dimanche 2 janvier 2022

MEILLEURS VŒUX POUR UNE NOUVELLE ANNÉE SANS STRESS ET SANS PEUR

 sur le site lilianeheldkhawam.com

Vaincre la peur, un objectif réaliste pour 2022

6-7 minutes




https://therapeuteboulognebillancourt.fr/peur-paralysante-therapie/


Je souhaiterais vous transmettre mes voeux les plus chaleureux pour cette nouvelle année 2022. En réfléchissant à notre contexte très bizarre, je me suis dit que je voulais insister sur un thème en particulier. 


Comme le stress affaiblit notre organisme, et qu’en en ces temps de variants divers et variés, notre plus grand allié reste notre système immunitaire, j’ai souhaité ouvrir une parenthèse sur le thème de réduire peurs et stress en reprenant le contrôle de notre vie.


Repérer, puis en cas de besoin vaincre, les excès de peur et d’angoisse, ainsi que le stress que ceux-ci génèrent est devenu indispensable par ces temps d’agression virale promise.

Pour renforcer mon propos, voici une étude de l’INSERM qui me semble utile à connaître par tout un chacun. L’hypothèse de travail des auteurs est la suivante: « Depuis plusieurs années, la communauté scientifique s’intéresse aux effets du stress psychologique sur la santé. Des études ont notamment montré qu’en cas d’infection, le stress est associé à une efficacité réduite du système de défense immunitaire. »

Et cette hypothèse a été confirmée…

« Nous avons confirmé expérimentalement que les hormones du stress qui se lient aux récepteurs β2-adrénergiques réduisent la réponse immunitaire et que cela passe par une diminution de la production de certaines cytokines inflammatoires, requises pour l’élimination des virus, 

Sophie Ugolini, directrice de recherche Inserm au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy – https://presse.inserm.fr/quand-le-stress-affaiblit-les-defenses-immunitaires/38527/

Par conséquent, plus vous stressez et moins votre système immunitaire fonctionne correctement. Et cela est valable dans tous les cas, vacciné ou pas, déjà immunisé contre le Covid ou pas. 

Or, aux virus invisibles s’ajoutent un redoutable réseau politico-médiatique anxiogène. Et certains médias manquent rarement l’occasion d’illustrer les messages par des vidéos passées en boucles, et autres images, de services de réanimation. Avez-vous remarqué la chose? Tout ce visuel illustrant des drames entretient consciemment ET inconsciemment peur, angoisse, et stress. Autant de sources de pollution psychique, avec une incidence physique considérable.

Quel impact sur chacun de nous, et sur ceux qui nous entourent? 


Il est indispensable de quitter la machine informationnelle afin de cesser d’être objet et de redevenir sujet.





Beaucoup d’infos que nous recevons sont partielles ou partiales. Elles peuvent être fausses, propagandistes et/ou manipulatoires. Éteindre les écrans, et de manière générale sortir le plus possible de la vie numérique pour retrouver la vraie vie, profiter du grand air, se cocooner avec sa famille et ses amis, réaliser des activités créatives, lire de vrais livres, se relaxer, etc., ou simplement dormir, est un énorme premier pas pour reprendre en mains le contrôle de sa vie. Ce pas est gratuit, fortifie, et bénéficie aussi aux personnes qui nous sont chères.


Cela ne signifie pas de renoncer à l’information. Au contraire. Mieux comprendre les dysfonctionnements de l’environnement et les changements qui vous sont imposés au quotidien (confinement, distanciation sociale, télétravail, etc.) permet de clarifier le contexte dans lequel subitement nous avons été propulsés.


S’informer oui, mais en prenant le contrôle de la quantité et de la qualité de l’information. Trop d’informations tue l’information. En plus, c’est épuisant. C’est donc à vous de décider du moment, et de la durée que vous allez consacrer au thème que vous aurez choisi. Trier, choisir, renoncer, ou partager sont autant de verbes qui font de vous des acteurs qui disent NON à une société qui se déshumanise à la vitesse grand V.


Un autre aspect me semble par ces temps source d’un énorme stress. Nous devons faire face à un nombre croissant de sources de blocage de la vie professionnelle. Que faire? Oser repenser sa vie professionnelle. Il ne faut pas craindre l’exercice. Au contraire. Toutefois, il est conseillé de ne pas le faire de manière spontanée et intempestive. Prendre le temps d’y penser, ou d’en parler avec des personnes de confiance. On m’a rapporté l’histoire vraie d’un cardiologue réputé qui a pris la décision de tout arrêter et de changer de vie. Il compte se retirer dans une région peu accessible. Il refuse de négocier ses valeurs personnelles contre de nouvelles exigences qui le heurtent au plus profond de lui. Pareil pour un jeune avocat parisien qui a pris l’option de se retirer à la campagne…


Et si vous faites partie des heureux qui ont un travail gratifiant dans lequel vous vous réalisez, eh bien célébrez la chose. Repérez et appuyez-vous sur les forces qui vous portent, qu’elles soient professionnelles ou pas…


Il existe encore bien d’autres astuces pour ne pas courber l’échine face aux circonstances. Toutefois je ne retiendrai qu’un antidote avant de vous quitter. Par les temps qui courent, le trésor est de renforcer et de développer un réseau réel (pas virtuel donc) de proximité constitué de personnes aimantes et aimées. Tisser des liens sociaux forts est indispensable pour contrebalancer les agressions générées par des changements non désirés. Plus vous serez entouré et plus vous entourerez des personnes et mieux vous accuserez le choc imposé au nom des virus.


Avoir le moyen de pouvoir continuer de vous exprimer et d’extérioriser vos sentiments/émotions dans un environnement bienveillant fondé sur des relations humaines sincères et réelles est un antidote au trio peur-angoisse-stress.


Je crois que nous sommes capables de continuer d’aller de l’avant et de nous améliorer même si un certain nombre d’indicateurs sont au rouge. Nous pouvons continuer de construire de belles choses et la vie ne manquera pas de nous réserver de belles surprises en retour.

LHK


Suppléments


https://blog.cognifit.com/fr/vaincre-la-peur-20-conseils/




1 commentaire:

Anonyme a dit…


strategika.fr
Le CDC admet que la « pandémie de Covid » était le produit d’un test inapproprié -

Source : reseauinternational.net – 28 décembre 2022 – Paul Craig Roberts

Discrètement, sans l’attention des médias, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont retiré le processus PCR comme test valide pour la détection et l’identification du SRAS-CoV-2.

« Après le 31 décembre 2021, les CDC (Centers for Disease Control and Prevention
cdc.gov) retireront la demande d’autorisation d’utilisation d’urgence auprès de la Food and Drug Administration (FDA) des CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) Real-Time RT-PCR Diagnostic Panel, le test introduit pour la première fois en février 2020 pour la détection du SRAS-CoV-2 uniquement ».

Les CDC admettent que le test PCR ne peut pas différencier le SRAS-CoV-2 des virus de la grippe.
les « autorités sanitaires » sont parvenues à cette décision, mais’elles retardent sa mise en œuvre jusqu’à la fin de 2021. Elles avaient besoin de ce faux test pour entretenir la peur afin d’obtenir le plus de vaccinations, et donc de profits, possible.

Abonnement

abonnement par mail