dimanche 18 septembre 2016

La réponse du régime de Kiev à la procession pan-ukrainienne pour la paix


La réponse du régime de Kiev à la Procession dont j’ai relaté la progression miraculeuse à travers le territoire ukrainien, traduisant toutes les informations que je pouvais trouver sur elle, puisqu’on n’en parlait nulle part officiellement. https://www.facebook.com/notes/laurence-guillon/le-bien-en-marche/10153884730443867 (Laurence Guillon)




Les faits et événements actuels témoignent de façon convaincante que dans l’article http://news-front.info/2016/09/15/p... des « Vesti Oukraïni », le plan de Porochenko pour remplacer le métropolite Onuphre par le scandaleux partisan de la junte anti orthodoxe Drabinko et la « réunion » illégale de l’Eglise Orthodoxe d’Ukraine canonique avec l’église schismatique du « patriarcat de Kiev » sous l’égide de Constantinople est une réalité. 

Quels sont ces événements et ces faits ? 

1. La déclaration de l’archevêque du Patriarcat de Constantinople Job selon laquelle le patriarcat de Constantinople ne reconnaît absolument pas la grande réunion canonique des métropoles de Kiev et de Petite-Russie au patriarcat de Moscou, considère la Petite-Russie comme son territoire canonique et a l’intention de donner « l’autocéphalie à l’Eglise Ukrainienne sur le modèle de ce qu’il a fait quand il a effectué un raid sur les épiscopats polonais de l’Eglise Russe dans la Russie de Kholmsk. Ce raid, tout comme le soutien du Phanar au schisme de « l’eglise renouvelée » en URSS, le patriarche Tikhon ne l’avait pas reconnu et en avait triomphé, c’est pourquoi les tentatives actuelles du patriarcat de Constantinople pour légaliser les schismatiques ukrainiens sont vouées à l’échec. 

2. Des adeptes du «patriarcat de Kiev », avec Kravtchouk et Iouchenko, sont allés voir le patriarche de Constantinople Bartholomée. De toute évidence, ils se sont mis d’accord pour déposer le chef du schisme, Philarète Denissenko, dont l’implication dans le recrutement de terroristes pour Basaïev et l’assassinat de concurrents gêne les tentatives de « réunir » les schismatiques et l’Eglise canonique. Si Philarète ne veut pas s’en aller, on « l’aidera » et on attribuera cela aux « manœuvres de Moscou ». 

3. Mais le principal obstacle à la « réunion » de l’Eglise et des schismatiques, c’est le représentant de l’Eglise Ukrainienne canonique, qui fait autorité par sa sainte vie, le métropolite Onuphre. Dans le but de l’éloigner de son poste de métropolite de Kiev et de le remplacer par lui-même, Drabinko, s’appuyant sur des dénonciations, fabrique une affaire criminelle contre toute la hiérarchie de l’Eglise Ukrainienne canonique, selon laquelle Drabinko aurait été arrêté sous Ianoukovitch dans le but de destituer le métropolite d’alors, Vladimir. En réalité, Drabinko avait été arrêté pour l’enlèvement d’une moniale du monastère de la Protection dans un but commercial. Drabinko est un criminel, et pour la fabrication d’une affaire judiciaire contre le très saint métropolite Onuphre, il mérite l’anathème, comme Philarète. Le plus intéressant, c’est que du vivant du métropolite Vladimir, c’est justement Drabinko qui le gardait, écrivant des rapports selon lesquels  d’après son « état de santé », il aurait dû être démis de son poste à la tête de l’Eglise et remplacé par le locus tenens de la métropole de Kiev Drabinko, bien sûr… C’est là la vérité. 

Mais la fausse accusation contre le métropolite Onuphre se « confectionne ». Le très saint évêque est actuellement interrogé en tant que témoin, mais le mettre au rang des accusés ne pose pas de problèmes au régime de Porochenko, et cela est approuvé par le secrétariat d’état des USA, comme il avait approuvé la longue arrestation du chef de l’Eglise canonique de Macédoine, l’archevêque Jovan d’Ohrid qui avait essayé de confondre la fausse église schismatique d’état de son pays. Ainsi, le plan de Porochenko est clair et il est prêt à tout pour anéantir l’Eglise Orthodoxe, la soi-disant « Eglise locale ukrainienne » ne sera pas orthodoxe. L’examen des sources de l’idée d’une église de Russie occidentale ou ukrainienne indépendante de Moscou demande d’être traité à part. 

L’idée d’une métropole de Russie occidentale séparée fut avancée au XV° siècle par le métropolite de Moscou renégat Isidore, chassé de Russie et élevé au Vatican à la dignité de cardinal. Au XVII° siècle, dans les cercles catholiques, s’élabore une nouvelle idée, destinée à ne pas permettre la consolidation du peuple russe et l’influence de l’Eglise Orthodoxe Russe, ce qui pouvait être fatal à l’Union de Brest et à la Retch Pospolitaïa qui craquait aux coutures. Les uniates eux-mêmes reconnaissent que le projet de créer un « patriarcat de Kiev » fut conçu au Vatican. Il s’agit précisément d’un patriarcat catholique de rite oriental (Rome avait créé ses « patriarcats » uniates en face des chaires patriarcales orthodoxes d’Antioche, de Jérusalem et autres). En 1996 au symposium des « 400 ans de l’Union de Brest, une estimation critique », qui eut lieu à Nijmegen en Hollande, le docteur Francis Thompson (université d’Antwerpen, Belgique) confirma que le métropolite uniate V. Routski avait envoyé à Rome, en 1624, le plan de la création d’un patriarcat de Kiev uniate. Selon ce plan, « après l’élection d’un patriarche, celui-ci prêterait serments avec ses évêques au Saint Siège, et les croyants s’adapteraient peu à peu à la nouvelel situation. Ce schéma, que de manière en grande partie justifiée on qualifia « d’escroquerie pieuse », fut envoyé à Rome par Routski en 1624 ». (les 400 ans de l’Union de Brest, une estimation critique. M. editions bibliques de l’institut Bogolovski 1998). Tout cela reste plus actuel que jamais, d’où proviennent les projets « d’Eglise locale UIkrainienne », « d’autocéphalie ukrainienne » de «patriarcat de Kiev » « canonique » ou « non canonique » etc. doit être définitivement clair pour tout le monde. Un écrit du métropolite uniate André Cheptitski, publié plus bas, est un document unique qui décrit en détail qui se tient derrière le projet d’autocéphalie ukrainienne. En 1912, à la veille de la première guerre mondiale, Cheptitski avait composé une note au contenu suivant pour l’empereur d’Autriche :

 « Dès que l’armée autrichienne victorieuse entrera sur le territoire de l’Ukraine russe, il nous faudra résoudre un triple problème, l’organisation militaire, juridique et ecclésiale du coin… pour que ces régions puissent être complètement séparées de la Russie… L’organisation ecclésiale : Cette organisation doit poursuivre le même but : on peut complètement séparer l’église ukrainienne de l’église russe. Sans toucher le dogme… il faudrait édicter une série de décrets ecclésiastiques (par exemple, l’église ukrainienne est soustraite au Synode de Saint-Pétersbourg, il est défendu de prier pour le tsar, il convient de prier pour Sa Majesté (l’empereur d’Autriche) les saints correspondants (de la Grande Russie) seront rayés du calendrier… Tous ces décrets pourraient, au nom du « métropolite de Galicie et de toute l’Ukraine » établir tout ce qui correspondrait et serait en accord avec les bases de l’église orientale, les traditions de la métropolie et serait approuvé par l’administration militaire. En tant que métropolite je pourrais faire en sorte qu’en accord avec les décrets du droit ecclésial oriental et les traditions de mes prédécesseurs, j’ai le droit, approuvé par Rome, de réaliser mon pouvoir épiscopal dans tous ces domaines… Une partie importante des évêques, natifs de Grande Russie, ainsi que ceux qui n’accepteraient pas ces mesures, pourraient être éliminés et remplacés par d’autres qui partageraient les convictions ukrainiennes et autrichiennes. Rome approuverait en conséquence ces mesures et ces nominations. Les approuveront aussi les patriarches orientaux payés par le gouvernement… De cette manière, l’union de l’église ukrainienne serait conservée ou créée, et sa séparation de l’église russe serait solidement et fondamentalement établie. Les bases canoniques d’une telle façon d’agir sont recevables du point de vue catholique, et du point de vue de l’église orientale, légales, logiques et ne nécessitant pas d’explications. Je pourrais produire la reconnaissance de tout ceci à Rome, ou plus exactement, j’ai déjà préparé cela d’une façon significative. »

 Il découle de ce qui vient d’être dit que des millions de chrétiens orthodoxes de Novorussie, de Petite Russie et Russie subcarpathique se soulèveront pour l’Eglise Orthodoxe, pour le saint métropolite Onuphre interrogé et sous la menace d’une arrestation effective, sera mise en œuvre la norme d’une Conception Sociale de l’Eglise Orthodoxe Russe dont l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne est une partie consubstantielle et inséparable, sur la méfiance et l’insoumission civile pacifique des orthodoxes à l’égard des autorités qui attentent à l’Eglise. Le département synodal d’information et d’éducation de l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne s’est exprimé à propos de l’accusation fabriquée par le régime de Porochenko et son laquais, le métropolite Drabinko, au sujet de la soi-disant destitution du défunt métropolite Vladimir. Mais le métropolite Drabinko, traître à son Eglise-Mère est tombé dans la fosse qu’il creuse maintenant pour la hiérarchie de l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne qui ne veut pas trahir avec lui l’Eglise, - la décision de choisir un locus tenens pour la chaire de métropolite de Kiev, en conséquence de la grave maladie du métropolite Vladimir, a été prise à la suite de son propre rapport, quand il voulait devenir lui-même ce locus tenens, mais fut à la suite de sa tentative de mainmise sur le pouvoir, exclus de la composition du Synode de l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne ; le Synode n’avait pas alors voulu instituer de poste de locum tenens, la réunion était alors dirrigée par le métropolite d’Odessa Agathangel, détesté de Drabinko. 
Porochenko, constate que rien n’est fait pour élucider les meurtres des prêtres de l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne du Patriarcat de Moscou comme le père Romane Nikolaev, recteur de l’église de sainte Tatiana à Kiev, assassiné pour avoir publié un livre d’Oles Bouzina sur Facebook. On comprend pourquoi : c’est la junte qui est derrière les assassinats des pasteurs tués pour la sainte Russie et la foi orthodoxe. 
L’interrogatoire du métropolite Onuphre est le début d’une nouvelle étape des persécutions contre l’Eglise et la Petite Russie.

ARRESTATION POSSIBLE DU TRES SAINT METROPOLITE DE KIEV ET DE TOUTE L’UKRAINE, MONSEIGNEUR ONUPHRE ?
Mais c’est aussi le début de la fin du régime de Porochenko et du projet même d’une Ukraine conçue comme une Antirussie – des millions de citoyens de la Petite Russie, de la Novorussie et de la Russie subcarpathique ne supporteront pas l’interrogatoire d’un homme de sainte vie, qui jouit d’une autorité énorme parmi les orthodoxes. Les orthodoxes ont prouvé qu’ils ne capituleraient pas devant le mal par leur participation massive à la Procession qui a rassemblé 200 000 personnes le 28 juillet, le jour de la fête du saint prince Vladimir. Selon la conception Sociale de l’Eglise Russe Orthodoxe, et l’Eglise Orthodoxe Ukrainienne en est une part inaliénable, l’Eglise est en droit de refuser sa confiance au gouvernement et à appeler les croyants à une résistance pacifique, si les actes du gouvernement choquent la conscience des croyants. Kirill Frolov http://news-front.info/2016/09/15/vozmozhnyj-arest-blazhennejshego-mitropolita-kievskogo-i-vsej-ukrainy-eto-realnost-kirill-frolov/               (traduction Laurence Guillon)


Aucun commentaire:

Abonnement

abonnement par mail