lundi 29 janvier 2018

La SAINTETÉ, bien au-delà du conservatisme ou du libéralisme


Les grands esprits ont toujours rencontré l'opposition violente des esprits médiocres.
Einstein
par P. Andrew Phillips
St John and What is Above Conservative and Liberal

Il n'y a rien de nouveau à être conservateur ou libéral. Les uns par nature préfèreront toujours l'ancien, les autres la nouveauté, certains seront toujours pessimistes, d'autres optimistes, les uns seront toujours négatifs, les autres positifs, certains seront toujours fermés, les autres toujours ouverts, les uns seront toujours individualistes, les autres portés vers le social, certains seront toujours introvertis, d'autres extravertis, certains seront toujours prudents, d'autres visionnaires, certains seront toujours littéraux, d'autres allégoriques, certains seront toujours passifs, d'autres actifs, certains seront toujours tournés vers le passé, d'autres vers le futur, certains seront toujours tournés vers le Divin, d'autres vers l'humain.

Au temps du Christ, il y avait des pharisiens (conservateurs intégristes) et des saducéens (libéraux syncrétistes). Les premiers détestaient que le bien soit fait le jour du sabbat, les seconds rejetaient la résurrection et les miracles. Après le Christ, il y eut des conservateurs monophysites qui voyaient le Christ seulement comme Dieu et des ariens libéraux qui ne voyaient dans le Christ qu'un homme. Puis il y eut l'école littérale d'Antioche et l'école allégorique d'Alexandrie. Plus tard, dans le catholicisme, il y eut des scolastiques libéraux et des scolastiques conservateurs, et dans le protestantisme il y eut des calvinistes et des protestants libéraux, sombres et moroses, qui rejetaient toute autorité.

De nos jours, les mondes catholique et protestant sont depuis longtemps très divisés entre conservateurs et libéraux. Cela est devenu particulièrement clair ces dernières années avec l'apparition de la question des attitudes vis-à-vis de l'homosexualité, mais en fait c'était déjà clair depuis les années 1960. Il est triste de constater qu'une telle division est également apparue dans les Églises orthodoxes, surtout aux États-Unis. Il y a là des sectes de vieux-calendaristes et des sectes de nouveau-calendaristes, même si ces derniers s'infiltrent souvent et se cachent derrière l'Église. Ils prétendent tous être orthodoxes mais, en dehors de la communion avec l'Église de la Tradition, en fait ils ne le sont pas.

Même à l'intérieur de l'Église, il existe des diocèses («juridictions») d'Églises locales qui attirent des catholiques romains et des protestants conservateurs, et d'autres qui attirent les catholiques romains et des protestants libéraux. Cependant, les conservateurs sont choqués quand ils apprennent que les orthodoxes ont comme norme les prêtres mariés, et qu'en outre l'Église permet le divorce, le remariage à l'Église et l'autorisation d'une contraception non abortive. Les libéraux sont choqués de devoir se tenir debout pendant des offices trop longs à leur goût, respecter les jeûnes, suivre des règles de prière, s'astreindre à porter une tenue décente et des noms de saints. Tous oublient une chose et, s'ils ne se le rappellent pas, ils finiront eux aussi par se retrouver hors de l'Église.



Ce qu'ils oublient, c'est le spirituel. Et la source du Spirituel est le Saint-Esprit, qui unit à la fois conservateurs et libéraux, car il est au-delà, bien au-dessus d'eux. Nous pouvons voir cela dans la vie de saint Jean de Shanghai. Les libéraux œcuménistes détestaient son ascétisme, la source de la grâce qu'il avait acquise, son amour des offices et des saints, en un mot, son amour de la Tradition orthodoxe. Les conservateurs anti-missionnaires détestaient son travail missionnaire, sa conscience que la Tradition du Saint-Esprit est destinée au monde entier. C'est pourquoi, ces gens -là, clergé et laïcs, nationalistes, politiciens de droite et agents de la CIA, ils l'ont jugé et perdu.

Quant à nous, nous suivons saint Jean et la Tradition du Saint-Esprit, la Sainteté. Notre père spirituel, l'archevêque Antoine de Genève, était le fils spirituel de saint Jean (né la même année que mon grand-père) et nous sommes donc les petits-enfants spirituels de saint Jean. Beaucoup oublient que saint Jean fut archevêque d'Europe occidentale (1951-1962), bien plus longtemps qu'il ne fut archevêque de San Francisco. Ici, en Europe occidentale, il est notre saint patron. Il se tient bien au-dessus des anti-missionnaires et des nationalistes, des intellectuels et des modernistes. Il se tient bien au-dessus du conservatisme et du libéralisme sans importance , car il fut et est inspiré par le Saint-Esprit.

C'est sur ce seul fondement que nous pouvons espérer construire une métropole orthodoxe d'Europe occidentale et, de là, une nouvelle église locale. Aucune église locale ne peut être construite sans l'envie d'acquérir le Saint-Esprit, c'est-à-dire sans la recherche de la sainteté. La quête de la sainteté signifie la vie monastique et ascétique, le jeûne, la prière et l'aumône, le repentir, la confession et la communion, et la vénération des saints, y compris des saints locaux, qui ont acquis l'Esprit Saint. Nous revenons donc à saint Jean de Shanghaï, qui dans toute l'Europe a rejeté à la fois les ghettos des pharisiens et les demi-orthodoxes modernistes.

(version française par Maxime M. de la source)

Aucun commentaire: