jeudi 4 février 2021

Les voix d’outre-tombe de Microsoft


Par Dmitry Orlov – Le 22 janvier 2021 – Source Club Orlov

J’ai écrit dans mon livre de 2016, Shrinking the Technosphere :

« …[Un] mouvement va se développer pour virtualiser les gens dans leur intégralité, y compris leur tête, en les remplaçant par des simulations informatiques. Dans un premier temps, cela sera fait pour que vos proches restent apparemment en vie après leur décès, mais plus tard, les personnes en âge de procréer décideront qu’avoir des enfants virtuels et simulés est beaucoup moins gênant que d’en avoir des physiques, avec tous les frais que cela implique de leur donner des implants neuronaux et plus tard de faire amputer leur corps. Les personnes en âge avancé, craignant l’apparition de la démence, choisiront de faire numériser leur cerveau à l’avance pour éviter de se mettre dans l’embarras sur les médias sociaux.

» Et cela déclenchera la tendance finale et inexorable qui consistera à remplacer les êtres humains physiques par des simulations informatiques. D’ici là, la puissance de calcul aura progressé au point que les simulations ressembleront étrangement à l’original supposé, pouvant envoyer des textes tels que « Oh mon dieu ! » et « Mort de rire ! » et échanger des selfies de leurs visages de canards simulés devant des lieux touristiques simulés, tout comme le faisaient les originaux autrefois.

» Pour des raisons d’efficacité, les humains simulés ne fonctionneront que pour le bénéfice des quelques humains non simulés restants. Et lorsque le dernier humain restant sera remplacé par une simulation, il sera enfin possible d’éteindre le tout. La technosphère gagne ; la partie est terminée. »

Ce n’était qu’une expérience de pensée futuriste, de simulation d’horreur et d’anti-utopisme. Mais apparemment, ce n’est pas ainsi que lers gens de Microsoft l’a compris ; ils l’a pris comme un encoragement à agir dans ce sens... Pour preuve :

« Microsoft a obtenu un brevet qui lui permettrait de faire un “chatbot”, un robot logiciel de communication en ligne en utilisant les informations personnelles de personnes décédées.

» Le brevet décrit la création d’un robot basé sur “des images, des données vocales, des messages sur les médias sociaux, des messages électroniques” et d’autres informations personnelles. »

Le vieil adage disait : “Sur Internet, personne ne sait si vous êtes un chien”. Le nouveau nous dit ceci : “Sur Internet, personne ne sait si vous êtes un chatbot”. Et ce n’est plus une blague. Si vous ne trouvez pas ce développement incroyablement effrayant, alors expliquez-moi ce que vous entendez par le mot “effrayant” !

traduction du Sakerfrancophone

Aucun commentaire: