Sélection du message

L’interventionnisme de l’État et la guerre totale

La Première Guerre mondiale, début de l’interventionnisme ( source ) Par Vladimir Vodarevski. Le 11 novembre commémore l’armisti...

jeudi 22 juin 2017

LES VERTUS DU JEÛNE, une fois de plus… par Slobodan Despot


RECONQUÊTES par Slobodan Despot


Les promesses de la faim

Introduction

Ainsi que je l’annonçais dans le dernier Antipresse, j’ai décidé de créer une nouvelle rubrique «où l’on parlera des choses qui nous concernent et nous affectent au plan le plus concret». Or, comme cela arrive souvent, le choix d’un nom pour cette nouvelle rubrique aura englouti bien plus de temps que la rédaction du premier texte. En fin de compte, elle s’appellera Reconquêtes.

Rien de belliqueux dans cette appellation. Ou plutôt si : l’annonce d’une lutte féroce pour la reconquête de territoires qui nous sont propres mais dont nous sommes dépossédés. La modernité, c’est l’aliénation: tous les philosophes vous le diront, mais les philosophes ne savent que broyer du noir. En des termes moins déprimants, notre intégration à la société complexe de l’ère industrielle et technologique se traduit par un pacte de sujétion dont nous sommes rarement conscients. Dans son expression la plus simple, il se traduit ainsi: le confort contre la dépendance. Plus la technologie se perfectionne, plus elle nous «facilite la vie», et plus elle la contrôle. C’est ce que j’ai essayé d’illustrer dans mon récit burlesque sur «la Panne» (Antipresse 68). J’y racontais comment un incident anodin et sans gravité comme une crevaison en ville pouvait devenir un accident, c’est-à-dire impliquer toute une logistique, coûter des sommes folles et vous manger toute une journée… par la magie de ce grand «progrès» de l’industrie automobile consistant à supprimer les roues de secours!
Tous à l’hospice?

La santé est l’un des domaines où la dépendance du citoyen moderne à l’égard du système social s’avère la plus sévère, la plus lucrative, et souvent aussi la plus incontestable — car incontestée. La médecine, les médecins et les assurances qui les financent exercent une autorité intimidante. Tout citoyen, tôt ou tard, devient aussi un patient. Souvent, on est patient avant même d’avoir atteint l’âge d’exercer ses droits de citoyen. Le Dr Knock, il y a bientôt un siècle, a annoncé le citoyen-patient du futur avec son fameux axiome: «Tout homme bien portant est un malade qui s’ignore!».

Constatant le degré de «prise en charge» des individus dans notre société et son évolution vers une «médicalisation» physique et mentale infantilisante, le remuant Edvard Limonov avait écrit dès les années 1990 un essai provocant intitulé Le grand hospice occidental.

Le grand hospice est-il notre destin inévitable? La loi du Dr Knock ne pourrait-elle pas inversée en notre faveur? Et si le malade était un homme bien portant qui s’ignore? Cette interrogation est le point de départ d’une approche radicalement différente de la médecine, et par conséquent aussi de l’être humain. Une approche qui, comme on le verra, a été écartée et même férocement réprimée depuis des décennies. En gros, depuis que la gestion de notre santé a été confisquée à nos petites mains, à notre bon sens et à notre expérience, et entièrement outsourcée à l’autorité impersonnelle et infaillible de la Science.
Le moins, c’est le plus




Voici quelques années, un reportage diffusé sur Arte exhumait pour le public francophone une vaste bibliothèque de connaissances sur la santé du corps et de l’esprit qu’on avait oubliée comme un continent perdu. «Le jeûne, une nouvelle thérapie?» de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade est l’un des documentaires les plus regardés de la chaîne. On y découvre les étonnants effets de la privation temporaire mais totale de nourriture, non pas au travers des traditions religieuses, ni d’une arbitraire spiritualité «new age», mais des études et des pratiques médicales rigoureuses menées en Allemagne, aux États-Unis ou en Russie.

On y apprend encore que les mêmes mécanismes qui permettent à diverses espèces animales de traverser de longues hibernations, ou aux manchots de se priver de nourriture des mois durant dans la rigueur du climat antarctique, existent également chez l’être humain. Et qu’ils peuvent être mis à profit non pour le simple allégement du corps, mais pour son nettoyage et son renforcement général ainsi que pour le traitement de maladies graves avec des espérances de succès égales ou supérieures à celles de la plupart des thérapies médicamenteuses. Pour cela, aucune technologie n’est nécessaire. Il suffit, pour ainsi dire, d’une bonne connaissance du métabolisme, d’un refuge calme et d’un verre d’eau plate.

Cela n’a rien de nouveau. Les vertus du jeûne ont été reconnues de tout temps et en tout lieu — jusqu’à ce que les «modernes» fassent table rase de l’ensemble des connaissances traditionnelles de l’humanité. Mais les confirmations expérimentales qui tombent en cascade ces dernières années nous conduisent une fois de plus à redécouvrir l’eau chaude.

Dès l’aube de la civilisation, pourtant, l’arsenal du jeûne était connu, pratiqué et codifié. Dans l’ancienne Egypte, on préconisait trois jours d’abstention de nourriture par mois accompagnés de lavements. Pythagore faisait jeûner ses disciples en prescrivant des périodes de 40 jours — la durée exacte de la retraite du Christ dans le désert. Platon en parle également. Hippocrate fait écho en ajoutant que «tout homme porte en lui-même son propre médecin». Même musique chez Plutarque et Celse («plutôt que d’avaler des potions, mieux vaut jeûner un jour»).

La doctrine ne se limite pas au bassin méditerranéen. Au IVe siècle avant Jésus-Christ, les Tibétains compilaient un livre considérable sur la thérapie par le jeûne. Avicenne (980–1037) propose aux malades des jeûnes de trois à cinq semaines accompagnés de mouvements gymnastiques, de massages et de bains — exactement comme dans les cliniques du jeûne actuelles. Mais — comme aujourd’hui — sa méthode «ne plaisait guère dans les cours», car elle était, déjà, trop simple et trop bon marché!

Ainsi jusqu’à l’aube des temps modernes… où l’objection faite à Avicenne dans les cours d’Orient deviendra peu à peu l’attitude officielle de la médecine dite «scientifique». Comment vendre des traitements chroniques et des pilules coûteuses à des clients pourvus de leur «médecin intérieur» selon les mots d’Hippocrate? Simplement: en les persuadant que leur santé est une affaire strictement extérieure!

Pèlerinage aux sources

Approfondissant une découverte qui l’avait manifestement marqué sur un plan personnel, Thierry de Lestrade a publié dans la foulée de son reportage un livre d’enquête. Ce n’est pas le premier ouvrage disponible sur le sujet. On peut, entre autres, accéder depuis des décennies aux traductions des traités pratiques sur le jeûne du grand pionnier américain Herbert Shelton. Mais de Lestrade propose à l’heure actuelle la meilleure vue d’ensemble des mécanismes de la thérapie par le jeûne et de ses domaines d’application. Il commence par narrer l’histoire tumultueuse et souvent stupéfiante des tentatives entreprises pour restaurer la place du jeûne dans la médecine moderne et des oppositions irrationnelles, agressives et souvent crapuleuses auxquelles ses défenseurs ont été confrontés. Les États-Unis auront été le principal théâtre de cette bataille acharnée où les coups bas étaient de règle. C’est là, entre la répression des naturopathes et des «médecines alternatives» au XIXe siècle et l’investissement stratégique de M. Rockefeller dans l’industrie pharmaceutique, que s’est formulée la médecine chimique et technologique qui règne sans partage sur la santé de l’humain massifié et industrialisé.

Dans une deuxième partie, de Lestrade revisite les centres de recherche et de traitement présentés dans le film documentaire. Il évoque en particulier le développement surprenant des connaissances sur le jeûne en URSS dès les années cinquante sous l’impulsion du psychiatre Iouri S. Nikolaïev, un praticien aux vues extraordinairement larges, qui s’en servit avec succès pour traiter la schizophrénie — et s’aperçut du même coup que la méthode soulageait en passant toute une palette de symptômes collatéraux.

La somme colossale de connaissances et de notes accumulées par les médecins russes depuis soixante ans est restée pour l’essentiel inconnue à l’étranger, avant tout pour des problèmes de langue. Elles portent pourtant sur des domaines aussi éloignés que le traitement de l’asthme ou de l’infertilité féminine, la convalescence des vétérans de guerre ou la préparation des cosmonautes. Intrigué par cette science méconnue, je suis remonté à la source. J’ai lu la documentation, parlé avec les praticiens, établi des contacts sur place. Jamais je n’aurais pu prévoir que mon apprentissage de la langue russe m’ouvrirait de tels horizons.

C’est ainsi que j’ai pu, en fin de compte, tenter l’expérience personnellement. Mon séjour d’un mois au bord du lac Baïkal en mars-avril derniers avait pour but d’expérimenter ce levier prodigieux du réarmement personnel qu’est le jeûne total. Avec l’aide des médecins du Centre de médecine orientale d’Oulan-Oudé, en Bouriatie — et de leur filiale sur les bords du grand lac —, je suis allé à la rencontre de mon «médecin intérieur». J’évoquerai cette aventure dans les prochains numéros de l’Antipresse.

Rappel

L’ANTIPRESSE est totalement indépendante. Si vous appréciez notre lettre et si elle vous est utile, n’oubliez pas de la soutenir par un don !
la diffuser auprès de vos amis.
Si vous avez reçu l’ANTIPRESSE d’un abonné, vous pouvez vous abonner à votre tour ici!

Aucun commentaire: