lundi 27 juillet 2020

Samaritains, scribes, pharisiens, saducéens et prophètes contemporains démasqués par P. Andrew

L'épidémie de coronavirus a, officiellement, infecté 0,02% de la population mondiale, dont 5%, officiellement, en sont décédés. Elle a maintenant fait autant de victimes que la grippe porcine en 2009-10. Selon les statistiques du gouvernement britannique, 85% des victimes ont plus de 70 ans, l'âge moyen des victimes au Royaume-Uni est de 84 ans, les plus de 90 ans ont 85% de chances de se rétablir et 96% des victimes ont de graves problèmes de santé sous-jacents. La vie de la plupart de ces victimes a été écourtée de plusieurs semaines, voire mois.

Cependant, le virus a également révélé qu'il y a ceux qui sont appelés chrétiens, y compris certains membres du clergé, qui ont en fait peur de la mort. Le scandale parmi les fidèles est naturellement énorme. De toute évidence, il y a ceux qui prétendent être chrétiens qui ne semblent pas l'être dans la réalité. Tout a été révélé.



Que dire de ces chrétiens faux ou faibles ? En vieillissant, je me suis rendu compte qu'il n'y avait en effet rien de nouveau sous le soleil. La nature humaine et les résultats de l'impureté spirituelle ne changent pas et nous pouvons classer ceux qui se disent chrétiens dans exactement les mêmes catégories que ceux que le Christ a rencontrés lorsqu'il vivait sur terre. À savoir :

Les Samaritains

Ce sont les masses nominales qui identifient la foi avec un lieu particulier, comme les Samaritains qui adoraient uniquement sur le mont Gerizim. Leur foi décide des événements car, avec leur humeur changeante dans un sens ou dans l'autre selon les élites, elle affecte toute l'histoire, comme nous l'avons vu en Russie en 1917. La bataille est de les incorporer à l’Église - notre foi ne dépend pas d'un lieu ou une nationalité. Nous devons les amener du côté du Christ en leur disant que «Dieu est esprit et que ceux qui l'adorent doivent l'adorer en esprit et en vérité» (Jn 4, 24).

Les Scribes

Ce sont les intellectuels et les rêveurs modernes, qui transforment la foi en une sorte d'opinion personnelle protestante d'une manière complètement désincarnée. Ils refuseront de baptiser des bébés tant que leurs parents et parrains n'auront pas été transformés en intellectuels comme eux. Ils aiment lire et écrire des livres dont les titres sont à peine compréhensibles. Cependant, ils méprisent les autres et se considèrent comme «très spirituels», bien au-dessus des masses populaires, qui pour elles ne sont que des paysans pas assez intelligents pour les comprendre. En fait, les scribes ne sont pas du tout spirituels, car ils vivent dans leur cerveau et leur imagination. Ils ne fournissent pas de nourriture spirituelle, mais seulement de la nourriture verbeuse et académique, de la nourriture pour le cerveau dans les clubs d'intellectuels. Malheur à eux.

Les Pharisiens
Ceux-ci font de la foi spirituellement vivante une simple religion institutionnelle, le bras manipulateur de l'État. Dans l'histoire, les pharisiens, des hommes riches qui vivaient luxueusement à côté du temple de Jérusalem, ont opéré un racket d'argent. Sinon, pourquoi le Christ a-t-il renversé les tables des changeurs de monnaie dans son temple? (Matthieu 21, 12). Les pharisiens collaboraient étroitement avec les oppresseurs romains, criant «Nous n'avons d'autre roi que César» (Jn 19, 15), car leur intérêt était d'être du côté de l'argent et du pouvoir où qu'ils soient. Aujourd'hui, les pharisiens représentent la tyrannie épiscopale des «princes de l'Église», le cléricalisme et ils aiment être proches de l'État, des ordres, des protocoles et de la conduite de voitures de luxe. Ils n'ont aucun amour pour le peuple, pour les fidèles, les prêtres de paroisse qu'ils persécutent et pour les moines. Ils détestent confesser (leur foi) et se mélanger au troupeau. Ils recherchent le soutien des masses nominales en affirmant uniquement leur identité ethnique, c'est-à-dire mondaine. Malheur à eux.

Les Saducéens

Les Saducéens ont rejeté la Résurrection, car c'était un miracle trop éloigné de leurs esprits étroits et incrédules. Ce sont les libéraux, les modernistes et les œcuménistes qui suivent la vague laïque, quelle qu'elle soit et où qu'elle aille. Ils sont `` engagés '', partisans des LGBT, ce sont les politiquement corrects qui suivent à la lettre les règles de santé et de sécurité et les recommandations sur le coronavirus, en les transformant en lois juridiquement contraignantes, ce qu'ils ne sont pas, se masquant et masquant les autres, les empêchant d'adorer le Christ. Ils ne peuvent avoir aucun principe parce qu'ils n'ont aucune croyance. Conformistes jusqu'au cœur, ils obéiront à tout ce que les impurs spirituellement leur diront de faire.

Les prophètes

Ce sont les fidèles, les Orthodoxes, qui vénèrent les saints de Dieu persécutés. Ils ne sont peut-être pas des prophètes en tant que tels, mais ils sont imprégnés de l'esprit de prophétie, le Saint-Esprit. Ce sont les vivants spirituellement, les vrais Orthodoxes, les piliers de l'Église, qui vivent la foi malgré l'oppression des évêques et des faux pasteurs, qui sont les scribes, les pharisiens et les saducéens. Les prophètes passent leur temps à lutter pour maintenir la foi et incorporer à l'Église les masses samaritaines. Nous sommes responsables et ne cherchons pas la mort, mais nous ne la craignons certainement pas, car le Christ l'a vaincue il y a longtemps et toutes les machinations des Scribes, des Pharisiens et des Saducéens.
P. Andrew Phillips

(version française par Maxime de la source)

Aucun commentaire: