dimanche 21 janvier 2018

DIEU RECONNAÎTRA LES SIENS …

…et les hommes iniques finissent également par reconnaître les élus de Dieu, certes avec quelque regrettable retard cependant…

L’histoire de l’Église regorge d’injustices et de scandales et la liste est longue certes…

Çà et là des laïcs chassent voire persécutent leur prêtre, ou bien des prêtres imposent leur scandaleuse conduite pécheresse à leurs fidèles… d’ambitieux comploteurs laïcs soutenus par leur hiérarque carriériste manigancent, font de faux témoignages et élaborent des dossiers iniques pour parvenir à chasser un évêque qui n’est tout simplement pas de leur goût… De faux prophètes, entraînent à leur perte de naïfs dévots aveuglés par de faux mérites… Des laïcs animés par le moindre appât du gain détournent à leur profit des biens de l’Église… Des prêtres confondant les biens de l’Église, obtenus par la générosité des fidèles avec leurs dons, s’arrogent le droit d’en disposer à leur guise et le dilapident selon leur fantaisie… Des hiérarques et des prêtres apostats imposent leurs fausses doctrines à leur troupeau et les menacent d’excommunication si elles ne se rangent pas docilement à leur hérésie… De faux starets tyrannisent voire torturent psychiquement leurs disciples en toute impunité, profitant du prestige de leur habit (qui ne fait pourtant pas forcément le moine) … Des illuminés nageant dans l’illusion spirituelle entraînent des naïfs dans la noyade spirituelle… etc.

Mais la vérité finit, tôt ou tard par se savoir et même l’histoire de l’Église inscrit régulièrement tout au long des siècles, dans ses synaxaires et ses calendriers de fêtes, une liste innombrable de saints martyrs, de saints confesseurs, de saints thaumaturges, qui ont eu à subir l’absence de discernement, la jalousie, l’injustice voire la persécution et la cruauté de leurs contemporains, prétendus « frères « ou « pères » mais leur patience, c’est à dire leur constance à supporter l’épreuve et la souffrance connues seulement de quelques pieux fidèles, a fini par être reconnue de tous, même de ces hiérarques plus gestionnaires, administrateurs ou diplomates que pasteurs spirituels, si bien que le peuple a pu plus tard, sans retenue, célébrer leur mémoire, leur écrire des acathistes, et solliciter par leurs bénéfiques prières leur aide auprès de Dieu…



St Maxime, parmi bien d'autres, a été de ceux-là, lui que renia, exclut et condamna l'immense majorité des hiérarques et gens de pouvoir dans tout un empire, à qui on a eu la cruauté ( qui n'eut rien à envier à celle des djihadistes…) de couper la langue et la main pour le réduire au silence.
Cependant cette barbarie a été vaine, car nous avons l'incommensurable bonheur d'avoir ,plusieurs siècles après son martyre, une considérable somme d'écrits inestimables qui, désormais reconnus par tous, font partie des fondements mêmes de la théologie  orthodoxe.

St Maxime Le Confesseur, à la foi indomptable et sans concessions,  prie Dieu pour nous !
Maxime Martinez

1 commentaire:

Laurence Guillon a dit…

Bonne fête, Maxime. Il est bon de rappeler ce genre de choses quand certains ne voient dans l'Eglise que ses mauvais éléments, ceux qui sont ses pires ennemis parce qu'ils la trahissent.