mercredi 22 avril 2015

Conversation avec le Métropolite Athanasios de Limasol à propos de son livre, Le cœur ouvert de l'Église [2/5]

L'humour des Saints même après leur mort…

Dans votre livre, dans le passage consacré à St Porphyrios, vous citez cette anecdote : Une femme l'appelle au téléphone sur le mont Athos, après qu'il est déjà mort. Et elle entend cette réponse : « Ne m’appelez plus, je suis mort. » Pour quelle raison a-t-il fait cela alors qu’elle aurait pu l’apprendre par des moyens ordinaires? (Rires) Oui, quand elle a demandé, « Puis-je vous appeler à nouveau, Geronda?» Il lui a répondu : «Ce n’est pas la peine que vous me rappeliez ; je suis mort » (Rires). Et la même chose est arrivée à une religieuse à Chypre. Elle a entendu parler de cet événement, et, comme elle avait des liens très étroits avec Elder Porphyrios, cela a excité sa curiosté et elle a décidé de l'appeler au téléphone à son tour, se demandant s’il lui répondrait ou non. I Et il lui a répondu : « Ma chère, qu’êtes-vous en train de faire là ? Des expériences ? » Et il a raccroché le téléphone. 

P. Joseph de Vatopedi, P. Païsios et Mgr Athanasios jeune moine
Attendre les directives du Seigneur Lui-même pour agir…

St Païssios a été votre maître. Deux histoires. La première concerne St Païssios quand il était sur le Mont Sinaï, au monastère de Sainte Catherine. On y a envoyé un jour un imam car, comme c’est bien connu, il y a une mosquée sur le territoire du monastère de Sainte-Catherine. L’higoumène voulait protester, mais St Païssios dit : «Attendez, attendez, on va dire une prière tout de suite ... » Ils ont prié, l'imam est parti et n’a plus reparu dans les lieux jusqu’à ce jour. La deuxième histoire concerne le film « La dernière tentation du Christ » qui était sur le point de sortir sur les écrans des salles de cinéma Grèce. St Païssios a alors donné sa bénédiction pour combattre cette projection, pour protester. Où se situe la ligne de partage ici entre  : quand nous devrions essayer d'influencer ce qui se passe autour de nous par la prière, et quand nous devons exprimer notre position? 

 Des saints tels que l’Ancien Païssios ne se comportent pas dans la vie en suivant simplement une sorte de règle. Même dans les petites situations de la vie, avant d'entreprendre quoi que ce soit, ils ont d'abord prié, reçu une notification de Dieu, et se comportent en conséquence. St Païssios ne sortait jamais en public, mais dans ce cas il y est allé, afin de participer à cette manifestation avec l'ensemble de la population. Je suis sûr qu'il l’a fait après une prière, après avoir prié. Même lorsque quelque visiteur venait à lui, il allait prier d'abord, et ensuite seulement il allait lui ouvrir la porte : c’est dire que d'abord, il avait reçu notification de Dieu pour savoir s’il fallait ouvrir la porte à ce visiteur ou non. Une fois c’est moi même qui lui ai demandé: « Geronda, mais ils frappent à la porte. Nous devrions ouvrir ! » Et l'Ancien a répondu qu'il n’avait reçu aucune directive de Dieu pour ouvrir la porte à cette personne. C’est dire que même dans des choses aussi simples il attendait de recevoir l'avis de Dieu. Et ce d'autant plus, lorsque cela avait à voir avec des situations plus graves. Par conséquent, nous ne pouvons pas établir de règles sur la façon dont nous devrions nous comporter dans tel ou tel cas en nous conformant à une anecdote, parce que les saints dans chaque cas ont prié Dieu avant d'agir. Nous ne devons pas penser que si quelque protestation est organisée, nous devons par tous les moyens y participer, en suivant l’exemple de St Païssios parce qu’il lui est arrivé de participer lui-même à une manifestation En même temps, nous ne devons pas dire que nous n’irons pas, parce que St Païssios n’y est pas allé. Nous devons avoir du discernement et discerner la volonté de Dieu dans chaque cas particulier. [à suivre]
(version française par Maxime le minime de la source)

Aucun commentaire:

Abonnement

abonnement par mail