Fichier hébergé par Archive-Host.com
Le Christ notre Roi et notre Dieu

++++++Κύριε, Ιησού Χριστέ,........................................................ελέησόν με !

Fichier hébergé par Archive-Host.com


"Bien aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. (Jude 1:3)

vendredi 18 avril 2014

GRAND ET SAINT VENDREDI

Tu t'es livré volontairement
pour arracher le monde à l'Ennemi
Seigneur longanime, Gloire à Toi !

Qu'était exactement la crucifixion ?  

Cette méthode d'exécution, empruntée notamment aux Perses, a été très utilisée dans l'Empire Romain. Lorsque les Romains occupaient le bassin méditerranéen les exécutions par crucifixion étaient courantes et pratiquées sur les esclaves et les criminels, mais aussi lors de répressions contre les révoltes locales. Des documents rapportent de terribles exécutions romaines, notamment lors de la révolte de Spartacus entre 73 et 71 av. J.-C., lorsque 6000 esclaves furent crucifiés le long de la Via Appia. En 70 ap. J.-C., l'historien juif Flavius Josèphe décrit la révolte des Juifs contre les Romains, entre 66 et 70, et indique que 500 crucifixions par jour étaient effectuées par les bourreaux romains. Ils avaient donc un « savoir-faire » certain dans cette manière d'exécuter les condamnés. Mais il n'y avait pas un mode d’emploi défini, les exécutions dépendant du nombre de condamnés ou de la cruauté des bourreaux. Certains documents permettent de faire des suppositions sur la manière et le matériel utilisé pour ces exécutions. Comme on l’a vu au chapitre précédent, on sait qu'il y avait plusieurs sortes de croix : - La « crux simplex » était un simple poteau ou le tronc d'un arbre. - La « crux immissa » ou « crux capitata » une croix complète - Enfin la plus utilisée, la « crux commissa », une croix en forme de « T » composée de deux parties. Une partie déjà plantée sur le lieu de l'exécution, le « stipes » et l'autre partie était emmenée directement par le condamné, le « patibulum ». Pesant entre 20 et 40 kilos, le « patibulum » venait s'emboîter sur le haut du « stipes ». Certaines autres croix étaient en forme de « X » comme la croix de St André par exemple. Mais la crucifixion n’avait pas de règle ni de norme. Chaque exécution devait être avant tout efficace et rapide à mettre en oeuvre. Pour la croix en forme de « T », le condamné était déshabillé, couché sur le dos puis attaché ou cloué au « patibulum ». Ensuite les Romains soulevaient l’ensemble jusqu’au sommet du « stipes » et encastraient le patibulum dans une rainure. Enfin, relevant les pieds du condamné et ils les fixaient au « stipes ». Cela ne prenait que quelques minutes. 

 La manière de fixer les condamnés pouvait varier là aussi. 

Soit les condamnés étaient attachés par les bras et les pieds à l'aide de cordes, soit ils étaient cloués aux avant-bras ou aux mains ainsi qu'aux pieds de différentes manières là aussi. Le supplice de la croix était fait pour que le condamné souffre le plus longtemps possible. Pour prolonger l'agonie sur la croix, les Romains plaçaient parfois à mi-hauteur une sorte de petit siège en bois le « sédile » qui permettait au supplicié de s'asseoir dessus afin de soulager la pression sur les mains et les pieds. Le supplice pouvait durer des heures voire même un ou deux jours dans certains cas. Enfin, pour accélérer si besoin la mort, les bourreaux n'hésitaient pas à briser les jambes du condamné. 

Une preuve archéologique vient confirmer l’une des méthodes de crucifixion pratiquée par les Romains. 

C'est en Juin 1968 que des bulldozers israéliens, préparant un terrain pour la construction d'un immeuble, mirent à jour un ancien cimetière juif qui renfermait des squelettes datant entre 100 av. J.-C. et 100 ap. J.-C. L'un d'entre eux en particulier attira l'attention de Vasilios Tzaferis l'archéologue du service des Antiquités et des Musées Israéliens. Le squelette en question avait les deux talons maintenus par un grand clou en fer de 17 cm de long avec sous la tête du clou des traces d'une plaque en bois afin peut-être de maintenir le clou contre le pied. Des traces d'usure ont été trouvées sur les os de ses avant-bras ce qui prouve que des clous ont été planté à cet endroit. Ses jambes étaient très repliées et ses bourreaux lui avaient donc cloué les deux pieds sur un côté du « stipes ». Des recherches ont permis de savoir qu'il avait entre 24 et 28 ans au moment de sa mort sur la croix. Son nom était « Jéhohanan ». Ceci prouve que les formes d'exécution variaient d'un individu à un autre.     (source)

Aujourd'hui est suspendu à l'arbre de la Croix - Celui qui a suspendu la terre sur les eaux. - Il est couronné d'épines, Lui le Roi des Anges - Il est revêtu de fausse pourpre, Lui qui revêt le ciel de nuées - Il est giflé, Lui qui dans le Jourdain a délivré Adam - Il est cloué, Lui l'Epoux de l'Eglise - Il est percé de la lance, Lui le Fils de la Vierge - Christ, nous nous prosternons devant Ta Passion (3 fois) - Révèle nous Ta glorieuse Résurrection.




Lire la suite

jeudi 17 avril 2014

Pâques arrive : Puisse la paix revenir en Ukraine !

Puissent les Ukrainiens célébrer dignement la Résurrection de Notre Seigneur
 et fêter dans la joie notre grande fête
Puissent les négociations en cours aboutir
et mettre fin aux horreurs promises par les  Néo-nazis...


Préparation, décoration et bénédiction des koulitchis (source)

Lire la suite

Toute guerre entre Européens est une abominable guerre civile

Franz Marc mort à Verdun -  Le destin des animaux
« Et tout être est sa propre douleur enflammée ».
« La guerre est l'une des choses les plus diaboliques pour laquelle nous nous sommes sacrifiés ». (Franz Marc, lette à sa femme 1915) 
Marc s'était porté volontaire sur le front, mais l’horrible réalité de la guerre et la mort de son ami Macke, lui font rapidement changer d’opinion.
En 1915, Marc reçoit la croix de fer et il est promu lieutenant. En février 1916, le ministère allemand des Affaires intellectuelles et de l'Éducation décide de protéger les artistes émérites qui servent dans les forces armées et de les retirer du front.
Franz Marc était sur la liste, mais avant que les ordres de réaffectation lui parviennent, il a été frappé à la tête et tué sur le coup à 36 ans par un éclat d'obus, le matin même de l’ordre d’évacuation, alors qu'il faisait une reconnaissance à cheval lors de la bataille de Verdun.
Marc meurt le 4 mars 1916, près de Verdun-sur-Meuse, France.
Le lendemain matin on l’enterra dans le jardin du château de Gussainville.
Son corps sera rapatrié à Kochel en 1917, à la demande de sa femme.

Les nationaux-socialistes après leur prise de pouvoir ont alors condamné Marc en 1937, comme étant « un artiste dégénéré », et ils ont ordonné que quelques 130 de ses œuvres soient retirées des musés allemands.
Ce qui fut fait. (source)

Le frère aîné de Franz, Paul, était expert d'art byzantin, tous deux avaient fait un voyage en Grèce et étaient allés au Mont Athos.
"En fait, sans religion, l'art n'a ni grandeur ni pureté: plus l'art a été religieux, plus il a été artistique" (Franz Marc) 

Lire la suite

mercredi 16 avril 2014

Le régime fasciste de l’Ukraine a commencé dans les faits un génocide de la population russophone


Ce blog n'est pas un blog politique, c'est un blog chrétien orthodoxe ( et son audience est évidemment plus que limitée et dérisoire par rapport aux médias dominants) mais un de ses fondements est de rechercher dans le Christianisme comme en toutes choses la vérité, car il hait le mensonge et l'hypocrisie comme le Christ Notre Seigneur nous a enseigné à le faire. 
Que les Etats Unis donc défendent par tous les moyens leurs intérêts politiques et économiques dans le monde et veillent à conserver et renforcer une hégémonie désormais rendue moins évidente par une économie fondée sur un surendettement monstrueux et infernal, cela peut paraître légitime (et l'on souhaiterait d'ailleurs que notre Europe et  particulièrement notre pays en fassent autant avec un peu plus de discernement !) mais que cela se fasse en toute clarté et vérité et non sous le prétexte fallacieux et abominablement hypocrite de la "défense de la Démocratie" et des "Droits de l'homme" et surtout en soutenant des régimes dont on se moque en réalité de leurs caractéristiques démocratiques pourvu que l'on puisse les manipuler dans ses intérêts... la preuve en est que ce régime de Kiev est notoirement connu non seulement pour ses fondements idéologiques "nauséabonds" (comme on se plaît tant à le dire pour disqualifier, sans discernement ni culture, n'importe qui à tout propos dans nos contrées) mais pour sa pratique réelle de violence extrême, de discrimination et de volonté d'extermination de ce qui ne lui est pas soumis. Oui ce régime est un régime réellement néo-nazi et nous ne saurions, aussi dérisoire que soit notre faible voix, cautionner ce qui se passe prétendument au nom de la liberté, de la vérité et de la démocratie en Ukraine, en faisant silence sur ce qui était malheureusement programmé comme une guerre civile. Les peuples de l'Europe sont frères et les guerres civiles ont déjà suffisamment produit d'horreurs et de malheurs sur ce continent, voilà pourquoi nous acceptons de nous faire l'écho de cette Déclaration du gouvernement de la République populaire de Donetsk. 
"16 avril 2014 à12:43 PM 

La jeune République populaire de Donetsk a subi une agression militaire de la part de l’Ukraine. 

Les dirigeants putschistes de l’Ukraine ont lancé des actions armées et militaires sur le territoire de République populaire de Donetsk, employant les forces militaires ukrainiennes, des groupuscules armés, ainsi que des membres de sociétés militaires privées financées par les États-Unis
Derrière cette déclaration sur le lancement de « l’opération antiterroriste » se cache la guerre contre son peuple avec usage d’unités lourdement armées et des avions de combat. La population civile se trouve actuellement en extrême danger. Selon l’avis des putschistes de Kiev, la possibilité des bombardements par des missiles est très élevée. 

 Il en ressort que le régime fasciste de l’Ukraine, soutenu et financé par les pays occidentaux et les États-Unis, a commencé dans les faits un génocide de la population russophone sur le territoire de République populaire de Donetsk. 

 La formation de République populaire de Donetsk est une réalité sur le terrain, dont la nécessité est apparue en conséquence d’un coup d’État anticonstitutionnel à Kiev et le besoin de protection des droits et des libertés des citoyens, des habitants de la région. 
 Le peuple et les dirigeants de la République populaire de Donetsk réalisent pertinemment qu’ils sont le dernier obstacle sur le chemin de la destruction de la Russie. Dès lors le peuple et les dirigeants de la République populaire de Donetsk, le commandement et les soldats de l’Armée du Sud-Est déclarent, que l’agresseur rencontrera une résistance féroce. Nous exigeons des cercles réactionnaires américains et occidentaux, qui ont béni le régime de Kiev à la conduite de cette opération militaire, l’arrêt total de l’agression et du financement des autorités ukrainiennes illégales. 
 Nous appelons le Peuple multinational de la Russie, nos frères russes, le Gouvernement de la Russie et le Président russe Vladimir Poutine à nous porter toute aide diplomatique et humanitaire, ainsi que, dans les limites du possible, l’assistance militaire, de garantir notre sécurité, de dompter l’agresseur impudent, d’établir la paix et d’assurer la tenue du referendum populaire. 
 Nous appelons le Peuple multinational de la Fédération de Russie, nos frères russes, le Gouvernement de la Russie et le Président russe Vladimir Poutine, de considérer la reconnaissance diplomatique de la République populaire de Donetsk en tant que sujet de droit international et de signer un accord de coopération politique, économique et militaire.
 Nous sommes du Donbass, issus de 180 ethnies différentes, et nous sommes tous russes. Nous sommes nés russes, nous vivons russes et, s'il le faudra, nous mourrons russes. 
Dieu et la Russie sont avec nous! 
 L’ennemi sera vaincu. La victoire sera notre." 
 Русский вариант здесь. Пер. lemaxho

Lire la suite

GRAND MERCREDI à l'Orthros

Ton 4 
Plus que la Prostituée, Dieu bon, j'ai péché
Je ne T'ai pas offert des flots de larmes
Mais en silence, priant, je me prosterne devant Toi
et dans l'élan de mon âme j'embrasse tes pieds très purs
Souverain Maître, accorde-moi le pardon de mes fautes moi qui te crie
Du gouffre de mes œuvres, délivre moi.

Ikos 
La femme prodigue devint soudainement sage,
haïssant les œuvres infâmes du péché et les plaisirs du corps,
à la pensée de la grande honte et du jugement qui condamne aux tourments
les prostituées et les prodigues, dont je suis le premier,
et j'ai peur, mais je persiste dans le péché
insensé que je suis
La femme prostituée elle aussi eut peur,
mais elle vint vite appeler le Rédempteur en criant
Compatissant qui aimes l'homme
du gouffre de mes œuvres, délivre moi.

Laudes
Lorsque la pécheresse t'offrait la myrrhe
le disciple s'entendait avec les iniques
L'une se réjouissait de verser la précieuse myrrhe
l'autre se hâtait de vendre l'Inestimable
Elle reconnaissait son maître
lui se séparait de son maître
Elle était libérée
et Judas était devenu l'esclave de l'ennemi
Réalité terrible que la négligence !
Réalité immense que la repentance !
(…)
Ô quelle misère que celle de Judas!
Il voyait la courtisane baiser la plante de ses pieds
et méditait perfidement le baiser de la trahison
Elle dénouait sa chevelure
et lui s'enchaînait dans sa colère
portant au lieu de myrrhe
sa méchanceté fétide
C'est que la jalousie ne discerne plus le bien
Ô quelle misère que celle de Judas !
Préserves-en nos âmes, ô notre Dieu
Lire la suite

mardi 15 avril 2014

GRAND MARDI


Ô mains, ô cheveux  et lèvres bienheureuses
de la sage prostituée
qui  sur tes pieds Sauveur 
répandirent la myrrhe, puis les essuyèrent
et les embrassèrent.
(ode 8 t.2 Grandes complies du Grand Mardi)

Voulant montrer à tous, Jésus 
combien surnaturelle est ton humilité 
Tu as mangé dans la maison de Simon 
Toi la nourriture de ceux qui ont faim. 
Jésus, Tu es le pain qui donne la vie
Tu as mangé chez Simon le Pharisien
pour qu'en répandant la myrrhe la courtisane
gagne ta grâce qu'on ne peut vendre. 

Mes mains sont souillées, mes lèvres prostituées 
ma vie est impure, mes membres sont corrompus 
Mais pardonne moi, délivre moi 
dit au Christ la prostituée. 

Se prosternant à tes pieds 
Sauveur, la femme y versa la myrrhe 
de sublime odeur 
et elle-mêmefut remplie de la myrrhe
du pardon de ses actions. 

Je possède des parfums, 
mais je manque de vertus 
Je T'apporte ce que j'ai
Donne moi ce que Tu as 
Pardonne moi, délivre moi
dit au Christ la Prostituée. 

Je Te donne la myrrhe corruptible 
mais je reçois de Toi la myrrhe de la vie 
Car ton nom est la myrrhe
que Tu répands sur les indignes
Pardonne moi, délivre moi 
dit au Christ la Prostituée.
(ode 9 t.2 Grandes complies du Grand Mardi)

Lire la suite

lundi 14 avril 2014

GRAND LUNDI Ἄγγελοι καὶ οὐρανοί,

8ème Ode Hirmos Ton 8 -

 Celui qui est porté sur le Trône de la gloire - et continuellement glorifié en Dieu - anges et cieux bénissez-Le, célébrez-Le - exaltez-Le dans tous les siècles.


Tu as bien entendu, mon âme
 comment le Christ annonça l'accomplissement de tout à ses disciples divins
Toi qui connais la fin, prépare toi désormais - Le temps de l'exode est venu.

Tu connais mon âme stérile, l'exemple du mauvais serviteur
Crains, et ne néglige pas le don que tu as reçu
Ne le cache pas dans la terre mais donne lui de multiplier.
Que la lampe brille intensément.
Que son huile déborde comme jadis la compassion des vierges
Alors mon âme tu trouveras
ouverte la chambre nuptiale du Christ

Lorsque le Maître parlait
de  fuite le jour du sabbat et en hiver,
Il annonçait la tempête du septième jour
du siècle présent
où, comme l'hiver, viendra la fin.

Tu as entendu, mon âme
que la terrible parousie du Souverain
sera aussi rapide que l'éclair traversant le ciel
Efforce toi donc d'être prête.

Quand viendra le Juge
au milieu des milliers et des myriades
d'angéliques armées et de puissances dans les cieux
quelle crainte, alors, mon âme
et quel tremblement, hélas,
quand tous les êtres seront nus.

La Trinité est un seul Dieu -
Le Père ne dégénère pas en filiation
ni le Fils ne change dans la procession
Mais en chacun cela est propre
je glorifie les Trois, un Dieu, la lumière dans les siècles.

Par l'intercession ô Dieu
de la Déipare reçois nos prières
Sur tous envoie d'abondance ta Miséricorde
et accorde  la paix à Ton peuple.


Lire la suite

dimanche 13 avril 2014

Un nouveau livre de Jean-Claude Larchet


Jean-Claude Larchet, « Le patriarche Paul de Serbie. Un saint de notre temps », éditions L’Age d’Homme, 2014, 114 p. (collection « Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle »).
Le patriarche Paul de Serbie (1914-2009) a acquis, par ses vertus personnelles, une grande popularité dans l’ensemble du monde orthodoxe et bien au-delà. De son vivant déjà, il était vénéré comme un saint, et l’on voit aujourd’hui se multiplier dans les églises des fresques et des icônes qui le représentent.
Ce livre, qui s’appuie sur différents documents et témoignages, présente la biographie et la personnalité de cet homme petit et frêle, qui voulut toujours mener la vie d'un moine pauvre, qui se soumit en tout temps et en toutes circonstances à une stricte discipline ascétique, et qui simple, humble et plein d’amour, resta toujours proche du peuple, faisant de l’Évangile le seul programme de son ministère épiscopal et patriarcal.
Ce portrait spirituel se tient délibérément à l'écart de toute considération politique et ethnique et s'attache avant tout à faire apparaître le patriarche Paul dans la dimension universelle de sa sainteté. Écrit de manière simple et vivante, il est illustré de nombreuses anecdotes pittoresques et savoureuses, ainsi que de paroles du patriarche pleines d’humour et de sagesse, qui rappellent souvent les célèbres apophtegmes des Pères du désert (un chapitre est d'ailleurs intitulé « Apophtegmes»). Un cahier central présente de magnifiques photos dues au diacre Dragan Tanasijević, qui a pu approcher le patriarche au cours de nombreuses célébrations liturgiques, et a réalisé des portraits qui s'apparentent à de véritables icônes.
Lire la suite

blogger templates | Make Money Online