UN FRANÇAIS DEVIENT ORTHODOXE EN NOVORUSSIE



« Vous avez reçu un don inestimable, la Sainte Orthodoxie. Gardez-la. Si vous vous affaiblissez dans la foi orthodoxe, vos ennemis auront raison de vous et vous deviendrez leurs esclaves. » Testament spirituel des frères évangélisateurs de slaves, Cyrille et Méthode.

Merveilleuses sont les œuvres du Seigneur ! La guerre en Novorussie nous révèle les cours étonnants des destins humains, et à travers eux les étapes historiques qui se projettent sur le  destin des peuples. La Novorussie n’est pas seulement un site géographique, c’est le champ de bataille du bien et du mal, la révélation métaphysique de la sainte Russie, c’est aussi l’endroit où se produit la renaissance du cœur humain.
Ces jours-ci sont venus à nouveau dans notre église des volontaires de différentes parties du monde, de France, du Kazakhstan, de Serbie, d’Allemagne, de Biélorussie, pour recevoir la bénédiction divine. Nous avons célébré un office d’intercession, je les ai oints d’huile sainte et aspergés d’eau bénite. Mais le plus étonnant, c’est que dans notre mère la sainte Russie, se produit un miracle, la conversion à l’Orthodoxie des hétérodoxes !  On ne pourrait pas parler de miracle si on avait fondé une mission, si avaient œuvré à cela des missionnaires polyglottes, si on avait donné des conférences sur la vérité de l’Orthodoxie et l’erreur des autres religions etc. Mais voilà que dans leur âme a germé la semence invisible, je suis RUSSE, ORTHODOXE !!! Le don de Dieu, le Christianisme Orthodoxe, nous ne le chérissons pas spécialement. Nous sommes nés dans un état historiquement orthodoxe, et maintenant, Dieu nous découvre généreusement par l’exemple des hétérodoxes, la sainteté et le prix de la foi !
Voici un exemple. Un jeune gars venu de la capitale française, Paris, le catholique Guillaume,  (j’essaie de restituer la façon dont sonne ce prénom étranger), qui était entré dans l’Armée de la résistance de Novorussie, a été reçu dans l’Église selon le rite de la « réception dans l’Orthodoxie d’un catholique », à travers la chrismation, bien que le rituel intérieur spirituel qui s’accomplissait dans son cœur fût beaucoup plus important que le rite visible. Maintenant son prénom est Georges, il serre avec ferveur contre sa poitrine sa petite icône de Saint Georges le Victorieux. J’ai observé avec quelle application il s’essayait à se signer à la façon orthodoxe !
Je communiquais avec lui par l’intermédiaire d’un interprète : « Reçois ce don, celui de la foi orthodoxe, la foi des bogatyrs (preux) russes ! Défends la vérité jusqu’à la mort, vis saintement ! »
Quand je lui disais cela, son visage resplendissait et il hochait la tête comme s’il n’avait pas besoin d’interprète, pendant la prière ses yeux étaient pleins de larmes, ce que son âme avait longuement attendu s’était produit. « Maintenant, nous sommes frères par la foi et par l’esprit » a-t-il répondu. « Rappelle-toi, lui dis-je, s’il t’arrive de mourir, alors tu rencontreras Dieu, et tu seras enseveli ici dans la terre de la sainte Russie, comme un guerrier chrétien orthodoxe russe ». Il hocha la tête.
Après que nous sommes sortis de l’église, je lui ai demandé en détail comment il avait donc décidé de venir faire la guerre, pourquoi lui fallait-il le faire, qu’est-ce qui l’avait poussé à ce choix.

Notre frère Georges le Français : « En France, c’est le blocus médiatique complet. Les gens sont dans l’ignorance. Quand on dit la vérité, ils refusent de croire en ces monstrueux crimes fascistes. J’ai essayé sur les réseaux sociaux, les chats, les blogues de mettre de l’information sur ce qui se passe, c’est tout systématiquement bloqué par les administrateurs et les modérateurs. Si les autorités voient que tu influences la société et ne  partages pas ses positions officielles, alors il s’avère qu’on peut trouver que tu as payé un impôt il y a cinq ans avec un mois de retard, et cela veut dire une amende, ou bien tu as des problèmes avec ton hypothèque. La démocratie et la liberté d’expression, ce sont seulement des mots. Tu n’as que le droit de te vautrer démocratiquement dans les biens matériels, de te livrer à la débauche selon tes inclinations, toute cette saloperie se déverse dans l’âme des gens. C’est l’antéchrist de Goethe (Nietzsche, plutôt n. de t.) ! C’est dans notre pays la crise morale, on se forme dès l’enfance une idée de la religion extrêmement négative. En tant qu’ancien catholique, cela me faisait mal de voir tout cela. Pauvres malheureux, et il s’en trouve encore pour vouloir entrer dans l’UE. Figurez-vous seulement que si quelqu’un entre prier dans une église et assiste 40 minutes à l’office, c’est déjà quelque chose qui sort du cadre, on est déjà considéré comme un malade mental et un déséquilibré. Les garants de l’ordre peuvent déjà te déclarer un fauteur de troubles et vérifier ta santé psychique et morale. J’ai été agréablement étonné et même enthousiaste de voir qu’ici, les offices durent 3 ou 4 heures ! C’est pour moi comme une gorgée d’eau vivifiante. Je ne comprends pas l’office pour l’instant, ni votre langue, et j’ai du mal à tenir, mais mon âme, elle, comprend. »

Je l’ai observé trois jours avant son entrée dans l’Orthodoxie, quand il est entré dans l’église. L’interprète lui expliquait qu’il fallait poser un cierge devant l’icône. Pendant qu’il priait, des larmes coulaient sur son visage.
« Chez nous, à Paris, dans les églises, on peut donner des concerts de rock, continue-t-il, des expositions canines, tout juste si on n’y expose pas de la pornographie. Cela n’émeut plus personne depuis longtemps, et je ne parle pas de l’islamisation ; et ils ne diffèrent pas spécialement du point de vue des mœurs. Quand j’ai vu tout cela, les atrocités des ukrofascistes en Novorussie, alors mon âme s’est éveillée, ma place est ici, les Russes sont mes frères, leur douleur est la mienne, je suis venu. J’ai rencontré ici le Dieu « russe », je suis heureux et j’ai trouvé le vrai sens de la vie, ici, je sers à quelque chose, par l’esprit, je suis maintenant également russe ».

- Et tu as des parents russes éloignés, ou des amis de Russie, qu’est-ce qui a pu te lier ?
- Non, je suis Français de souche, je suis né à Paris.
- Et dans ta patrie, tu avais déjà rencontré l’Orthodoxie ?
- Non, bien que j’ai appris récemment que nous avons là bas des églises orthodoxes. Père, priez pour moi et pour mes parents égarés. 

Je ne me lasse pas de répéter ce que j’ai déjà dit dans mon précédent article sur le baptême des Coréens : « Notre Mère la Russie est devenue de par la providence divine le creuset divin où se croisent les destins de divers peuples, diverses cultures et religions. Ils ont tous la possibilité d’entrer en contact avec la foi orthodoxe. Il est ici, (dans le contexte religieux) légitime de parler de sainteté russe, de la particularité de l’âme russe, sa contemplation du monde et son sens aiguë de la vérité et de la justice, de l’existence divine, et c’est en cela qu’est le sens de sa vie. Les saints pères (en particulier Jean Chrysostome) nous donnent un exemple : comme l’encens dégage son parfum dès qu’il touche le charbon incandescent, lorsque le juste passe par l’épreuve du feu, il dégage les œuvres de la sainteté. On a envie de paraphraser cette citation dans le contexte de notre sujet : la Providence divine a créé cet encensoir historique en lequel les graines de différents peuples, en recevant l’Orthodoxie, dégagent les œuvres de la sainteté. Les peuples qui se trouvent dans l’aire de la civilisation orthodoxe  adoptent - et cela cesse d’être une nature différente et une propriété de l’âme - la vision du monde et la construction du monde du Russe orthodoxe. Cela se produit même avec les musulmans et les bouddhistes ». Et maintenant, c’est avec les catholiques.

Que Dieu vienne en aide aux héros de la Novorussie, et leur donne la victoire, pas seulement spirituelle ! Je vous demande aussi à vous tous, mes petits frères et mes petites sœurs, vos prières te votre soutien !
L’archiprêtre Oleg Trophimov, docteur en théologie 
et maître en sciences religieuse et philosophiques
Trad.  Laurence Guillon de la source





Commentaires