dimanche 21 septembre 2008

Cloches et carillons orthodoxes russes



"Les cloches sont l'un des éléments essentiels de l'Église orthodoxe. Dans le « Canon pour la bénédiction des cloches", nous lisons: «Faisons en sorte que tous ceux qui peuvent les entendre sonner de jour comme de nuit, soient inspirés à la glorification de tes saints."

Les sonneries de cloches d’église sont utilisés pour:

  • Convoquer les fidèles aux offices divins.
  • Exprimer la joie triomphante de l'Eglise et de ses divins offices.
  • Annoncer à ceux qui ne sont pas présents à l’intérieur de l'église les moments particulièrement importants dans les offices.

En outre, dans certaines cités de la Vieille Russie les cloches convoquaient les personnes à des rassemblements. Aussi, les cloches ont été utilisées pour guider ceux qui s’étaient perdus en cas de mauvais temps, et pour annoncer divers dangers ou malheurs tels que les incendies ou les inondations. Dans les jours de péril pour la nation elles appelaient la population à sa défense. Les cloches proclamaient les victoires militaires et saluaient ceux qui revenaient du champ de bataille. Ainsi, les cloches ont joué un grand rôle dans la vie de la population russe Les cloches sont généralement suspendues dans des clochers construits à l'entrée d'une église ou à côté.

Les cloches n’ont pas été immédiatement en service à l'apparition du christianisme. Dans l'Eglise de l'Ancien Testament, dans le Temple de Jérusalem, les fidèles étaient convoqués aux offices non pas avec des cloches, mais avec des trompes. Dans les premiers siècles du christianisme, lorsque l'Église a été persécutée par les païens, les chrétiens n'ont pas eu l'occasion d'appeler ouvertement les fidèles aux offices. À ce moment-là, ils ont été convoqués en secret, soit par l'un des diacres ou des messagers, ou parfois l'évêque lui-même qui révélait à la fin d'un office l'heure et le lieu du prochain.

Après la cessation des persécutions au quatrième siècle, divers moyens ont été utilisés pour appeler les fidèles. Davantage de moyens spécifiques ont été trouvés au cours du sixième siècle, quand le son des planches de bois ou de cerceaux de fer, frappés à coups de marteaux, a convoqué les fidèles. Finalement, on a conçu le plus parfait moyen d’appeler les fidèles aux offices par des carillons de cloches
La première des cloches, comme on le sait, est apparu en Europe occidentale. Il y a une tradition par laquelle l'invention des cloches est attribuée à Saint Paulin, l'évêque de Nole (411) à la fin du quatrième ou au début du cinquième siècle. Plusieurs versions de cette tradition existent. Dans l'un, Saint Paulin a vu un champ de fleurs dans un rêve, des jonquilles, d’où provenait un son agréable. Quand il s'est réveillé, l'évêque a ordonné que des cloches soient fondues qui auraient la forme de ces fleurs. Mais, évidemment, de n’est pas Saint Paulin qui introduit les cloches dans la pratique de l’Eglise car ni dans ses œuvres ni dans les œuvres de ses contemporains les cloches ne sont mentionnées. Ce n’est qu’au début du septième siècle que le Pape de Rome, Savinien, successeur de saint Grégoire le Grand Dialogos, parvient à donner de l’importance aux cloches chrétiennes. A partir de cette période, les cloches ont commencé progressivement à être utilisées par les chrétiens, et au cours du huitième et neuvième siècle en Europe de l'Ouest, les cloches ont vraiment fait partie de la pratique liturgique chrétienne.

À l'Est, dans l'Eglise grecque, les cloches furent mises en service dans la seconde moitié du IXe siècle, alors que, en 865, le doge de Venise, Ursus, fit don de douze grandes cloches à l'empereur Michael. Ces cloches ont été suspendues dans une tour près de la cathédrale Sainte-Sophie. Mais les cloches n'ont pas été généralisées chez les Byzantins.

En Russie, les cloches apparaissent presque simultanément avec la réception du christianisme par saint Vladimir (988 AD). Des planches de bois et de cerceaux de métal frappés par des marteaux ont également été utilisées et le sont encore, dans certains monastères. Mais assez étrangement, la Russie a reçu les cloches non de la Grèce d'où elle a reçu l'Orthodoxie, mais de l'Europe de l'Ouest. Le mot même de «kolokol" vient du mot allemand «Glocke». Le mot slave est "kampan" qui vient de la province romaine de la Campanie où la première des cloches, faites de bronze, ont été fondues. Au départ, les cloches étaient petites, et chaque église n’en avait que deux ou trois.

Au quinzième siècle, des usines spéciales pour la fonte des cloches sont apparues, où l’on fait des cloches de proportions énormes. Dans le clocher d'Ivan le Grand à Moscou, par exemple, se trouvent la cloche de "Chaque jour" pesant 36.626 livres, la cloche "reyute" pesant 72.000 livres, et la plus grande cloche, dite de la "Dormition", qui pèse environ 144000 livres.

La plus grosse cloche dans le monde à l'heure actuelle est la "Cloche Impératrice". Elle se dresse sur un piédestal en pierre à la base du clocher d'Ivan le Grand. Elle n’a pas d'égale dans le monde, non seulement au point de vue dimension et poids, mais également dans l'art de la fonte. La «Cloche Impératrice» a été coulée par les maîtres de Russie Ivan et Mikail Matorin, père et fils, en 1733-1735. Le matériel pour la " Cloche Impératrice " a été obtenu à partir d’une gigantesque cloche qui avait été endommagée dans un incendie. Cette cloche pèse 288000 livres et a été fondue par le maître artisan, Alexander Grigoriev, en 1654. Aux 288000 tonnes de métaux de base a été ajouté plus de 80000 livres d'alliage. Dans l'ensemble, le poids total de la "Cloche Impératrice 218 tonnes américaines. Le diamètre de la cloche est de 6 mètres, 60 centimètres, ou 21 pieds, 8 pouces.

Cet étonnant produit de fonderie n'a jamais été suspendu avec succès car il a été gravement endommagé dans un terrible et dévastateur incendie en 1737. Encore dans son moule sur un échafaudage en bois, on ne sait pas si, oui ou non, elle a jamais été suspendue à partir de cet échafaudage. Lorsque l'échafaudage en bois a pris feu, on a commencé à y jeter de l'eau. L'extrême variation de température a provoqué sur la cloche chauffée au rouge de nombreuses grandes et petites fissures, et un gros morceau, pesant 11,000 kg (11,5 tonnes), est même tombé de la cloche.

Après l'incendie, la "Cloche Impératrice est restée dans son moule pendant un siècle entier. En 1836, la cloche a été enlevée et placée sur un socle de pierre selon le projet de l'architecte A. Montferrand, le constructeur de la Cathédrale Saint Isaac, et de la Colonne Alexandre à Saint-Pétersbourg. Elle est maintenant sur ce socle avec le morceau tombé de la cloche déposé au pied du pylône. Tel est le sort de la plus grosse cloche dans le monde, la "Cloche Impératrice », qui n'a jamais été sonnée.

La plus grande cloche en service est la cloche de la "Dormition", située à Moscou, au clocher d'Ivan le Grand. Sa sonnerie donne le signal aux cloches de toutes les églises de Moscou pour commencer de sonner la nuit de Pâques. Ainsi, la population orthodoxe russe a aimé la sonnerie des cloches de d'église et a enrichi l'artisanat avec sa capacité d’innovation et son art.

La qualité qui distingue les cloches de Russie est leur sonorité et musicalité. Ceci est obtenu par différentes techniques:

* Une proportion exacte de bronze et d'étain, souvent ajouté d'argent, le bon alliage.
* La hauteur de la cloche et sa largeur, les justes proportions.
* L'épaisseur des parois de la cloche.
* La bonne suspension de la cloche.
* La composition correcte du battant et la façon dont il est accroché dans la cloche..

Russes appellent le battant, la langue. La cloche de Russie se distingue de la cloche de l'Europe occidentale en ce qu'elle est en position fixe, et c’est le battant qui se déplace et frappe le côté de la cloche, qui produit le son. Il est caractéristique que le peuple russe appelle la partie mobile de la cloche, la "langue" ce qui permet de concevoir la cloche comme un être vivant ayant une voix vivante et vibrante. Vraiment, de quel autre nom, si ce n’est un nom aussi parlant, pourrait-on appeler la cloche?

Les jours de grandes fêtes le son de la cloche nous rappelle la béatitude du Paradis. Les jours de fête des grands saints, elle nous rappelle l'éternel repos des habitants du Ciel. Pendant les jours de la semaine sainte, elle nous rappelle notre réconciliation avec Dieu par le Christ Sauveur. Les jours de la Semaine Lumineuse elle proclame la victoire de la vie sur la mort et l'éternelle joie sans fin de la vie future dans le Royaume du Christ.

Est-ce que ce n’est pas une bouche qui parle lorsque la cloche nous parle de chaque heure qui passe, et nous rappelle le passage du temps et de l'éternité où il n’y aurait plus de temps (Apoc. 10:6).

Annonçant la gloire du nom du Christ, jour et nuit, à partir de la hauteur d'une église de Dieu, le son des cloches nous rappelle les paroles du Seigneur, le Pantocrator, parlées l’intermédiaire du prophète Isaïe de l'Ancien Testament,: «Sur tes murs, Jérusalem, j’ai placé des gardes; Ils ne se tairont ni jour ni nuit. Vous qui la rappelez au souvenir de l’Eternel, Point de repos pour vous!»(Is. 62:6). Ce n'est pas par hasard que les païens, quand ils entendaient le son des cloches, disait souvent, "que c’était la voix du Dieu chrétien."

Le son d'une cloche d'église est quelque chose de solennel et d’exalté, et s’il ya plusieurs cloches en harmonie les unes avec les autres, alors on obtient une sonorité encore plus magnifique. Une simple volée de cloches agit sur nos sentiments et nos âmes et nous réveille de notre sommeil spirituel. Que de tonalités de chagrin, de découragement, et souvent d’irritation sont évoquées par les cloches d’église dans l'âme d'un apostat mauvais et impie. Ce sont des sentiments d'inconfort et de fatigue de l'âme qu’évoque le son de la cloche dans l'âme d'un pécheur impénitent. Mais dans l'âme des fidèles, qui cherchent la paix avec le Seigneur Dieu, l'église éveille une brillante, joyeuse et sereine disposition. Ainsi, une personne peut définir l'état de son âme par le biais du son des cloches.
La vie nous en fournit des exemples : ainsi, un homme, épuisé par l'amertume d’une vie de lutte, et tombé dans le découragement et le désespoir, prend la décision d’attenter à sa propre vie, mais il entend alors la cloche de l'église. Sur le point de commettre son suicide, il se met à trembler, est envahi par la peur, et involontairement, par le signe de la croix se garde lui-même. Cela lui rappelle le Père Céleste, et de nouvelles et bonnes sentiments s’installent dans son âme, et celui qui allait basculer dans la mort retourne à la vie. Ainsi, dans les battements d'une cloche d'église, est caché un merveilleux pouvoir, qui pénètre profondément dans l'âme de l'humanité.

Aimant le son de la cloche d'église, les orthodoxes l'associent à toutes leurs fêtes et événements douloureux. Par conséquent, le son du clocher orthodoxe sert non seulement à indiquer le temps des offices divins, mais également à exprimer la joie, la douleur et la fête."

(À suivre)

traduit par Maxime de l'article écrit par Vladyka Alexander (Mileant) 2001 Holy Trinity Orthodox Mission
466 Foothill Blvd, Box 397, La Canada, Ca 91011


1 commentaire:

Anonyme a dit…

Très intéressante histoire des cloches Russes.
Je ne connaissais pas l'intérêt et la maitrise des artisans Russes dans la fabrication des cloches, et j'ai été peinée de ce qui est arrivé à la cloche Impératrice.
Quel dommage qu'elle n'ai pas été refondue!
Merci de cet éclairage qui fera plaisir à beaucoup de passionnés.
Irina

Abonnement

abonnement par mail