258 salariés dans les ascenceurs - lire Ouest France merci à Radio TPE
  •  Tilly-Sabco Les 350 derniers salariés risquent de ne pas être payés, la société est en cessation de paiements - lire AFP merci à DJC 
  • Time Magazine va DELOCALISER 160 postes de journalistes !!!!!!!!!!!!!!!!!!! - lire The Drum merci à DJC
  •  United Airlines cette fois 100 personnels au sol de l'aéroport de Colombus - lire Aviation Pros merci à DJC
  • Wasquehal (ville) le personnel muniipal sera llégé de 230 fonctionnaires - lire Nord Eclair merci à Mr Labranche
  •  Yusa US ferme une usine, vire 130 salariés et délocalise au Mexique !!! - lire Record Herald merci à DJC

mardi 30 septembre 2014

Notre dégénérescence, notre lâcheté, notre compromission, nous les présentons comme étant quelque chose de supérieur ! par l'Ancien Païssios

Saint Père Païssios, prie Dieu pour nous !

L’année 1988 avait provoqué des remous dans la Grèce entière en raison de la projection du film blasphématoire de Scorsese, La dernière tentation du Christ, basé sur l’oeuvre du même nom de N. Kazantzakis. Outre les réactions isolées de pieuses personnes en Grèce, l’Église prit l’initiative d’une protestation commune les 6 et 7 novembre de la même année. On sollicita aussi la participation de la Sainte Montagne. Mais un certain nombre de moines réagirent négativement. Ils considéraient qu’il n’était pas spirituel de se préoccuper de telles questions, disant que leur mépris pour le film ferait qu’il serait moins projeté. 
L ‘Ancien Païssios eut une réaction diamétralement opposée :
« Durant la période de l’iconoclasme, disait-il, dix chrétiens prirent avec fougue la défense de l’icône du Christ à la Porte d’or et furent martyrisés pour cela. Maintenant alors que la personne du Christ est blasphémée, nous ne devons pas être indifférents. Si nous vivions à cette époque, ceux qui sont dotés de « discernement et de connaissance » diraient alors aux dix martyrs: « Ainsi vous n’agissez pas spirituellement ; méprisez le soudard qui monte pour détruire l’icône, et quand la situation aura changé, nous mettrons à sa place une autre icône, qui sera en outre plus byzantine. Voilà ce qui est terrible ! Notre dégénérescence, notre lâcheté, notre compromission, nous les présentons comme étant quelque chose de supérieur ! »
Il considérait que protester contre ce film blasphématoire était une profession de foi, c’est pourquoi il s’empressa de participer au combat de l’Église. Outre ses propres incitations, il signa en compagnie d’autres Pères une déclaration adressée au Saint Monastère de Kotloumousiou, où il exprimait son désir de participer à la sortie des moines athonites à Thessalonique pour cette manifestation. Par sa position il contribua à ce que la Sainte Communauté décide officiellement la participation massive de lSainte Montagne. La présence du Protepistate, de la plupart des représentants, des higoumènes et de cent athonites déchaîna l’enthousiasme au sein de la foule. La présence de l’Ancien fit sensation.Pendant oute la durée de la manifestation, il se tint debout, malgré ses problèmes de santé. À la fin il risqua d’être broyé par les manifestations de piété de la foule. 
Même des moines et des moniales de monastères du monde y prirent part ainsi qu’une foule de laïcs. L’action unitaire et les prières de tous, y compris celles de l’Ancien provoquèrent des résultats positifs. L’État a interdit la projection du film blasphématoire. Ainsi fut conjurée « la dernière tentation ». Si seulement ce pouvait être la dernière.
(extrait de l'Ancien Païssios de la Sainte Montagne par le hiéromoine Isaac. ed. L'Âge d'homme collection  Grands spirituels orthodoxes du XX°siècle dirigée par J.C. Larchet)

lundi 29 septembre 2014

"Les USA SE DÉLECTENT DE L'EFFUSION DE SANG EN UKRAINE" par l'évêque LONGIN JAR


Епископ Лонгин (Жар)
Monseigneur Longin, évêque de Bantchensk, vicaire de l'éparchie de Tchernovitsk (Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Moscou) que l'on appelle aussi le "père des 400 orphelins", a prononcé une homélie extrêmement sévère contre la guerre en Ukraine et les autorités de ce pays qu'il a appelés "maudits" et "serviteurs de Satan". Qui plus est, le prélat a appelé les croyants ukrainiens à ne pas envoyer leurs enfants à la mort, parce que cela contredit la foi orthodoxe.

L'évêque Longin, à propos de la mobilisation:
Je vous appelle à rester unis et à ne pas envoyer vos enfants à la mort. Notre foi orthodoxe ne nous permet pas de nous tuer les uns les autres. Ils veulent la perte de notre peuple qui vit en paix avec Dieu, au nom de leurs intérêts politiques, au nom de ceux qui défendent leur business et leurs places. 
Mes chers enfants, il ne vous est pas permis de tirer et de tuer. Dieu donne la vie et c'est Lui qui la reprend. Les leaders ukrainiens ont déclaré que "la foi orthodoxe est le plus grand ennemi de l'Ukraine". C'est ce que leur ont dicté des étrangers, qui ne supportent pas la vérité, parce qu'ils sont aveugles.



Sur les victimes du conflit en Ukraine:
Comment peut-on prendre les armes et tirer sur une créature de Dieu? Elle a comme vous une mère, une femme, un enfant. Pourquoi nous oblige-t-on à tuer par la force? Ce qui était secret devient clair: des milliers, des dizaines de milliers ont péri, et ils parlent de centaines. Je ne vous donne pas ma bénédiction pour aller faire la guerre. Nous vous appelons à la paix.
Dix mille soldats ont été tués, et leurs mères ne savent même pas qu'ils ne sont plus en vie. Je ne fais pas de politique, mais je vous dis avec douleur que cette guerre n'est pas dirigée contre l'ennemi mais contre nous-mêmes. Quand les maudits défendent les Etats-Unis, ils veulent voir les orthodoxes s'entretuer, et eux, pendant ce temps, ils mangent, ils boivent, ils s'amusent et se réjouissent de voir le sang couler sur une terre sainte. 



Sur la participation des Etats-Unis et de l'Europe dans le conflit
Ils paieront cher pour le sang qui a rougi leurs mains et leurs vêtements. Tout cela est l'œuvre de l'Europe maudite dont les saints Pères disaient: "Ne t'incline pas devant les bêtes", et des Américains qui partout, dans tous les endroits où ils interviennent, sèment la discorde et font couler le sang. Maintenant, ils se tiennent à l'écart et se délectent de voir couler le sang de nos chrétiens. 
Frères, nous nous sentons toujours au seuil de la troisième guerre mondiale. C'est pourquoi j'en appelais à vous: repentez-vous! Je remercie tous les villages de Bucovine, et leurs habitants, de s'être soulevés. Nous sommes tous appelés à cela: nous ne livrerons pas nos enfants à la mort!


Sur les leaders actuels de l'Ukraine:
Je ne prierai jamais, pendant la divine liturgie, pour ces maudits gouvernants de notre pays, ces incroyants, qui ne craignent pas Dieu, qui, assis dans leurs fauteuils, distribuent leurs ordres de meurtres. Il ne reste qu'une seule prière: Seigneur, si tu le peux encore, éclaire-les, car ils sont dans l'étreinte des ténèbres et de la géhenne. La seule chose qu'ils désirent, c'est le sang, c'est en lui qu'ils trouvent leur plaisir. Satanistes! Serviteurs du malin. S'ils ne s'arrêtent pas, alors c'est Dieu qui les arrêtera; mais ce sera pour eux, alors, un grand malheur. (trad. Laurence Guillon)


dimanche 28 septembre 2014

"Confession d'un tueur à gages économique» Interview par Michael Nevradakis, Truthout |

«Mon péché a été d'arnaquer les gens partout dans le monde»,
 John Perkins,
 auteur de "Confessions d'un tueur à gages économique»,
 Transitions Bookplace à Chicago,
le 3 Février, 2006 (Photo: Peter Thompson / The New York Times)
John Perkins, auteur de Confessions d'un tueur à gages économique, explique comment la Grèce et d'autres pays de la zone euro sont devenus les nouvelles victimes de «tueurs à gages économiques." 

Faire des aveux n’est pas une chose nouvelle pour John Perkins. Son livre bien connu, Confessions d'un tueur à gages économique, a révélé comment les organisations internationales telles que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, tout en déclarant publiquement «sauver» les pays et les économies qui souffrent, au contraire appâtent te ferrent leurs gouvernements: avec la promesse d’une croissance incroyable, en faisant miroiter de nouveaux projets d'infrastructure et un avenir de prospérité économique - qui se produiront si ces pays font des emprunts énormes à ces organisations. Cependant, loin de parvenir à une croissance économique galopante et au succès, ces pays subissent alors au contraire le fardeau écrasant et paralysant de la dette. 

C'est là que les «tueurs à gage économiques" arrivent: des hommes d'apparence ordinaire, issus de milieu semble-t-il ordinaire, qui se rendent dans ces pays et imposent les politiques d'austérité sévères prescrites par le FMI et la Banque mondiale comme «solutions» aux difficultés économiques qu'ils connaissent aujourd'hui. Des hommes comme Perkins ont été formés pour presser jusqu'à la dernière goutte de la richesse et des ressources de ces économies hoquetantes, et continuent de le faire à ce jour. Dans cette interview, qui a été diffusé sur Radio Dialogos, Perkins parle de la façon dont la Grèce et la zone euro sont devenues les nouvelles victimes de ces «tueurs à gage économiques".

Michael Nevradakis: Dans votre livre, vous racontez ce que vous avez été pendant de nombreuses années, un «tueur à gages économique" comme on dit. Qui sont ces tueurs à gages économiques, et que font-ils? 

John Perkins : Essentiellement, mon travail consistait à identifier les pays qui avaient des ressources dont nos groupes voulaient s’emparer, ce qui pouvait être des choses comme du pétrole - ou cela pouvait être des marchés - cela pouvait être des systèmes de transport. Il y a tellement de choses différentes qui pouvaient les intéresser. Une fois que nous avions identifié ces pays, nous organisions des prêts énormes pour eux, sans que l'argent cependant n’aille jamais vraiment vers ces pays car au lieu de cela il était prévu qu’il aille à nos propres entreprises pour construire dans ces pays certes des projets d'infrastructures, des choses comme des centrales électriques et des autoroutes mais qui ne bénéficiaient en réalité qu’à quelques personnes riches ainsi qu’à nos propres sociétés, mais pas à la majorité des gens qui n’ont pas les moyens d’investir dans ces choses là et sur qui pourtant on fait peser le poids d’une dette énorme. Cela ressemble beaucoup à la Grèce qui a aujourd'hui une dette phénoménale. 

"[Les pays endettés] deviennent alors les serviteurs de ce que j'appelle la corporatocratie ... nous avons aujourd'hui un empire mondial, et ce n'est pas un empire américain. Ce n'est pas un empire national ... C'est un empire industriel, et ce sont les grandes entreprises qui gouvernent. "

Et une fois que ces pays sont liés par cette dette, nous y retournons, généralement sous la forme du FMI - et dans le cas de la Grèce aujourd'hui, c'est le FMI et l'UE [Union européenne] - et nous avons des exigences énormes envers ces pays : augmentation des impôts, réduction des dépenses, vente des services du secteur public à des entreprises privées, des choses comme les compagnies d'électricité et de distribution d'eau, les systèmes de transport, et donc la privatisation de tous ces services de ces pays qui en fait deviennent nos esclaves, les esclaves d’organisations comme le FMI, dans votre cas de l'Union européenne, et en fait des organisations comme la Banque mondiale, le FMI, l'Union européenne, sont des outils des grandes corporations, ce que j'appelle la "corporatocratie." 

Michael Nevradakis: Et avant de revenir au cas spécifique de la Grèce, nous allons parler un peu plus de la manière dont ces tueurs à gages économiques et ces organisations comme le FMI fonctionnent. Vous avez expliqué, bien sûr, comment ils viennent et travaillent pour plonger ces pays dans une dette massive, que l'argent va dans et va droit arrière. Vous avez également mentionné dans votre livre ces prévisions de croissance trop optimistes qui sont vendues aux politiciens de ces pays, mais qui n'ont vraiment aucune ressemblance avec la réalité.

John Perkins : Exactement, nous aimerions montrer que si ces investissements sont réalisés dans des secteurs comme les systèmes d'énergie électrique, l'économie devrait avoir des taux de croissance incroyablement élevés. Ce qui se passe en fait c’est que, lorsque vous investissez dans ces grands projets d'infrastructure, vous voyez de la croissance économique, cependant vous vous apercevez que la plupart de cette croissance profite aux riches qui deviennent plus riches mais pas à la majorité des gens et c’est ce que nous voyons aujourd'hui aux Etats-Unis. 

"Dans le cas de la Grèce, ma réaction a été que "la Grèce a été frappée de cette façon. " Cela ne fait aucun doute". 

Par exemple, lorsque nous pouvons montrer la croissance économique, la croissance du PIB, mais en même temps, le chômage peut augmenter ou ne pas diminuer, et les saisies sur les maisons peuvent augmenter ou rester stables. Ces chiffres tendent à refléter les très riches, car ils ont un énorme pourcentage de l'économie, statistiquement parlant. Néanmoins, nous voudrions montrer que lorsque vous investissez dans des projets d'infrastructure, votre économie se développe, et même nous aimerions montrer que la croissance est beaucoup plus rapide qu’on aurait jamais pu le prévoir, et pourtant, elle a été utilisée uniquement pour justifier ces prêts horrible et incroyablement invalidants. 

Michael Nevradakis: Y a-t-il un thème commun eu égard aux pays généralement choisis pour cibles ? Sont-ils, par exemple, riches en ressources ou ont-ils une importance stratégique pour les pouvoirs en place? 

John Perkins : Oui, tout à fait. Les ressources peuvent prendre de nombreuses formes différentes: ce peut être des ressources matérielles comme des minéraux ou du pétrole; ce peut être également un emplacement stratégique; une autre ressource possible c’est un grand marché ou la main d’œuvre n’est pas chère. Ainsi, différents pays présentent des conditions différentes. Je pense que ce que nous voyons en Europe aujourd'hui n'est pas quelque chose de différent, et cela inclut la Grèce. 

Michael Nevradakis: Qu'est-ce qui se passe une fois que ces pays qui sont devenus des cibles sont débiteurs ? Comment ces grandes puissances, ces tueurs à gages économiques, ces organisations internationales reviennent et obtiennent leur «livre de chair», si vous voulez, des pays qui sont lourdement endettés? 

John Perkins : En insistant pour que les pays adoptent des politiques qui vendront aux grandes compagnies. leurs systèmes d’entreprises de services publics appartenant à l'État, comme la distribution de l'eau et le traitement des eaux usées, peut-être les écoles, les systèmes de transport, même les prisons… Privatiser, privatiser. Nous permettre de construire des bases militaires sur leur sol. Beaucoup de choses peuvent être faites par ces pays, mais de fait ils deviennent les serviteurs de ce que j'appelle la corporatocratie. Vous devez vous rappeler que nous avons aujourd'hui un empire mondial, et ce n'est pas un empire américain. Ce n'est pas un empire national. Il n'aide pas beaucoup le peuple américain. C'est un empire industriel, et ce sont les grands groupes qui gouvernent. Ils contrôlent la politique des États-Unis, et dans une large mesure, ils contrôlent une grande partie des politiques des pays comme la Chine, dans le monde entier. 

Michael Nevradakis: John, à la recherche spécifiquement maintenant le cas de la Grèce, bien sûr vous avez parlé de votre conviction que le pays est devenu la victime de tueurs à gages économiques et de ces organisations internationales. . . quelle a été votre réaction lorsque vous avez pris connaissance de la crise en Grèce et les mesures qui devaient être mis en œuvre dans le pays? 

John Perkins : J'ai suivi la Grèce pendant une longue période. J'étais à la télévision grecque. Une société de film grecque a fait un documentaire intitulé "Apologie d'un tueur à gages économique», et j'ai aussi passé beaucoup de temps en Islande et en Irlande. J'ai été invité en Islande pour encourager les gens là-bas à se prononcer sur un référendum sur le non remboursement de la dette, et je l'ai fait et je les ai encouragés à ne pas rembourser, et ils ont voté dans ce sens, et, de ce fait l'Islande se porte plutôt bien maintenant économiquement par rapport au reste de l'Europe. Ailleurs en Irlande, j'ai essayé de faire la même chose, mais le peuple irlandais a apparemment voté contre le référendum, mais il y a eu de nombreux rapports sur l’importance de la corruption. 

"Cela fait partie du jeu: convaincre les gens qu'ils ont tort, qu'ils sont inférieurs. La corporatocratie est incroyablement bonne pour ça..». 

Dans le cas de la Grèce, ma réaction a été que «la Grèce a servi de cible». Cela ne fait aucun doute à ce sujet. Bien sûr, la Grèce a fait des erreurs, vos dirigeants ont fait quelques erreurs, mais le peuple n'a pas vraiment fait ces erreurs, et maintenant les gens sont invités à payer pour les erreurs commises par leurs dirigeants, souvent de mèche avec les grandes banques. Ainsi, les gens font d'énormes quantités d'argent à partir de ces prétendues «erreurs», et maintenant, les gens qui n'ont pas fait les erreurs sont invités à en payer le prix. Cela se retrouve dans le monde entier: Nous l'avons vu en Amérique latine. Nous l'avons vu en Asie. Nous l'avons vu dans de nombreux endroits à travers le monde. 

Michael Nevradakis: Cela nous conduit directement à la question suivante que je voulais poser : D'après mes observations, au moins en Grèce, la crise a été accompagnée par une augmentation de l'auto-accusation ou le dégoût de soi ; il y a ce sentiment en Grèce que beaucoup de gens ont que le pays a fauté, que les gens ont fauté. . . il n’y a à presque plus de protestation en Grèce, et bien sûr il y a une énorme "fuite des cerveaux" - beaucoup de personnes quittent le pays. Est-ce que tout cela vous parait semblable, lorsqu’on les compare, à d'autres pays dans lesquels vous avez eu une expérience personnelle? 

John Perkins :  Bien sûr, cela fait partie du jeu: convaincre les gens qu'ils ont tort, qu'ils sont inférieurs. La corporatocratie est incroyablement efficace pour cela, elle était à l’œuvre au cours de la guerre du Vietnam, pour convaincre le monde que les Nord-Vietnamiens étaient mauvais; aujourd'hui ce sont les musulmans. C'est une politique d'eux contre nous: Nous sommes bons. Nous avons raison. Tout ce que nous faisons est correct. Vous avez tort. Et dans ce cas, toute cette énergie a été dirigée en direction du peuple grec pour leur dire "vous êtes paresseux, vous n'avez pas ce qui convient, vous n'avez pas suivi les bonnes politiques», alors qu'en réalité, une très grande partie de la responsabilité doit être mises sur le compte de la communauté financière qui a encouragé la Grèce à emprunter cette voie. Et je dirais que nous avons quelque chose de très similaire qui se passe aux États-Unis, où les gens sont ici amenés à croire que c’est parce qu'ils ont été stupides que leur maison est saisie, qu'ils n’ont pas fait le bon choix et qu’ils sont surendettés. 

«Nous savons que l'austérité ne fonctionne pas dans ces situations."

La réalité des faits est que leurs banquiers les ont invités à le faire, et partout dans le monde, nous avons appris à faire confiance à des banquiers - ou nous en avions l'habitude. Aux États-Unis, nous n'aurions jamais cru qu'un banquier nous incite à acheter une maison de $ 500,000 si en fait, nous ne pouvions vraiment nous permettre d’acheter qu’une maison de 300.000 dollars. Nous pensions qu'il était dans l'intérêt de la banque de nous en dissuader. Mais cela a changé il y a quelques années, et les banquiers ont dit que c’était possible. 

« Serrez vous la ceinture, car dans quelques années, cette maison vaudra un million de dollars, vous allez faire beaucoup d'argent ». . . en fait, la valeur de la maison a diminué; le marché s’est effondré; les banques ont saisi ces maisons, les a reconditionnées, et les ont vendues à nouveau. Double coup dur. On a dit aux gens « Vous avez été stupides, vous avez été trop gourmands, pourquoi avez-vous acheté cette maison chère? » Mais en réalité, les banquiers leur ont dit de le faire, et nous avons grandi en croyant que nous pouvons faire confiance à nos banquiers. C’est quelque chose de très similaire à plus grande échelle qui s'est passé dans de nombreux pays à travers le monde, y compris la Grèce. 

Michael Nevradakis: En Grèce, les principaux partis politiques traditionnels sont, bien sûr, très majoritairement en faveur des sévères mesures d'austérité qui ont été imposées, mais nous voyons aussi que le monde des affaires et les médias sont également massivement en faveur de ces mesures. Est-ce que cela vous surprend? 

John Perkins : Non, cela ne me surprend pas et pourtant c'est ridicule parce que l'austérité ne fonctionne pas. Nous en avons la preuve maintes et maintes fois, et peut-être la plus grande preuve était à l'opposé, aux États-Unis pendant la Grande Dépression, lorsque le président Roosevelt a lancé toutes ces politiques pour remettre les gens au travail, et réinjecter de l'argent dans l'économie. C'est ce qui fonctionne. Nous savons que l'austérité ne fonctionne pas dans ces situations. 

"Ce que je ne réalisais pas pendant toute cette période, c'est à quel point la corporatocratie ne veut pas d'une Europe unie."

Nous devons également comprendre que, aux États-Unis par exemple, au cours des 40 dernières années, la classe moyenne a été en déclin sur une base réelle du dollar, alors que l'économie a augmenté. En fait, c'est arrivé à peu près dans le monde entier. Au niveau mondial, la classe moyenne est en déclin. Le gros business a besoin de reconnaître – il ne l'a pas encore fait , mais il lui faut le faire - que l’intérêt à long terme ne sert à personne et que la classe moyenne est le marché. Et si la classe moyenne continue d'être en déclin, que ce soit en Grèce ou aux Etats-Unis ou dans le monde, en fin de compte les entreprises en paieront le prix ; ils n'auront pas de clients. Henry Ford a dit: «Je veux payer mes ouvriers suffisamment pour qu'ils puissent sortir et acheter des voitures Ford. » C'est une très bonne politique. C'est sage. Ce programme d'austérité va dans la direction opposée et c’est politique stupide. 

Dans votre livre, qui a été écrit en 2004, vous avez exprimé l'espoir que l'euro pourrait servir de contrepoids à l'hégémonie mondiale américaine, à l'hégémonie du dollar américain. Vous attendiez-vous à ce que nous voyons aujourd'hui dans l'Union européenne avec l'austérité qui n'est pas seulement en Grèce mais aussi en Espagne, au Portugal, en Irlande, en Italie, et aussi plusieurs autres pays? 
Ce que je ne savais pas que pendant toute cette période, c'est combien la corporatocratie ne veut pas d'une Europe unie. Nous devons comprendre cela. Ils peuvent être assez contents avec l'euro, avec une monnaie unique - ils sont heureux dans une certaine mesure de l'avoir tant que les marchés sont ouverts - mais ils ne veulent pas de règles et de règlements standardisés. Avouons-le, les grands groupes, la corporatocratie, profite du fait que certains pays en Europe ont des lois fiscales beaucoup plus clémentes, que certains ont des lois environnementales et sociales beaucoup plus clémentes, et ils peuvent jouer des uns contre les autres. 

"[Rafael Correa] ... doit être conscient que si vous vous élevez trop fortement contre le système, si les "tueurs à gages économiques" ne sont pas contents, s’ils n'obtiennent pas ce qu’ils recherchent, les chacals viendront et vous assassineront ou vous renverseront par un coup d'Etat ". 

Que se passerait-il pour les grandes compagnies si elles ne disposent pas de leurs paradis fiscaux dans des endroits comme Malte ou d'autres lieux? Je pense que nous devons reconnaître que ce que la corporatocratie a vu au premier abord, c’est un euro solide, et une union européenne semblait être une très bonne chose, mais au fur et à mesure que cela avançait, ils ont pu voir que ce qui allait se passer, c'est que les lois sociales et environnementales et les règlements allaient être normalisés. Ils ne voulaient pas cela, ainsi dans une certaine mesure ce qui se passe en Europe s’est produit parce que la corporatocratie veut l’échec de l'Europe, au moins à un certain niveau. 

Michael Nevradakis: Dans votre libre vous citez ​​les exemples de l'Équateur et d'autres pays, qui, après l'effondrement des prix du pétrole à la fin des années 80 se sont retrouvés avec des dettes énormes et cela, bien sûr, a conduit à des mesures d'austérité massives… et cela semble très similaire à ce que nous voyons maintenant en Grèce. Comment le peuple de l'Équateur et d'autres pays qui se trouvent dans des situations similaires peuvent éventuellement résister? 

John Perkins : L’Équateur a élu un président assez remarquable, Rafael Correa, qui a un doctorat en économie d’une université des États-Unis. Il comprend le système, et il a compris que l'Équateur a assumé ces dettes quand j'étais un tueur à gages économique et que le pays était gouverné par une junte militaire qui était sous le contrôle de la CIA et les Etats-Unis. Que la junte s’est chargée de ces énormes dettes, a mis l'Equateur dans un position de dette profonde auquel le peuple n’adhérait pas . Quand Rafael Correa a été élu démocratiquement, il a immédiatement dit: «Nous ne payons pas ces dettes ; le peuple n’a pas accepté ces dettes ; peut-être que le FMI devrait payer les dettes et peut-être la junte, qui avait bien sûr disparu depuis longtemps – ayant déménagé à Miami ou ailleurs - doivent payer les dettes, peut-être John Perkins et les autres tueurs à gages économiques devraient payer les dettes, mais pas le peuple". 

Et depuis lors, il a renégocié et ramené les dettes à la baisse en déclarant: «Nous pourrions être prêts à payer certaines d'entre elles. » C'était un geste très intelligent ; il y a eu des choses semblables qui ont été faites à des moments différents dans des endroits comme le Brésil et l'Argentine, et plus récemment, à la suite de ce modèle, l'Islande, avec un grand succès. Je dois dire que Correa a eu quelques vrais reculs depuis… comme tant d'autres présidents, il doit être conscient que si vous vous élevez trop fortement contre le système, si les tueurs à gages économiques ne sont pas heureux, s’ils n'obtiennent pas leur profit, les chacals viendront vous assassiner ou vous renverser par un coup d'Etat. Il y a eu une tentative de coup d'Etat contre lui; il y a eu un coup d'État dans un pays qui n'est pas trop loin de lui, le Honduras, parce que ces présidents se sont levés. 

Nous devons réaliser que ces présidents sont dans des positions très, très vulnérables, et, finalement, nous le peuple devons nous lever, parce que les dirigeants sont limités dans leur action. Aujourd'hui, dans de nombreux endroits, les dirigeants ne sont pas seulement vulnérables ; une balle n’est plus nécessaire pour faire tomber un leader. Un scandale - un scandale sexuel, un scandale de drogue - peut faire tomber un leader. Nous avons vu cela se produire pour Bill Clinton, pour Strauss-Kahn du FMI; nous avons vu cela se produire un certain nombre de fois. Ces dirigeants sont très conscients du fait qu'ils sont dans des positions très vulnérables: S’ils s’élèvent ou vont à l'encontre du statu quo avec trop de force, ils vont être mis hors jeu, d'une façon ou d'une autre. Ils sont au courant de cela, et il nous incombe à nous gens du peuple de vraiment défendre nos propres droits. 

Michael Nevradakis:  Vous avez mentionné l'exemple récent de l'Islande. . . quelles autres mesures que le référendum qui a eu lieu, le pays eut-il adopter pour sortir de cette spirale de l'austérité et pour revenir à la croissance et à une perspective beaucoup plus positive pour le pays? 

John Perkins : On a investi de l'argent dans des programmes qui remettent les gens au travail et on a aussi mis à l’épreuve certains des banquiers qui ont causé les problèmes, ce qui a été un grand relèvement moral pour le peuple. Donc, l'Islande a lancé des programmes qui disent «Non, nous n'allons pas aller dans l'austérité, nous n'allons pas rembourser ces prêts, nous allons mettre de l'argent dans ce qui redonne du travail au peuple » et, finalement, c'est ce qui motive une économie, et les gens à travailler. Si vous avez un chômage élevé, comme vous l’avez aujourd'hui en Grèce, un chômage vraiment très élevé, le pays va toujours être en difficulté. Vous devez faire baisser le chômage, vous devez embaucher des gens. Il est donc important de remettre les gens au travail. Votre taux de chômage est d'environ 28 pour cent; c'est énorme, et le revenu disponible a diminué de 40 pour cent et il va continuer à baisser si vous avez un chômage élevé. Donc, la chose importante pour une économie est d'obtenir l'emploi et de retrouver un revenu net disponible de sorte que les gens investissent dans leur pays et en biens et en services. 

Michael Nevradakis:  En conclusion, quel message aimeriez-vous partager avec les gens de la Grèce, alors qu’ils continuent d’expérimenter et de vivre à travers les résultats très durs des politiques d'austérité qui ont été mises en place dans le pays depuis les trois dernières années? 

John Perkins : Je veux faire appel à l'histoire de la Grèce. Vous êtes un pays fier, fort, un pays de guerriers. La mythologie du guerrier dans une certaine mesure provient de la Grèce, et il en va de la démocratie ! Et se rendre compte que le marché est une démocratie aujourd'hui, et comment nous dépensons notre argent nous fait choisir notre bulletin de vote. La plupart des démocraties politiques sont corrompues, y compris celle des États-Unis. La démocratie ne fonctionne pas vraiment sur ​​une base gouvernementale parce que les corporations sont aux commandes. Mais elle travaille sur une base de marché. J'encourage les gens de la Grèce à se défendre : Ne pas payer ces dettes; avoir vos propres référendums; refuser de les payer; aller dans la rue et faire la grève. 

Et donc, je voudrais encourager le peuple grec à continuer à le faire. Ne pas accepter cette critique que c'est de votre faute, que vous êtes à blâmer, que vous avez à souffrir d’austérité, d’austérité, d’austérité. Cela ne fonctionne que pour les gens riches; cela ne fonctionne pas pour la personne moyenne ou la classe moyenne. Construisez cette classe moyenne; ramenez de l'emploi; rendez un revenu net convenable pour le citoyen moyen de la Grèce. Battez-vous pour cela ; Arrangez-vous pour que cela arrive; défendez vos droits; honorez votre histoire de combattants et les dirigeants de la démocratie, et montrez le au monde! 

Le podcast de l'interview originale comme il a été diffusé sur Radio Dialogos est disponible à dialogosradio.org
Michael Nevradakis est un étudiant préparant un doctorat en études des médias à l'Université du Texas à Austin il bénéficie d'une bourse Fulbright des États-Unis. Actuellement basé à Athènes, en Grèce. Michael est aussi l'hôte de Dialogos radio, une émission de radio hebdomadaire sur les entrevues et  reportages d'actualité en Grèce.
(Copyright, Truthout.org. Translated with permission"version française avec l'autorisation de l'auteur par Maxime le minime de la source)

samedi 27 septembre 2014

Pourquoi Steve Jobs et Cie ont gardé leurs enfants éloignés des iPads


LA DÉMOCRATIE UKRAINIENNE (suite)

EXEMPLAIRE NON ?












vendredi 26 septembre 2014

L'HOMME, UN ÊTRE LITURGIQUE AVANT TOUT [2/2] Par l'Ancien Georges Kapsanis

Les hommes qui offrent  « ce qui est [au Seigneur] de ce qui [au Seigneur], en toutes choses et pour tout»* servent vraiment Dieu et ont sa faveur. Ces hommes reconnaissent que tout ce qu'ils ont est un don de Dieu. Ils croient que  rien de qu’ils offrent ne vient d’eux-mêmes. Tout vient de Dieu et c’est cela même qu’ils offrent à Dieu, avec eux-mêmes, leur monde et leurs relations avec le monde. Ils ne gardent rien égoïstement pour eux-mêmes. Ils se donnent sans réserve. Ils donnent tout, c’est ainsi qu’ils reçoivent tout. Ils meurent, pour vivre. Et ils offrent tout dans le Christ et pour le Christ. En toutes choses (toujours) et pour toutes choses (pour tous les dons de Dieu).



Ainsi, l'entièreté de la vie des hommes (même après la Divine Liturgie et à l'extérieur de l'église) devient service, offrande, relation, sacrifice, communion et action de grâces. Toute la vie se transforme en une vie théanthropique.

Les deux heures de la Liturgie du Dimanche deviennent une liturgie quotidienne de 24 heures. En tant qu’Orthodoxes, quand nous parlons de vie liturgique, nous ne voulons pas parler seulement de notre courte offrande liturgique dans l'église, mais de notre vie entière, qui, commençant par les actions liturgiques dans l'église, devient culte et liturgie.

Les chrétiens orthodoxes ne sont pas schizophrènes. Ils ne vivent pas une vie liturgique dans l'église et une vie aliturgique à l’extérieur. Ils passent autant de temps qu’ils peuvent à l'église (Divine Liturgie et offices) afin d’être capables de vivre, en dehors de l'église, d'une manière aussi proche que possible de l'esprit, du climat et de l'éthique de la Divine Liturgie.

Par le culte dans l'église, la vie théanthropique s'enracine en eux et est alors capable de transformer toutes les facettes de leur vie quotidienne.
Ainsi les chrétiens imprégnés par la liturgie vivent dans l'unité de la foi et de la vie, du divin et de l'humain, du créé et de l'incréé, de la vie et du trépas, du temps présent et du futur, de leur propre personne et des autres.

C’est cette unité qu’a pu vivre le peuple grec orthodoxe, aussi longtemps qu’il a eu une réelle vie ecclésiale. Il y a encore, en Grèce, des gens, et des communautés orthodoxes traditionnelles qui vivent dans cette unité. Le centre de toute la vie des fondements orthodoxes traditionnels (villages et quartiers) était l'église paroissiale, l’équivalent de ce que le Katholikon est dans les monastères. Dans les villages d'Eubée l'église paroissiale jusqu'à ce jour est appelée la Katholiki. (c'est à dire Καθολική Εκκλησία).





La naissance, la mort, le baptême, le mariage, l'école, le travail, les relations sociales, les joies, et les peines, toutes les expressions de la vie sociale étaient liées à la Liturgie et à l'église et finissaient par devenir l'Église. Ainsi, les fonctions de la vie quotidienne trouvaient leur unité et leur ordre de préséance au sein de la Divine Liturgie.

Plus les Orthodoxes grecs prennent de la distance avec leurs racines orthodoxes, et avec leur vivifante tradition théanthropique, moins les diverses fonctions de la vie sont organiquement liées à la Divine Liturgie, c’est pourquoi ils arrêtent de travailler correctement, c'est-à-dire qu'ils échouent à unir les gens ou à les aider à vivre en tant qu’images de Dieu.

Les différentes fonctions en dehors de la Divine Liturgie déconstruisent la personne humaine. C’est clair avec la fonction de base de la vie, la procréation. Dans le sein de la Divine Liturgie et de l'Église, cette fonction fondamentale est transformée, est bénie par la grâce, et contribue à la complétude de la personne humaine. En dehors, elle devient asservie à l'égoïsme, elle défait les personnalités et devient un tourment. Aujourd'hui, les gens expérimentent amèrement cette situation.

Les monastères orthodoxes cénobitiques sont des modèles de la façon dont les gens et leurs communautés devraient fonctionner. Le centre est l'église principale (Katholikon). Les bâtiments et les tâches (obédiences) sont toutes organisées autour de l'église principale. Le point de départ de la vie commune est la célébration quotidienne de la Divine Liturgie. L’objectif en est l'adoration de Dieu et de l'offrande de toute la vie au Christ. C'est un exemple de ce que peut être la vie en commun, de la foi et de l'amour universel, et de comment la mort peut être vaincue et comment toute chose peut être renouvelée et comment on peut donner à chacun un rôle différent dans un ajustement à la fois singulier et le plus approprié.




Quand l'esprit liturgique cénobitique — qui est l'esprit liturgique de l'Orthodoxie — s'enracine  chez les Orthodoxes, ils sont préservés de la tendance puissante et viciée du sécularisme. En essence le sécularisme  est une tentative d'organiser la vie en dehors de la liturgie et de l'Église.

Les chrétiens orthodoxes ne peuvent pas être orthodoxes à moins qu'ils ne vivent liturgiquement. À moins que la Divine Liturgie et le culte ne soient pas seulement des «occasions» ou une partie de leur emploi du temps, mais soient, au contraire, le greffon vivifiant greffé sur leur vie pour leur transformation, le centre, la base, le commencement et la fin. C'est seulement à travers cet esprit d’offrande de « ce qui est [au Seigneur] de ce qui [au Seigneur]»*, à la Divine Liturgie que les gens deviennent vraiment eux-mêmes, c'est-à-dire des images de Dieu.
Higoumène Georges du Saint Monastère Saint Grigoriou

(extrait de la revue «Ο Όσιος Γρηγόριος», § Ο άνθρωπος ον λειτουργικό, περίοδος β, vol. 4, pp. 31-5, publié par le Saint Monastère Saint Grigoriou de la Sainte Montagne, 1979. 
version française par Maxime le minime de la source)

 ce qui est à Toi de ce qui est à Toi, en toutes choses et pour tout» de la Divine Liturgie