samedi 31 janvier 2015

RUSSOPHILE FRANÇAISE : l'illustre famille Benois


La Famille Benois est une famille d'artistesmusiciens et architectes russes du XIXe et du XXe siècles. Ils descendaient du confiseur français Louis Jules Benois, qui arrive en Russie en 1794 après la révolution française.
Un musée en l'honneur des descendants illustres de la famille a été créé dans un pavillon à l'est du Grand Palais par Nikolaï Alexandrovitch Benoism 1,1.

Membres illustres de la famille 


NomNaissanceDécèsNotesEnfantssources
Louis César Benois17701822Confiseur. Quitte la France en 1794 à la suite de la Révolution française et s'installe en Russie.Père de Nicolas Leontievitch BenoisMichael Leontievitch BenoisLeonti Leontievitch BenoisJulius Leontievitch BenoisAlexander Leontievitch Benois
Nicolas Leontievitch Benois1813
Saint-Pétersbourg
1898
Saint-Pétersbourg
Architecte et professeur d'architecture. Fils du confiseur Louis César Benois.Père de Alexandre BenoisAlbert BenoisLeonti BenoisCatherine Benois-LancerayMikhaïl Benois
Michael Leontievitch Benois17991867
Saint-Pétersbourg
Colonel russe.Alexandre Mikhaïlovitch Benois
Leonti Leontievitch Benois18011885
Saint-Pétersbourg
Alexeï Leontievitch Benois
Julius Leontievitch Benois18201898Architecte russe.Julius Julievitch Benois
Alexandre Leontievitch Benois18171875
Saint-Pétersbourg
Alexandre Alexandrovitch Benois
Alexandre Alexandrovitch Benois18521928Albert Alexandrovitch Benois
Albert Alexandrovitch Benois18881960Époux de Margarita Alexandrovna Novinskaïa Benois
Albert Nikolaïevitch Benois1852
Saint-Pétersbourg
1936
Fontenay-aux-Roses
Aquarelliste.Maria Albertovna Benois
Albert Albertovitch Benois
2
Léon Nikolaïevitch Benois1856
Saint-Pétersbourg
1928
Leningrad
Architecte.Nadia Benois3
Catherine Benois-Lanceray1850
Saint-Pétersbourg
1933
Leningrad
Graphiste. Épouse du sculpteur Ievgueni Alexandrovitch Lanceray (1848-1886), appelé aussi Eugène Lansere.Zinaida Ievguenievna Lanceray Nikolaï Ievguenievitch Lanceray4
Camilla Nikolaïevna BenoisÉpouse de Matthew Edward Edwards. Leur fille Camilla Edwards épouse l'architecte Arménien Alexandre Tamanian.Georgi Tamanian
Georgi Tamanian1910-Architecte arménien. Fils de Camilla Nikolaïevna Benois et de l'architecte Alexandre Tamanian.
Alexandre Nikolaïevitch Benois1870
Saint-Pétersbourg
1960
Paris
Peintre, décorateur de théâtre, critique d'art.Hélène Clément-Benois
Nikolaï Alexandrovitch Benois
Hélène Clément-Benois18981972Artiste peintre, fille de Alexandre Nikolaïevitch Benois, épouse du compositeur Ivan Aleksandrovitch Wyschnegradsky.
Nikolaï Alexandrovitch Benois1901
Oranienbaum
1988
Milan
Décorateur de théâtre, et un temps directeur de la Scala de Milan. Fils de Alexandre Nikolaïevitch Benois
Nikolaï Albertovitch BenoisMari de Maria Nikolaïevna Kouznetsova.
Maria Albertovna BenoisFille de Albert Nikolaïevitch Benois. Épouse du compositeur Nicolas Tcherepnine.Alexandre Nikolaïevitch Tcherepnine
Alexandre Nikolaïevitch Tcherepnine1899
Saint-Pétersbourg
1977
Paris
Compositeur et pianiste. Fils de Maria Albertovna Benois et de Nicolas Tcherepnine. Époux de la pianiste Lee Hsien Ming.Serge Alexandrovitch Tcherepnine
Ivan Alexandrovitch Tcherepnine
5
Ivan Alexandrovitch Tcherepnine1943
Issy-les-Moulineaux
1998
Boston
Compositeur. Fils de Alexandre Nikolaïevitch Tcherepnine et de la pianiste chinoise Lee Hsien Ming.6
Serge Alexandrovitch Tcherepnine1941
Issy-les-Moulineaux
-Compositeur de musique électronique. Fils de Alexandre Nikolaïevitch Tcherepnine
Nadejda Leontievna Benois18951975Illustratrice et graphiste. Fille de Leonti Benois.Mère de Peter Ustinov.
Ievgeni Ievguenievitch Lanceray18751946Artiste russe graphiste, peintre, illustrateur. Époux de Catherine Benois-LancerayZinaida Yevgenievna Lanceray
Nikolaï Yevgenievich Lanceray
Zinaida Ievguenievna Lanceray1884
Kharkiv
1967
Paris
Portraitiste russe.Mère des artistes Alexandre Borissovitch Serebriakov, Tatiana Borissovna Serebriakova, de Ekaterina Borissovna Serebriakova, et de l'architecte Eugène Borissovitch Serebriakov.
Nikolaï Ievguenievitch Lanceray1879
Saint-Pétersbourg
1942
Saratov
Architecte russe.
Alexandre Borissovitch Serebriakov1907
Kharkiv
1994
Paris
Artiste.7
Tatiana Borissovna Serebriakova19121989Artiste.
Ekaterina Borissovna Serebriakova1913
Kharkiv
2014Artiste.
Ievgueni Borissovitch Serebriakov1906-Architecte.

source Wikipédia

mercredi 28 janvier 2015

George Friedman (Stratfor) dit tout sur le rôle des USA dans la crise ukrainienne


Une fois n'est pas coutume, je reprends ici, pour son importance, l'interview accordée par George Friedman, fondateur et directeur général de la société d’information Stratfor, considérée par beaucoup comme la "CIA-Bis" ou "Shadow-CIA", au magazine russe de tendance libérale ("pro-occidentale") Kommersant en décembre dernier. 

Voici la première partie de cette interview traduite par Dedefensa.org :
Kommersant : «Dans vos analyses, vous vous référez à la fragmentation de l’Europe. Comment se manifeste cette fragmentation ?»  
George Friedman : «Durant la Guerre froide, les frontières en Europe ont été préservées. Il était entendu que, si l’on changeait quelque chose, une déstabilisation s’ensuivait. Une fois la Guerre froide terminée, le bouleversement des frontières a commencé avec la Yougoslavie. Ensuite, il y a eu les changements de facto dans les frontières des pays du Caucase. Très récemment, 45% des Écossais ont voté pour l’indépendance. Les Catalans veulent aussi leur indépendance. »

Dans le contexte de ce mouvement de fond, je ne pense pas que la situation ukrainienne (où une partie du pays est attirée par un rapprochement avec l’UE tandis que l’autre veut être proche de la Russie) est unique. La situation ukrainienne prend parfaitement sa place dans les tendances centrifuges que nous avons observées en Europe depuis un certain temps. Bien entendu et jusqu’à récemment, personne ne pensait à la question des rapports entre l’Angleterre et l’Écosse, qui semblait être réglée depuis 300 ans, et qui est réapparue de façon si soudaine et urgente. En d’autres mots, la crise ukrainienne, si elle est connectées avec la situation russe, est aussi une partie d’un processus qui marque la crise européenne elle-même.» 

Kommersant : «Les politiciens européens disent que ce qui a causé la déstabilisation de l’Europe c’est l’action de la Russie en Ukraine.» 
George Friedman : «Les Européens sont très fiers de ce qu’ils nomment leur “exceptionnalité”. Cela implique qu’ils se sont débarrassés de toute menace de guerre interne, depuis au moins un demi-siècle, et qu’ils ont vécu dans un monde de stabilité et de prospérité. Mais jusqu’aux années 1990, l’Europe a vécu, en fait, sous l’occupation conjointe des USA et de l’URSS. Et puis, il y a eu la Yougoslavie, et puis le Caucase. Le continent européen n’a jamais été complètement pacifié.» 
Kommersant : «Mais les officiels US, aussi bien que les directions des États-membres de l’UE, ont justifié leur politique très dure contre la Russie par le fait que, avec l’annexion de la Crimée, la Russie a “redessiné des frontières par la force” depuis la Seconde Guerre mondiale.» 
George Friedman : «Les Américains savent que c’est un non-sens. Le premier exemple de changement des frontières par la force a été la Yougoslavie. Et le Kosovo fut seulement l’achèvement du processus. Et les USA sont directement impliqués dans ce processus.» 
Kommersant : «Quel est le but de la politique US pour ce qui concerne l’Ukraine ?» 
George Friedman : «Durant les cent dernières années, les Américains ont poursuivi avec constance une politique étrangère très consistante: empêcher quelque nation que ce soit de constituer une trop grande puissance en Europe. D’abord, les USA ont cherché à empêcher l’Allemagne de dominer l’Europe, ensuite ils ont cherché à limiter l’influence de l’URSS. 

«L’essence de cette politique est ceci: maintenir aussi longtemps que possible un certain rapport de forces en Europe [qui les avantage], en aidant les partis les plus faibles, et lorsque le rapport de forces existant était [ou est] sur le point d’être modifiée, – en intervenant au dernier moment. Ce fut le cas durant la Première Guerre mondiale, lorsque les USA intervinrent seulement après l’abdication du tsar Nicolas II en 1917 pour éviter que l’Allemagne s’affirmât d’une façon prééminente. Durant la Deuxième Guerre mondiale, les USA ouvrirent un second front très tardivement (en juin 1944), après qu’il fût devenu évident que les Russes allaient l’emporter sur les Allemands. 

»Par-dessus tout, l’alliance potentiellement la plus dangereuse, selon le point de vue des USA, a toujours été une alliance entre la Russie et l’Allemagne. Cela serait une alliance entre la technologie et le capital allemands avec les ressources naturelles et humaines de la Russie.» […] LIRE LA SUITE ICI

L’homme considéré non comme une personne, mais comme un jeu de Lego



La loi de 1905, en « séparant » l’Église de l’État, n’a fait qu’enterrer un cadavre. Depuis longtemps, quand bien même quelque prélat eût eu une quelconque influence sur certaines décisions du pouvoir, et justement parce que le catholicisme était devenu un enrobage idéologique pour la bourgeoisie, l’État contemporain (à partir de 1789) ne relevait pas, dans ses principes, d’une réalité supra-humaine. Le christianisme, depuis longtemps, était dans une position défensive, et il n’avait fait que perdre ses places fortes. 

L’État laïque ne serait donc qu’un constat : celui du reflux de la religion. L’espace qu’il semble libérer est un ensemble vide où s’impose soit la totalité, c’est-à-dire la puissance bienfaisante de l’État, qui veille sur le bien-être des « citoyens », soit le singleton qu’est devenu l’individu, mû par des besoins et des ressentiments. Autant dire que le projet de Jean Bodin (1529-1596) de promouvoir un État « absolu », c’est-à-dire apte à décider et à réaliser, sans limite, ses projets politiques, a enfin éprouvé la pleine puissance de ses potentialités dans l’État laïque contemporain.

Lorsqu’on envisage ces questions de relations entre le politique et le religieux, il faut se garder de comparaisons biaisées. Chez les Anciens, l’évocation d’Antigone, mais aussi l’exemple de toutes les cités et empires de cette période, suffisent à montrer qu’on ne pouvait concevoir le politique, auquel on concédait, bien sûr, une autonomie de fait, sinon de droit, séparé du principe supra-humain.

L’État moderne prétend se suffire à lui-même. Il est un Créon qui, régulièrement, met à la porte une Antigone qui s’obstine à rentrer par la fenêtre. Pourquoi ? Parce que l’homme, évidemment, ne vit pas que de pain. Il a bien tenté de redonner un idéal à sa volonté toute-puissante de biberonner le « peuple ». Mais, entre un messianisme prométhéen exorbitant, qui promet la lune et la poussière d’étoiles, et des civilités néo-kantiennes dont l’inefficacité n’a même pas l’excuse de la bêtise (car les techniciens de l’État sont des spécialistes brillants de la manipulation pédagogique), il n’a fait que mimer le prophétisme et la fraternité chrétienne, tragiquement ou de façon grotesque, sans en atteindre la grandeur. Il s’est souvent révélé à lui-même ce qu’il était : un boucher ou un histrion.

Aussi bien le laïcisme n’est-il qu’une déclinaison, sans doute la plus hypocrite, la plus perverse. Sous le couvert d’éviter la violence, la guerre civile – et il faut lire Michéa pour comprendre que tel est le projet sociétal du libéralisme, depuis les guerres de religions du XVIe siècle –, on vide la société de tout sens, le citoyen n’étant plus, finalement, qu’un numéro, comme l’homme et la femme, selon la théorie du genre, ne seraient, finalement, que des « êtres humains » dont l’identité serait dépendante de choix optionnels. La conception anthropologique du laïcisme, c’est l’homme considéré non comme une personne, mais comme un jeu de Lego.

mardi 27 janvier 2015

C'EST LA CRISE PARCE QUE L'EGLISE ORTHODOXE NE PAYE PAS D'IMPOTS ???

Dingue: j'ai entendu Hedwige (avec un H, c'est plus "chix" avec un x) Chevrillon expliquer à l'antenne que c'est parce que l'Eglise grecque ne paye pas d'impôts que le pays vit cette crise. Grosso modo, cela revient à dire que si la France a 10% de chômage, c'est parce que l'Eglise de France n'embauche pas !
Vous voyez le niveau de Mme Chevrillon !
Bravo Hedwige, continue à nous sortir des c*******s de ce genre. A ce rythme de nivellement par le bas, BFM-WC va se transformer très prochainement en toilettes à la turque! 
On comprend aussi pourquoi les camions de BFM se font caillasser. Quant à Eric Brunet, il a méprisé en direct le peuple Grec expliquant, je résume, que son vote "est une insulte" à l'intelligence qui a conçu l'Union Européenne et qu'il s'agissait surtout (parlant de Syriza) d'un mouvement "poujadiste"... Wouaaa. Je ne sais pas ce qu'il fume, mais surtout qu'il le garde pour lui. En revanche, on sait maintenant que la volonté de la Troïka à écraser les peuples par une dictature économique est pour Eric Brunet le sommet de l'intelligence! Quel mépris pour le vote du peuple quand il n'a pas l'heur de lui plaire! A vomir. Brunet et Chevrillon: un duo de gagnants de l'information : - ) Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2015

samedi 24 janvier 2015

NOUVEAU : UN MAGNIFIQUE BLOG DE CLAUDE sur les icônes de la Mère de Dieu

Voici le texte de présentation du nouveau blog  
blog dédié à toutes les icônes de la Mère de Dieu.


La première icône de la Mère de Dieu qui nous fut donnée pour notre baptême, ou notre entrée dans l'Arche du Salut de l'Eglise, est toujours chère à notre cœur et à notre prière… Cette icône manifeste souvent une adoption spirituelle très subtile. 

Cheminant sur la Voie orthodoxe, au fil des ans, nous rencontrons de nouvelles icônes de la Toute Pure. Certaines sont de belles bornes lumineuses sur le chemin de notre vie spirituelle.  D'autres nous accompagnent plus discrètement, et nous ramènent doucement et maternellement au bercail de l'oraison par leur seule présence. 

Lorsque nous avons la Grâce de vénérer des icônes miraculeuses de la Mère de notre Sauveur, le lien de prière se fait soudain plus fort, et la réalité de l'intercession de notre Souveraine devient véritablement tangible. 

La visite dans nos paroisses en Europe de l'icône miraculeuse de la Mère de Dieu de Jérusalem, ou celle plus fréquente de celle de Koursk marque toujours nos âmes. C'est cette dernière qui guérit saint Séraphim de Sarov enfant, et il est très émouvant pour nous d'y penser en la vénérant. Par delà les siècles, nous accomplissons le même geste de piété que notre Père parmi les saints, et cette vénération nous agrège déjà à l'Eglise du Ciel, sur la terre des vivants.

La présence autrefois régulière de l'icône myrrhoblyte de la Portaïtissa qui venait vers nous avec son humble gardien, frère Joseph-Ambroise de bienheureuse mémoire, apportait toujours à nos communautés, une paix ineffable qui nous rétablissait dans le calme et la prière, et ancrait notre esprit dans le Royaume à venir. 



[…] Dans ce blog débutant en Janvier, nous présentons les différentes icônes de la Mère de Dieu qui sont offertes à la vénération des fidèles orthodoxes tout au long de l'année liturgique. Lorsque nous le pouvons, nous donnons aussi l'acathiste ou l'office qui y sont associés.

Que la Toute Pure nous protège, nous bénisse  et nous accompagne tous et toutes par ses saintes prières. Amen!

Claude Lopez-Ginisty

mardi 20 janvier 2015

AUTRES TEMPS AUTRES MŒURS…

Deux  exemples : l'un Orthodoxe, l'autre Catholique… mais d'autres époques, pas celle de l'apostasie généralisée…

SUR LE BLOG DE CLAUDE : L'IRÉNISME DANS LA FIDÉLITÉ À LA VRAIE FOI
Père Philothée
représenté dans la grande église d'Egine
dédiée à saint Nectaire dont il était un des fils spirituels
*
A Son Excellence le très serein Maître Mustafa Kémal, 
Président de la Démocratie Turque, 
avec [mes] vœux de bonne santé et de bonheur.
La renommée de vos admirables et bonnes actions me touche, me plaît, et me donne le courage de communiquer avec vous par lettre. Je vous écris, non comme un étranger, mais comme un frère. Car je sais bien que nous sommes tous frères et créatures de notre seul et unique Père Céleste, Dieu.
Puisque, avec votre bon sens, votre sagesse et votre valeur, avec la synergie du Dieu Très-Bon, vous avez sauvé votre pays du danger manifeste, et que vous avez réussi à établir l'amitié et la paix entre la Turquie et la Grèce, il serait bon, je le pense, afin d'avoir une réconciliation parfaite des deux nations, de suivre une seule religion, la religion dont il a été prouvé qu'elle était la plus véritable et la plus parfaite, c'est-à-dire la religion chrétienne orthodoxe. LIRE LA SUITE ICI

2. François d'Assise et le sultan Al Kamil
Saint François avait déjà essayé par deux fois de se rendre en Terre Sainte pour faire connaître le Christ aux Musulmans, mais à chaque tentative, il tombait malade en cours de route et était obligé d'abandonner son projet. En 1219, la guerre fait rage entre les Croisés et l'Islam. Les deux armées se faisaient face. Le sultan al-Kamil avait même publié un décret promettant une forte récompense en or à quiconque apporterait la tête d'un chrétien. Les Croisés commandés par Pélage essayaient de prendre le port de Damiette avec l'intention de conquérir l'Égypte.

C'est dans ces circonstances de conflit que Saint François avec son compagnon frère Illuminé, décident d'aller prêcher l'Evangile chez les Musulmans. En réalité, leur objectif c'est d'aller voir le Sultan lui-même (pas moins) pour lui parler du Christ! Dans le camp des Croisés on les prend pour des fous. On essaye de les empêcher de partir car on est sûr qu'ils se feront massacrer. Mais face à la détermination de Saint François, ils les laissent partir. Après avoir prié, ils s'en vont en chantant: "Si j'ai à marcher au milieu des ombres de la mort, je ne craindrai aucun mal, car tu es avec moi." Après quelques heures de marche ils rencontrent deux brebis; à leur vue François dit à son compagnon: "Aie confiance dans le Seigneur, frère, car voici accompli pour nous cet avertissement de l'Évangile : "Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups."

Quelques pas plus loin, ils tombent entre les mains d'une troupe qui les arrête brutalement et s'apprête à les égorger. Frère Illuminé se prépare à subir le martyr et commence à réciter la prière des morts, mais Saint François se met à crier: "Sultano el-Kamil ! Sultano el-Kamil!" . Le chef de la troupe n'ose plus les égorger et décide de les conduire à l'intérieur de la ville de Damiette et de les remettre aux gardes. Ceux-ci les fouillèrent et les questionnèrent longuement. François réitéra sa demande de voir le sultan. Petit à petit la méfiance céda peu à peu devant le charme qui émanait de cet étrange petit homme extrêmement vivant, plein de courtoisie, au parler clair et chantant. Enfin il fut convenu que François et son compagnon seraient introduits auprès du sultan. LIRE  LA SUITE ICI
 

lundi 19 janvier 2015

La nouvelle mode chez les animateurs sociaux !

À la grille du culte musulman pendant la prière du vendredi

NE SONT-IL PAS CROQUIGNOLETS
nos animateurs sociaux avec leur nouveau look ?

D'ailleurs on leur a aussi donné un nouveau nom : "prêtres" m'a-t-on dit. 
Quelqu'un pourrait-il me dire ce que c'est?
Et délicats avec ça : "Nous ne sommes pas entrés dans la mosquée par égard pour l’intimité de la prière et de leur confession de foi propre" ont-ils déclaré.

On leur donnerait le Bon Dieu sans confession… n'est-ce pas ?
pour plus de détails VOIR ICI