mardi 6 avril 2021

BAD NEWS FOLKS…


 Strategic-culture.org

L'administration Biden en tournée d'agression en Europe contre la Russie et la Chine


Biden a affirmé que la Chine voulait supplanter les États-Unis en tant que leader mondial, comme si cela en soi était un crime.

Cette semaine a été marquée par une incursion frénétique de l'administration Biden pour mettre fin de manière provocante aux tensions avec la Russie et la Chine. Malheureusement, à en juger par l'acquiescement européen, les Américains peuvent revendiquer un certain succès dans leur objectif néfaste. Mais un tel «succès» est un glissement dangereux vers le conflit, une dynamique funeste que les dirigeants flagorneurs de l'Union européenne facilitent.

Le président Joe Biden a déclaré, de manière plutôt malhonnête, qu'il ne cherchait pas à se confronter avec la Russie ni la Chine. Mais il est difficile de conclure autrement des déclarations et des actions de ce président et de ses hauts fonctionnaires depuis qu'il a occupé la Maison Blanche il y a deux mois.

Son secrétaire d’État Antony Blinken - le plus haut diplomate américain - est arrivé en Europe cette semaine dans le cadre de ce qui était la première réunion en personne des dirigeants européens et de l’OTAN avec l’administration Biden. La semaine a débuté avec les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne et l'Union européenne dévoilant des sanctions coordonnées contre la Chine pour des violations présumées des droits de l'homme.

Blinken a accusé la Chine de «génocide» contre sa minorité ethnique ouïghoure dans la province du Xinjiang. Cette affirmation est basée sur des informations douteuses, que Pékin a rejetées comme des «fausses distorsions» et un prétexte cynique pour intervenir dans ses affaires intérieures. Néanmoins, Washington et ses alliés ont lancé une série d’allégations provocantes contre la Chine, affirmant défendre les «valeurs occidentales».

Quelles «valeurs» sacrées pourraient-elles être? Peut-être des guerres d'agression criminelles? Ou violer le droit international en bombardant des pays souverains sur la base de mensonges, en assassinant des dirigeants étrangers, en faisant de la police raciste leurs propres minorités ethniques, en torturant des diseurs de vérité comme Julian Assange, en bloquant l'approvisionnement en vaccins au reste du monde en pleine pandémie?

Pendant ce temps, Blinken a rencontré des membres de l'OTAN pour un sommet de deux jours à Bruxelles où il a condamné la Russie pour «agression» et «menace de sécurité euro-atlantique». C’est bien, venant de la nation qui a unilatéralement déchiré plusieurs traités de contrôle des armes nucléaires, ramenant ainsi le spectre de l’annihilation mondiale.

Il est manifestement évident que l’administration Biden mène une politique délibérée d’opposition à la fois à la Russie et à la Chine. Le président américain et ses envoyés font beaucoup parler de «valeurs» et d'«ordre international fondé sur des règles». Mais l’ordre du jour ultérieur tente de préserver l’hégémonie présumée de Washington en empêchant l’émergence d’un monde multipolaire. Par nécessité, cela implique que les États-Unis essaient de délimiter le monde en camps «nous et eux» de la diabolisation de leurs rivaux désignés. Cette mentalité de somme nulle, ou gagnant-emporte-tout, est une source de militarisation des relations internationales. De cette manière, les États-Unis visent à faire en sorte que l'Europe et d'autres alliés dépendent de la «protection» américaine. Bref, c'est une politique de fomentation de l'insécurité et des tensions.

Le résultat est exécrable. Car non seulement les relations internationales sont gratuitement déstabilisées au lieu d’engendrer une coopération indispensable pour résoudre les nombreux problèmes de l’humanité, mais la logique est aussi en fin de compte celle de la guerre. Biden et ses lieutenants peuvent dire qu'ils ne veulent pas de confrontation militaire, mais c'est précisément là que mène leur logique. C'est criminel.

Pathétiquement aussi, les politiciens européens - dont beaucoup sont des bureaucrates non élus et très bien payés comme le président du Conseil européen Charles Michel et le chef des affaires étrangères Josep Borrell - parlent d '«autonomie stratégique» et d'affirmation d' «indépendance». C’est alors qu’ils se précipitent pour montrer un alignement servile avec la politique téméraire et insouciante de Washington d’inciter les tensions avec la Russie et la Chine.

Un exemple particulièrement poignant de la servilité européenne a été lorsque le secrétaire d'État Blinken a averti l'Allemagne qu'elle pourrait faire face à des sanctions américaines si elle achevait le projet gazier Nord Stream 2 avec la Russie. S'exprimant comme s'il était le commissaire à l'énergie de l'UE, Blinken a déclaré: «Le président Biden pense que Nord Stream 2 est une mauvaise idée et un mauvais accord pour l'Europe, pour nous et pour l'alliance [de l'OTAN].»

Pourtant, malgré cette ingérence effrontée dans les affaires commerciales européennes, que fait l'UE? Il oblige Washington en imposant de nouvelles sanctions à Moscou et à Pékin. Ces sanctions coupent les intérêts propres de l’Europe à l’égard de la Russie et de la Chine, qui ripostent par des contre-sanctions. Dans le cas de la Chine, des sanctions tit-for-tat pourraient finir par ruiner un accord d'investissement historique qui a été signé il y a seulement trois mois après sept ans de négociations. L’accord global sur l’investissement est potentiellement un gain majeur pour les exportateurs européens vers le plus grand marché de consommation du monde. Lors de sa signature, l'administration Biden a suscité de nombreuses protestations, craignant que l'UE s'oriente vers une plus grande stratégie partenariat économique avec la Chine. Le fait que l'équipe Biden ait réussi cette semaine à saper la connexion UE-Chine est une illustration flagrante de ce qu'est le calcul géopolitique à Washington. C'est aussi une illustration étonnante de l'auto-flagellation européenne et de la subordination aux ambitions américaines. Une élite européenne prend des décisions fondées sur une idéologie tordue de la guerre froide et des préjugés au profit des États-Unis, et non du peuple européen. Et pourtant, cette élite parle de défendre les «valeurs démocratiques»!

Le président Biden a suivi l’incursion de Blinken en Europe par une vidéoconférence avec les dirigeants de l’UE jeudi. Biden a réprimé la rhétorique hostile envers la Russie et la Chine en raison du fait que l'Europe est embourbée dans les problèmes d'une résurgence de la pandémie de Covid-19. Les collaborateurs de Biden ont probablement réalisé que faire un gros problème sur la Russie ou la Chine lors de sa réunion transatlantique virtuelle semblerait inapproprié compte tenu des circonstances plus urgentes. Cependant, les efforts acharnés pour s'engager avec l'Europe - ou comme le dit par euphémisme la Maison Blanche, «revitaliser les alliances» - démontrent que les planificateurs à Washington font de gros paris pour creuser un fossé entre l'Europe et la Russie, la Chine. En effet, une telle stratégie de division est considérée par les Américains comme vitale pour poursuivre leurs ambitions de maintien de la domination américaine.

Avant son sommet virtuel avec les dirigeants de l'UE, Biden a tenu sa première conférence de presse officielle à la Maison Blanche. Il a déclaré qu'il y avait un défi historique entre «démocratie et autocratie». Et il a nommé le dirigeant russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping comme les «autocrates» ennemis. Ce n'est rien d'autre qu'une tentative de l'establishment américain de créer une nouvelle guerre froide. Au lieu de «démocratie et communisme», le fossé artificiel est maintenant avec la prétendue «autocratie», et Washington s'efforce de sculpter le monde dans cette fausse dichotomie afin de créer un récit et une mission pour justifier sa domination souhaitée.

Biden a affirmé que la Chine voulait supplanter les États-Unis en tant que leader mondial, comme si cela en soi était un crime.

L’ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a repoussé l’insinuation de Biden sur les mauvaises intentions. Dans une interview accordée à CNN, il a répondu avec éloquence et sérénité: «Notre objectif est de répondre à l'aspiration croissante du peuple chinois à une vie meilleure. Notre objectif n'est pas de concurrencer ou de remplacer un autre pays. Cela n'a jamais été notre stratégie nationale.

Le diplomate chinois a ajouté: «Ce que le monde d’aujourd’hui veut, et ce que le monde de demain voudra, c’est de joindre les efforts de tous les pays pour construire une communauté de nations pour un avenir partagé. Nous ne pensons pas qu’une tentative de diviser le monde en différents camps ou même de construire une approche militaire de confrontation, nous ne pensons pas que ce type d’approche soit une solution. En fait, c'est un problème en soi. »

Concernant le choix historique égoïste de Biden prétendument entre «démocratie ou autocratie», le véritable tournant pour le monde d’aujourd’hui est beaucoup plus grave. C'est entre conflit ou coopération, et finalement guerre ou paix.

Il est de plus en plus évident qui sont les bellicistes.

Les opinions des contributeurs individuels ne représentent pas nécessairement celles de la Strategic Culture Foundation.

Aucun commentaire: