Consumérisme, auto-complaisance, auto-flatterie, amour de soi. Entretien avec P.Andrew Phillips [4]


Le péché est devenu presque institutionnalisé dans notre vie quotidienne

BM - Comment comprenez-vous, « Je ne dirai pas le secret à tes ennemis ni te donnerai le baiser de Judas », de la prière avant la communion à la liturgie?

P.A - «Dire le secret à ses ennemis», c'est trahir le Christ au lieu de le confesser. Et le baiser de Judas est le baiser de l'hypocrite. Ces mots sont l’expression de la sincérité de nous tous, parce qu'à notre époque tout péché fait de nous un traître et un hypocrite. Et le péché est devenu presque institutionnalisé dans notre vie quotidienne. C'est très triste. Nous devons prendre ces paroles comme un avertissement pour nous. Sommes-nous prêts à être fidèles au Christ, à témoigner de Lui ? Sommes-nous prêts à subir le martyre pour Lui ? Si non, alors franchement, nous devrions avoir honte de nous appeler chrétiens orthodoxes et nous ne devrions pas aller communier.

BM - Peut-on considérer le péché comme un acte de trahison en face de Dieu?

P.A - Oui, le péché est un acte d'infidélité, de trahison envers le royaume de Dieu. Mais nous ne devrions pas désespérer, la repentance est toujours possible. Dieu nous reçoit toujours.

La culture moderne est égoïste

BM - Il semble que les gens ne sont intéressés que par la façon de consommer et de posséder davantage,. Le monde est égoïste. Même dans cette terre bénie nous pouvons observer une baisse de l'intérêt pour la religion. Les gens, quand ils ont des problèmes, ont tendance à maudire Dieu, plutôt que de revenir à Lui, comme jadis. Qu'est ce qui détermine ce cœur de pierre? Serait-ce parce que Dieu ne répond pas à nos revendications égoïstes?

P.A - L'ensemble du système moderne de consommation occidental est fondé sur l'égoïsme: «Je m'aime». Cela crée des cœurs de pierre, seulement capables de s’aimer eux-mêmes. Le système occidental, dans lequel la Roumanie est maintenant absorbée, est fondé sur le moi. Qu’est-ce que le consumérisme? C’est l’auto-complaisance, l'auto-flatterie, l'amour de soi. Parce que la culture moderne est égoïste, elle est destructrice de tout collectif, de la famille, de la nation et bien sûr de la plus grande communauté de toutes, l'Église, qui s'oppose à l'individualisme. Comme les pays occidentaux, la Roumanie est maintenant sur la voie de l'auto-destruction, du et du suicide spirituel et également culturel.

BM - Vous savez ce que je pense? Ce bien-être apporté par la technologie vous rend heureux en quelque sorte, mais de façon non naturelle, car elle vous pousse à l'égoïsme. En vous battant pour votre propre intérêt, vous oubliez les autres, alors que les ennuis vous conservent votre vigilance. Lorsque vous vous sentez mal, vous pouvez voir quand les autres se sentent mal également, mais quand vous allez bien, vous ne les voyez plus. L'homme court après le plaisir, mais tout cela est illusion. À un moment donné vous vous lassez de tout ce dont vous disposez et vous désirez quelque chose d’autre (une autre chose qui vous fasse plaisir). Pourquoi ne nous sentons pas satisfaits par ce que nous trouvons dans ces choses qui nous procurent du plaisir ?

P.A - Oui, je suis d'accord. Le consumérisme est pur égoïsme. Tout a commencé avec le concept américain de ‘self-service’. Mais alors qu'advient-il du service des autres?

Aujourd'hui, je vois des jeunes qui vivent dans un monde anti-social qui leur appartient, avec leur lecteur de MP3, leurs ordinateurs portables, avec leur Facebook, leur MySpace avec leur ceci, leur cela. Ils sont coupés des autres, de la réalité, ils sont dans un monde virtuel (qu’il faudrait plutôt appeler auto-centré). Mon, Ma, Mes, Moi, Moi, Moi.

Cette insatisfaction existe parce que ces choses plaisantes ne donnent du plaisir que pour un temps. Le plaisir à court terme satisfait pour un court laps de temps le corps, les émotions et l'esprit, mais il ne peut rien faire pour l'âme, qui seule est éternelle. La société moderne en son entier est fondée sur la fourniture de ces plaisirs éphémères car elle est sans âme, non éternelle.


Un mouvement chrétien écologique parlerait de s'occuper de ‘la création de Dieu’, pas de 'l’environnement de l'homme’

BM - Je pense que c'est très intéressant, fascinant même, de voir combien de choses on pourrait apprendre en interagissant avec les animaux et la nature. Lorsque vous plantez une graine à laquelle vous prodiguez de soins pour son développement, lorsque vous nourrissez les animaux et recevez leur gentillesse, les fleurs, les oiseaux, c'est comme si "quelqu'un" était en train de dire, de nous apprendre quelque chose. N’est-ce pas ce que vous voulez dire? Cependant, d'une certaine manière une société technologique refuse cet enseignement.

P.A - Qui a planté le jardin d'Eden ‘à l'Est’ ? Dieu. Nous nous rappelons que Dieu marchait dans le jardin dans la fraîcheur de la journée. C’est ainsi que tout soin pour la création de Dieu est en fait une imitation de Dieu le père aimant. L'homme ferait mieux de se penser lui-même comme un jardinier que comme technicien. La technologie est une imitation de Dieu, mais elle est toujours défectueuse, elle défaille tout le temps, elle a toujours un inconvénient, un effet secondaire. Pourquoi? Tout simplement parce que Dieu est bon, mais l'homme est pécheur. Son péché s’étend à tout ce qu'il fait, crée, touche.

Je me souviens quand les Américains sont allés sur la lune, ils ont eu tout de suite un projet visant à mettre des bombes sur la lune. Pourquoi ? La même chose avec l'espace, les Américains comme les Soviétiques avaient des projets de ‘satellites tueurs’ en prévision de la guerre des étoiles. Dès que l'homme va quelque part, il pose des problèmes, et tellement inutilement.

Aujourd'hui, les gens commencent à revenir à l'idée de «protection de l'environnement» en partant de leur propre technologie. Mais à bien y regarder, c’est aussi nuisible, car ils essaient de protéger l'environnement par encore plus de technologie. Par exemple, on m'a dit que les voitures électriques sont très dangereuses parce qu’évidemment elles doivent se procurer leur électricité quelque part, mais aussi parce qu’elles ne peuvent pas être recyclées et que les batteries qu'elles utilisent sont très anti-environnement.

En général, cet écologisme est juste un culte néo-païen de la nature déchue. ‘Environnement’. Ce mot est complètement faux, anti-chrétien, parce qu'il est centré sur l'homme, parce qu'il ne parle que de ce qui est ‘autour de l'homme’. Un mouvement chrétien écologique parlerait de s'occuper de ‘la création de Dieu’, pas de 'l’environnement de l'homme’. Et nous revenons à l'idée de l'homme en tant que jardinier dans le jardin de Dieu. Tant que nous ne reviendrons pas à cela, Dieu ne sera "marchera" plus jamais parmi nous.


Nous craignons la mort, parce qu'elle ne nous est pas naturelle

BM - Un grand théologien roumain (P. Dumitru Staniloae) dit que l'homme est poussé vers les passions par crainte de la mort, mais, paradoxalement, dans l'état qui suit le plaisir du péché ou la vanité, l'homme rencontre alors l'odeur de la mort, de la mort spirituelle bien sûr.

P.A - Nous craignons la mort, parce qu'elle ne nous est pas naturelle. Dieu ne nous a créés pour la mort, mais pour la vie. Dieu est appelé le Créateur, le Donateur de la vie. La mort est venue dans le monde avec le péché d'Adam et, comme dit l'Apôtre, «le salaire du péché c'est la mort » (Romains 6, 23). Toutefois, tant que nous ne reconnaissons pas la réalité de notre déchéance, notre état de péché, nous ne pouvons pas trouver la repentance. Et sans repentance, il n’y a pas d’échappatoire à la mort. Nous fuyons la mort par l'affirmation de notre chair de péché, mais nous nous rendons compte que la chair est mortelle. Nous devenons matériellement riches mais nous n’y trouvons pas le bonheur et nous regrettons vraiment le passé, quand nous n'étions pas riches."(à suivre)
(version française et sous-titres par Maxime le minime
 de la quatrième partie d'une interview parue sur le blog http://sceptik.wordpress.com)

BM - Le fait que nous ne pouvons pas dormir à cause des soucis terrestres est du moins intéressant, mais le fait que nous ne serons pas sauvés ne nous trouble pas tant que ça. Je me souviens de quelques dialogues des Pères du Désert: « – Pourquoi es-tu contrarié, Abba? – J'ai encore besoin de manger.
– Pourquoi es-tu contrarié, Abba? – J'ai encore besoin de dormir. » Mais maintenant, peu importe la prospérité, l'homme veut tout simplement plus et encore plus ... "Car où est ton trésor, là aussi sera ton cœur »(Lc 12, 34)?

Tout péché est un cercle vicieux, comme une drogue, une addiction

P.A - Comme tout mensonge, tout péché est un cercle vicieux, comme une drogue, une addiction. Une fois que nous avons commencé, nous voulons continuer. Nous ne pouvons sortir de l'habitude du péché que par la repentance, une vie nouvelle, la rupture dans la terre du ciel. Le mot grec pour le repentir est «metanoia», qui signifie en réalité «un changement d'esprit». Et c'est ce que nous devons faire - pour changer notre esprit, tourner le dos au péché et revenir à la Maison du Père.(à suivre)
(version française et sous-titres par Maxime le minime
de la quatrième partie d'une interview parue sur le blog http://sceptik.wordpress.com)

Commentaires