vendredi 27 février 2015

SUR ARTE : PUISSANTE ET INCONTRÔLÉE, LA TROÏKA




Pour obtenir les prêts dont ils ont besoin pour faire face à la crise, les Etats européens doivent se soumettre aux exigences de trois institutions phares qui forment la troïka : le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE).

Voici une enquête édifiante sur le rôle controversé de cette troïka. Cinq ans déjà que les États en crise de la zone euro vivent les affres du surendettement. Pour obtenir les prêts dont ils ont besoin d’urgence, il leur faut se soumettre aux exigences – les fameux mémorandums – de trois institutions phares qui forment la troïka : le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE). Les mesures d’austérité qu'elles ont imposées n’ont jusqu’à ce jour pas eu les effets positifs escomptés, bien au contraire.

 Ce sont des hauts fonctionnaires, agissant sans aucun contrôle parmementaire, qui prennent les décisions, que les gouvernements doivent ensuite exécuter. Pour mieux comprendre ce processus, le journaliste économique allemand Harald Schumann (auteur de Quand l'Europe sauve ses banques, qui paye ? diffusé par ARTE en 2013) s’est rendu en Irlande, en Grèce, au Portugal, à Chypre, à Bruxelles et aux États-Unis. Au cours de ce passionnant travail d’investigation, il a interrogé des ministres, des économistes, des avocats, des banquiers, des victimes de la crise, ainsi que le Prix Nobel d'économie 2008, Paul Krugman, qui explique pourquoi cette politique de restriction ne fonctionne pas.


jeudi 26 février 2015

à la mémoire des martyrs coptes


L’État égyptien va construire une église à la mémoire des martyrs coptes
L’annonce a été faite par le premier ministre égyptien, Ibrahim Mahlab.

 Le premier ministre égyptien, Ibrahim Mahlab, a révélé que le président Abdel Fattah al-Sisi en personne avait décidé la construction, aux frais de l’État, d’une église dédiée « aux martyrs de Libye », les 21 jeunes coptes assassinés par l’État islamique. Cette église devrait être édifiée dans la ville de Minya, dans la région dont provenait la majeure partie des coptes décapités par les djihadistes, annonce l’agence Fides. En outre, par décret présidentiel, les familles des victimes du terrorisme islamiste recevront un dédommagement financier et deviendront titulaires d’une pension mensuelle.
Le président égyptien avait déjà manifesté sa proximité avec les coptes endeuillés en se rendant lundi 16 février, au lendemain de la diffusion par l’État islamique de la vidéo montrant le meurtre des jeunes Égyptiens enlevés en Libye, à la cathédrale Saint-Marc, dans le quartier populaire d’Abassyiah au Caire, pour présenter ses condoléances au pape Tawadros. Il avait aussi décrété sept jours de deuil national.
« Le sceau de leur martyre »
Les coptes exécutés par les djihadistes de l’État islamique en Libye sont morts en prononçant le nom du Christ, a expliqué à l’agence Fides Mgr Antonios Aziz Mina, évêque copte catholique de Gizeh. 
> De son côté, le Conseil d’Églises chrétiennes en France (Cecef) a publié vendredi 20 février un communiqué, disant partager « la douleur de la communauté copte d’Égypte après l’assassinat de 21 de ses membres » et condamnant « avec force ces meurtres abjects ». Les coprésidents du Cecef, le pasteur François Clavairoly, le métropolite Emmanuel, et Mgr Georges Pontier, invitent « tous les chrétiens à prier pour la sécurité des chrétiens du Moyen-Orient et pour la paix dans cette région. »

vendredi 20 février 2015

UNE AMITIÉ SPIRITUELLE EXEMPLAIRE… DANS LA MUSIQUE !


Née en 1981 à Córdoba en Argentine de parents franco-russes, elle a étudié à Madrid à l'école supérieure de musique Reine-Sophie, puis à Bâle avec Ivan Monighetti et avec David Geringas à la Hochschule Hanns Eisler de Berlin.
Elle a été lauréate de son premier concours à l'âge de dix ans après des débuts à quatre ans. Sa carrière internationale a été lancée en 2004, quand elle a obtenu le prestigieux prix Crédit Suisse Young Artist Award.
Elle a remporté de nombreuses récompenses, au rang desquelles le prix Natalia-Gutman pour la meilleure interprétation musicale dans le Concours international Tchaïkovski de Moscou, et un prix au concours ARD à Munich.
Elle joue sur un Guadagnini de 1759 mis à sa disposition par une fondation privée, le Rahn-Kulturfonds.
Elle enseigne à l'Académie de musique de Bâle depuis 2005.
Concertiste, elle interprète le répertoire classique, romantique et moderne tels DvořákTchaïkovskiChostakovitchElgarHaydn, et plus particulièrement des œuvres du xxe siècle, comme le concerto de Bohuslav Martinů, ou celui de Samuel Barber, en tournée en 2009 et 2010. Elle commande des œuvres ou travaille en étroite collaboration avec des compositeurs tels que Peteris Vasks.
Elle a lancé en juin 2006 le Festival Solsberg (à Olsberg, dans le canton d'Argovie, en Suisse, son pays d'adoption). Pour ce festival de musique de chambre, elle invite ses amis, ses proches et des musiciens renommés pour huit à dix concerts tous les ans. Elle a lancé aussi la « Cappella Gabetta » : il s'agit d'un Orchestre baroque interprétant Antonio Vivaldi et ses contemporains, dirigé par le violoniste Andrés Gabetta, son frère. Elle partage la vie de Christoph Müller, un suisse manager culturel. (source Wikipedia)





Bertrand Chamayou appartient à la toute jeune génération des pianistes français, celle qui défend avec la même conviction le grand répertoire pianistique ( le CD Années de pèlerinage de Franz Liszt obtient le titre du meilleur « enregistrement de l'année » aux Victoires de la musique classique en 2012) et la création contemporaine (Philippe Hersant, Guillaume Connesson, Henri Dutilleux, Thomas Ades, Gyorgy Kurtag…). Il est aussi actif comme récitaliste et soliste avec orchestre, que dans des formations chambristes.
Formé au Conservatoire de Toulouse, il rejoint à l’âge de 15 ans la classe de Jean-François Heisser au Conservatoire de Paris. Il se perfectionne avec les pianistes tels que Murray Perahia, Leon Fleisher, Dimitri Bachkirov, Aldo Ciccolini ou Maria Curcio. En 2001 il remporte le quatrième prix au Concours international Marguerite-Long-Jacques-Thibaud, et enchaine depuis les concerts dans des salles et des festivals prestigieux, en France et à l’étranger.
De nature enthousiaste, il avoue accepter trop d’engagements par passion pour la musique ; son rêve inavoué est de pouvoir un jour se consacrer à la composition. (source)

Tu ne tueras point

QUE NOUS ORDONNE LE SlXlÈME COMMANDEMENT?

Stanislaw Witkiewicz - Une nuit ukrainienne

Le sixième Commandement nous ordonne de respecter la vie du prochain, comme étant un trésor sans égal, et de ne l’en priver ni directement par un instrument de meurtre ni indirectement par une négligence ou en minant sa santé. Le meurtre est donc un péché mortel. Il peut se commettre ouvertement, ou par embûche avec préméditation, ou dans un moment de colère, soit sur un seul individu, soit par une guerre injuste contre tout un peuple, quand l'existence d'une nation est mise en péril, afin de l'asservir sous un joug étranger, à l'avantage et pour l'agrandissement territorial de l'envahisseur. Un meurtre fut le crime primordial commis à la suite de l'exil de l'Eden de nos premiers ancêtres. Il a souillé la terre du sang fraternel et a appelé la malédiction de Dieu sur Caïn, qui, effaré et tremblant, perdit à jamais la paix de l’âme.

Mais si le meurtre est commis par quelqu’un pour sa défense personnelle, alors la responsabilité du meurtrier se trouve diminuée jusqu'à un certain point. De même que le meurtre que l'on commet pour sa propre défense est un mal nécessaire pour lequel, non le meurtrier mais le provocateur est surtout responsable, la guerre pour la défense de nos autels et de nos foyers est un mal, mais dont le soldat qui se hâte de défendre sa mère patrie ne doit pas supporter la responsabilité qui incombe à l'agresseur. Une guerre dans ces conditions n’est pas en opposition avec le Commandement: « Tu ne tueras pas.» C’est un sacrifice qui, tôt ou tard, sera certainement béni par Dieu qui exècre l'injustice.
(extrait du Catéchisme des Grecs orthodoxes par le Protopresbytre P. Constantin N. Callinicos)

mercredi 18 février 2015

Une appli pour préparer votre pèlerinage à l'Athos sur votre smartphone ?

Une application orthodoxe pour smartphone réalisée en collaboration avec des moines athonites

Une application orthodoxe pour smartphone réalisée en collaboration avec des moines athonites

Une application gratuite pour smartphone vient d’être créÉe par une société de Thessalonique en collaboration avec des moines athonites.
Elle permet d’obtenir sur son smartphone, selon l’ancien ou le nouveau calendrier, des informations sur les saints du jour,  les fêtes religieuses et les jours de jeûne, ainsi qu’un apophtegme.
L’application a été créée par AST SA, une société basée à Thessalonique, avec l’aide des pères du monastère athonite de Pantocrator.
Cette application est pour le moment en langue grecque. Il est prévu de la développer dans d’autres langues et de faire évoluer son contenu en proposant chaque jour des textes spirituels.
L’application est disponible sur l’App Store pour iOS et Google Play pour les appareils Android.
Source

PETIT RAPPEL : L'HORREUR DE SOLOVKI : Impossible d'oublier !

Pentti Sammallahti

J'avais - il y a quelque temps - déjà mis cette vidéo en ligne mais elle n'était pas très bien formatée. La voici à nouveau bien mieux regardable car si on ne saurait comparer l'actuel président de la Russie aux dictateurs du XX° siècle comme certains médias aux ordres aiment à le répéter à l'envi, on se tromperait lourdement et de façon dramatiquement ridicule,à vouloir identifier ce blog à un site web de propagande soviétique Je reprends donc mot pour mot l'introduction que j'en avais faite auparavant :

 Désolé, la copie est ancienne, pas très bonne mais il faut l'avoir vue pour bien comprendre les rouages du totalitarisme le plus écrasant, le plus abject, le plus inhumain.. Difficile de penser qu'il y a encore des gens qui minimisent la Terreur du communisme en prétendant qu'il a été dévoyé mais que les idées étaient bonnes... et qui peuvent - sans craindre le moindre jugement moral ni le moindre procès - adhérer à un parti auto-proclamé communiste voire socialiste ici ou ailleurs... à l'encontre de certains autre socialistes ("national" mais tout de même "socialistes") l'on proclame qu'il n'y a "pas de liberté pour les ennemis de la liberté"... c'est le genre d'injonction à résultat nul par auto-annihilation comme "Il est interdit d'interdire"...