Sélection du message

Schismatiques ukrainiens, la réalité : "Patriarcat de Kiev", Église orthodoxe "autocéphale ukrainienne", Église gréco-catholique d'Ukraine et consorts …

" Ces hommes-là sont de faux apôtres , des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres du Christ. Et cela n'est pas étonnant, ...

vendredi 29 juin 2018

Les chroniques russes d'une Française

Ne manquez pas de lire les Chroniques de Pereslav rédigées par Laurence la Française "venue en Russie pour retrouver ses racines spirituelles"… (sic)
Vous saurez tout sur ce qui se passe vraiment dans la Russie contemporaine post (et encore "un peu") soviétique et en voie de récupération de son patrimoine religieux qui nous est, à nous orthodoxes-pièces rapportées, cher, voire vital.



Voici un extrait de son dernier message sur son Blog :
 […] Avec le passeport technique, nous devions aller à un autre endroit de la ville, conclure un contrat. Panique de la fonctionnaire de service: "Oh mais qu'est-ce que cela? Un passeport étranger? Vous êtes quoi? FRANCAISE? Mais qu'est-ce qui a bien pu vous amener ici?"

Passé ce moment d'angoisse, elle nous a fait cela aimablement, et nous a envoyées subir une "instruction", c'est-à-dire regarder un petit film sur les dangers du gaz, auprès d'un jeune homme blond typiquement russe, très touchant: "Dites-moi, je suis curieux, mais qu'est-ce qui peut amener une Française ici, alors que la plupart des gens veulent aller en France? Ici, c'est mieux?

- Eh bien, par certains côtés c'est mieux, et par d'autres c'est pire, mais d'abord, j'ai vécu 16 ans à Moscou, j'ai des liens amicaux, culturels, spirituels. Je ne dis pas que je n'ai pas parfois le mal du pays, mais quand j'étais là bas, la Russie me manquait. Et puis, ayant vécu 16 ans ici, je supportais mal d'entendre et de lire des mensonges russophobes partout dans les médias, je trouvais cela injuste et révoltant. Par dessus le marché, les gens qui croyaient les conneries sur la Russie, ne voyaient pas qu'on était en train de détruire leur propre pays, et moi je le voyais sans pouvoir faire grand chose. Alors psychologiquement, je me sens mieux ici."

Il m'a regardée avec gravité: "Je vous comprends..."