L’Ukraine, entre désastre économique et direction-guignol


Un intéressant article est publié le 18 août 2014 par OilPrice.com et relayé le 19 août 2014 par RussiaList.com. Il est écrit par un industriel US, Robert Bensh, de la firme Pelicourt LLC spécialisée dans le domaine de l’énergie et travaillant actuellement sur les ressources ukrainiennes. On sait que l’une des thèses favorites de la crise ukrainienne est l’activisme US pour déclencher cette crise, pour s’approprier l’essentiel des ressources énergétiques du pays. Bensh rapporte des nouvelles particulièrement préoccupantes de ce point de vue, – autant pour la situation ukrainienne elle-même que pour les perspectives d’exploitation de l’énergie (gaz) dans le pays.

• Du point de vue de la situation économique du pays, Bensh prévoit une catastrophe économique très rapidement, à cause d’abord des hostilités dans le Donbass qui affectent gravement l’économie du pays. On voit qu’on se trouve là dans une perspective conjoncturelle venant s’ajouter aux perspectives structurelles, également très pessimistes, du fait de l’imposition de diverses mesures d’austérité par le FMI et l’UE.

«L'épreuve de force militaire ukrainienne avec les séparatistes de l'Est industriel a forcé les mines de charbon à réduire fortement la production ou à fermer entièrement. Cela a conduit à une crise de l'électricité qui ne peut être jugulée qu’en coupant la production nationale ainsi que les exportations vers l'Europe, la Crimée, et la Biélorussie - ou pire, en obtenant plus d'importations en provenance de Russie. Dans les centres de charbon de l'industrie est-La lutte de Lougansk et de Donetsk contre l'Ukraine a forcé la fermeture complète d’environ 50 pour cent des mines de charbon, tandis que la production globale de charbon a chuté de 22 pour cent sur la même période l'an dernier. Les Sources clés de l'industrie disent qu'elles vont se retrouver à cours de charbon en moins de trois semaines.

« Pour l'Ukraine, le deuxième plus grand producteur de charbon en Europe, cela aura un impact dévastateur sur le secteur de l'énergie, qui est dans un état d'urgence, incapable d'obtenir du charbon pour les centrales thermiques qui fournissent environ 40 pour cent de l'électricité de l'ensemble du pays . Dans le cadre plus large de l'énergie, l'arrêt de la production de charbon fait revenir Ukraine dix ans en arrière. Le plan était de s'appuyer davantage sur le charbon afin de réduire la dépendance au gaz naturel russe. [...]
»... Maintenant [l’Ukraine] devra augmenter les importations de carburant pour compenser la perte. Mais même alors, la destruction des voies d'approvisionnement rend la chose problématique. Non seulement les routes d'approvisionnement de charbon ont été détruites dans le conflit, mais d'autres infrastructures essentielles ont pris un coup menaçant d'autres industries. Dans l'ensemble, le cœur industriel de l'Ukraine est sous le choc de la rupture de l’approvisionnement et des chaînes de livraison qui menacent de détruire au moins 5 pour cent du produit intérieur brut de l'Ukraine dans la seconde moitié de cette année. »

• Un autre aspect particulièrement préoccupant pour les “investisseurs” étrangers, et surtout US, se trouve dans le comportement de la direction ukrainienne, et particulièrement par le biais des lois que vote le pouvoir exécutif au sein de la Rada. De nouvelles taxes qui viennent d’être votées sont perçues comme extrêmement préoccupantes (Bensh note dans son texte : «Divulgation complète: mon cabinet, Pelicourt LLC, est l'actionnaire majoritaire du troisième plus grand producteur de gaz de l'Ukraine, Cub Energy, et j'ai informé les gouvernements américain et canadien sur le danger potentiel que la nouvelle taxe va provoquer ».)

Ce qui est tout à fait remarquable dans la description que fait Bensh, c’est l’attitude incohérente des législateurs ukrainiens, qui votent des lois se contredisant, s'annulant les unes les autres. Le mot d’ordre en Ukraine, et dans ce cas à Kiev, semble être : désordre, désordre, désordre... (extrait de la source /version en français des textes en anglais par Maxime le minime)






Commentaires