mardi 2 janvier 2018

sur le Blog de CLAUDE une homélie de P. John Whiteford essentielle

Voici un texte traduit par Claude qui fait le point sur l'union des églises de manière incontournable avec lequel je m'accorde entièrement. Puisse-t-il être lu et compris par le plus grand nombre :

Père John Whiteford de l'église St. Jonas de Spring (Texas) : Véritable et Fausse unité



[...] et tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi; et je suis glorifié en eux. 11Je ne suis plus dans le monde, et ils sont dans le monde, et je vais à toi. Père saint, garde en ton nom ceux que tu m'as donnés, afin qu'ils soient un comme nous. Jean 17:11 * 

Dans la lecture de l'Évangile que nous venons d'entendre, le Christ a prié: " Père Saint, garde par Ton Nom ceux que tu m'as donnés, afin qu'ils soient un, comme nous sommes Un." (Jean 17:11) 

Que signifie, que les chrétiens soient "un", et pour quelle raison exactement le Christ pria-t-il ainsi? Les Pères nous disent que cela fait référence à l'unité de l'esprit et à l'union des objectifs, et au lien d'amour mutuel que nous, en tant que croyants, devons avoir, et qui inclut une unité dans la communion. En d'autres termes, nous partageons le même sacrement, nous partageons la même foi, nous partageons les mêmes objectifs. Maintenant, dans la mesure où nous faisons vraiment partie de l'Église, nous partageons cette réalité, et dans la mesure où nous ne la partageons pas, nous n'en faisons pas partie. Maintenant, vous pourriez vous demander, qu'entendez-vous par là? Alors, laissez-moi vous le dire. 

Nous sommes tous membres de l'Église si nous avons été baptisés dans l'Église - et si nous avons été reçus par Chrismation dans le cas des convertis - alors, si nous venons à l'église tous les dimanches, ou si nous ne venons jamais à l'église, tant que nous n'avons pas formellement renoncé à la foi et été excommuniés par l'Église, nous sommes membres de l'Église dans un certain sens. 

 Mais nous nous séparons de l'Église dans un autre sens lorsque nous péchons, lorsque nous ne parvenons pas à vivre selon ce que signifie être chrétien et que nous ne nous repentons pas. Et c'est la raison pour laquelle, quand vous allez à la confession et que le prêtre dit la prière d'absolution, il prie pour que Dieu vous réconcilie et vous unisse à votre Sainte Eglise par Jésus Christ notre Seigneur. Lorsque vous péchez, vous devez être réconciliés avec l'Église. Maintenant, quand nous nous repentons avant de nous confesser au prêtre, nous sommes déjà réconciliés avec le Christ dans un sens, mais nous devons encore faire ce que l'Écriture dit, nous montrer au prêtre afin qu'il puisse examiner nos blessures spirituelles et nous déclarer guéris.

 Ainsi, nous pouvons être formellement membres de l'Église, mais savoir si nous sommes réellement réunis à l'Église ou non est une autre question, à savoir si nous sommes réunis à cette Église dans le sens le plus complet du terme. 

 L'Église est le corps du Christ, et le Christ est le Chef [La Tête] de l'Église, et il est donc impossible que l'Église puisse être autre chose qu'Une. La seule question est de savoir si nous participons ou non à cette unité et c'est ce pourquoi le Christ prie, pour que nous participions tous à cette unité. 

Maintenant, je vais dire un certain nombre de choses que certaines personnes pourraient trouver offensantes, et je veux commencer mes commentaires en disant simplement que j'espère que vous ne serez pas offensés, et que vous écouterez tout ce que j'ai dire. Mais en tant que prêtre, comme l'a dit saint Paul dans la lecture que nous venons d'entendre dans le livre des Actes, je veux pouvoir dire au Jour du Jugement que je suis innocent du sang de tous les hommes, car je n'ai pas manqué, par crainte de vous annoncer tout l'esprit de guidance de Dieu. 

La semaine dernière, il y a eu beaucoup de choses dans les médias laïques, et encore plus dans les médias orthodoxes que vous avez probablement vus sur Internet, à propos de la rencontre entre le patriarche Bartholomée et le pape François. Cette réunion a été convoquée pour célébrer le fait que, il y a plus de cinquante ans, le patriarche Athénagoras a rencontré le pape Paul VI à Jérusalem, et peu de temps après, ils ont tous deux prononcé la levée des anathèmes. 

 Or, lorsqu'ils ont dit cela, ils se référaient en fait aux anathèmes échangés en 1054 entre le pape et le patriarche de Constantinople de l'époque. Cependant, la plupart des gens qui ne prêtaient pas beaucoup d'attention ont compris que c'était une levée des anathèmes dans lesquels l'Église orthodoxe avait déclaré que le catholicisme romain était une hérésie sur un certain nombre de points, et était séparée de l’Église. 

Je ne peux pas vous dire combien de fois j'ai rencontré des catholiques romains qui étaient confus sur ce point, et quand je leur expliquais que l'Église orthodoxe n'est pas en communion avec Rome, ils étaient tout à fait convaincus que j'étais simplement mal informé et que je me trompais parce qu'ils pensaient que cette levée des anathèmes, il y a cinquante ans, avait uni les deux églises. 

 En fait, leur église leur dit qu'ils peuvent communier dans l'Église orthodoxe. Nous ne disons pas qu'ils le peuvent, mais c'est ce que leurs propres évêques leur disent qu'ils peuvent faire. Je ne peux donc pas participer à la célébration de ce cinquantième anniversaire de ce qui était vraiment un chapitre honteux de l'histoire de l'Église orthodoxe, et auquel de nombreux évêques se sont opposés à l'époque, y compris notre propre Premier hiérarque de l'Église russe à l'étranger. 

 Cela n'entraînait pas l'unité, mais plutôt la confusion chez les nôtres, la confusion chez les autres, et la division. Le genre d'unité dont Christ a parlé n'est pas une unité externe que nous pouvons simplement imposer en disant que nous sommes Un. 

 Nous pourrions tous nous joindre à un club de football, ou nous pourrions tous aller au match de baseball et être enracinés dans la ferveur pour la même équipe, mais nous n'aurions pas le genre d'esprit d'unité dont parle le Christ. Et nous pouvons simplement ignorer le fait que nous ne croyons pas la même chose que l'église catholique romaine et dire que nous sommes unis, mais cela n’y fait rien, car avant que nous puissions être unis dans la communion, avant que nous puissions être unis dans la prière, nous devons être unis dans l'unité de l'esprit. 

Je pourrais passer beaucoup de temps à parler des héritages de l'Église catholique romaine qui se sont accumulés au cours des quelques mille ans qui se sont écoulés depuis que nos deux églises se sont séparées, mais je n'en mentionnerai que deux.

Le plus célèbre, bien sûr, est cet ajout au Credo, le filioque qui signifie en latin et du fils. Et parce que la plupart d'entre nous ne prêtons pas autant d'attention à la théologie orthodoxe que les gens l'ont fait dans le passé, la plupart d'entre nous, quand nous entendons parler de cela, pensons que ce n'est pas si grave. Eh bien, d'une part, le Christ a dit que l'Esprit Saint procède du Père [*]. Il dit cela dans l'Évangile de Jean. Ainsi, lorsque les Pères des Premier et Deuxième Conciles Œcuméniques ont composé le Credo, ils « ont collé » le plus étroitement possible aux paroles mêmes de l'Ecriture, et ainsi le Credo dit que l'Esprit Saint procède du Père. L'église catholique romaine (elle a commencé à le faire en Espagne et cela s'est progressivement étendu) a ajouté le mot en latin, filioque qui signifie et du fils afin que l'Esprit Saint procède du Père et du Fils. 

Maintenant, les historiens disent que c'est probablement avec de bonnes intentions. Ils combattaient les Ariens qui niaient qui était le Christ, et ils voulaient donc souligner qu'il était vraiment égal à Dieu avec le Père et le Saint-Esprit. Mais par le fait qu'ils ont déformé les paroles du Credo, ils ont également eu pour effet de déformer la compréhension de qui était le Saint-Esprit, et de faire de Lui quelque chose de moins que le Père et le Fils parce que le Saint-Esprit procède ainsi des deux, alors que de compréhension orthodoxe traditionnelle, nous disons que le Père est sans commencement et que le Fils est éternellement engendré du Père, et que l'Esprit Saint procède du Père. 

 Et nous n'allons pas au-delà de ces paroles dans les détails parce que ce sont les paroles des Écritures. Exactement ce que cela signifie de procéder éternellement ou d'être engendré éternellement, nous ne pouvons pas le dire avec précision, mais nous savons qu'il n'y a jamais eu de temps où le Fils n'était pas, et il n'y a jamais eu de temps où le Saint-Esprit n'était pas. Mais lorsque vous changez le fait que Dieu le Père est la source de la divinité, et que le Père et le Fils sont maintenant la source du Saint-Esprit, cela a pour effet de diminuer le Saint-Esprit. 

Maintenant, bien sûr, les catholiques romains nieraient que c'est le cas, mais le problème est que cette compréhension du Saint-Esprit est ce qui a effectivement conduit au papisme, qui est le problème plus pratique que nous avons avec l'Église catholique romaine, qui est l'idée que le pape est le chef universel de l'Église. C'est parce qu'ils n'ont pas vraiment compris qui est l'Esprit Saint, qu'ils ressentent le besoin d'avoir sur la terre un être humain qui est le vicaire du Christ et le chef de l'église visible. 

 C'est pourquoi, dans l'office de réception des convertis, y compris des convertis du catholicisme romain, une des choses que nous leur demandons d'affirmer après leur avoir demandé de renoncer à un certain nombre d'hérésies, nous disons: "Est-ce que tu crois et confesses (que) la Fondation, le Chef et Grand Souverain Sacrificateur et Pasteur Principal de la Sainte Eglise Orthodoxe Catholique est notre Seigneur Jésus Christ, et que les Evêques, Pasteurs et Enseignants sont nommés par Lui pour diriger l'Eglise, et que le Guide et Pilote de cette L'église est le Saint-Esprit? "Et la personne doit approuver cette déclaration. 

Saint Grégoire le Grand, qui était pape de Rome et un de nos Pères parmi les saints, eut une série d'échanges très intéressants avec différents évêques dont le patriarche de Constantinople parce que Constantinople était la tête ou la capitale de l'empire. Ainsi, l'Empire romain d'Orient se considérait comme l'écoumène ou l'Empire universel. Et ainsi, parce qu'il était l'évêque de la capitale, il avait reçu le titre de Patriarche œcuménique. Mais quand cela a été traduit en latin, cela a été traduit en Patriarche Universel, et ce que Saint Grégoire pensait être revendiqué par ce titre était qu'il était en quelque sorte le chef de l'Église entière, qu'il avait autorité ou une sorte de juridiction sur tout le monde. Et si vous lisez ses lettres et ses déclarations, il est très difficile de comprendre comment quelqu'un pourrait prétendre qu'il croyait en quelque chose approchant la compréhension actuelle de la papauté parce que, entre autres, il disait: Quiconque se qualifierait d'évêque universel est le précurseur de l'antéchrist parce qu'il s’est élevé par orgueil. 

Maintenant, il y a eu un certain nombre de tentatives de la part de l'église catholique romaine pour essayer de ramener l'Eglise Orthodoxe, à ce qu'elle considérait être, son bercail, et il y eut deux épîtres que nos patriarches écrivirent au XIXe siècle. L'une a été écrite en 1895 et était en réponse au pape Léon XIII, et après avoir reconnu que tous les chrétiens orthodoxes aimeraient vraiment voir l’église catholique unie avec l'Église orthodoxe, ils dirent: 

"... notre Église orthodoxe du Christ est toujours prête à accepter toute proposition d'union si seulement l'évêque de Rome se débarrassait une fois pour toutes de toute cette série de nouveautés anti évangéliques nombreuses et variées qui ont été 'introduites en secret' dans son Eglise, et s'il révoquait la triste division des Eglises d'Orient et d'Occident, et revenait à la base des Sept Saints Conciles Œcuméniques qui avaient assemblé par l'Esprit Saint, des représentants de toutes les saintes Eglises de Dieu pour la détermination du bon enseignement de la foi contre les hérétiques. Et cela, tant par ses écrits que par ses lettres encycliques, l'Église orthodoxe n'a jamais cessé de signifier à l'Église pontificale après avoir exposé clairement et explicitement cela, que tant que cette dernière persévère dans ses innovations et que l'Église orthodoxe adhère au divines et apostoliques traditions du christianisme, au cours desquelles les Eglises occidentales étaient du même avis et unies aux Eglises d'Orient et d'Occident, il est totalement vain de parler d'union. 

Maintenant, tout cela ne veut pas dire que nous croyons que tous les catholiques romains iront en enfer. Beaucoup d'entre vous ont peut-être des membres de leur famille catholiques romains, ou connaissent des gens qui sont des personnes très dévotes et très pieuses. Et l'Église orthodoxe n'a pas d'enseignement officiel sur le destin éternel de ceux qui sont en dehors de l'Église, mais de nombreux saints ont commenté cela, et ils disent essentiellement que Dieu jugera tout le monde selon la vie qui leur a été donnée, que Dieu est miséricordieux. Et je peux dire, ayant été élevé protestant, que j'ai connu beaucoup de protestants qui n'ont pas d'ossature liturgique dans leur corps et seraient très éloignés de tout ce qui pourrait être considéré comme traditionnel, mais qui sont des personnes très dévotes et très pieuses. 

En fait, quand j'étais enfant, ma mère me lisait, ainsi qu'à mes frères, un texte à propos d'une famille de missionnaires qui se rendit au Swaziland, en Afrique. C’étaient les premiers missionnaires chrétiens à aller dans ce pays. Et quand j'étudiais pour être ministre nazaréen, j'eus l'occasion de rencontrer le gars qui a écrit ce livre, qui était le fils de ce premier missionnaire, il s'appelait Elmer Schmelzenbach. Et je n'ai jamais rencontré de ma vie un homme plus humble ou plus sincèrement dévoué au Christ. Quand il parlait de sa foi, quand il parlait de ses expériences avec le Christ, il n'y avait aucun doute dans mon esprit sur le fait qu'il aimait Dieu. 

Mais en tant que chrétien orthodoxe, je ne vais pas essayer de dire que, d'une manière ou d'une autre, l'église Nazaréenne et l'Église orthodoxe font vraiment partie de la même église parce que ce serait un non-sens historique et contraire aux Traditions de l'Église. Et je ne peux pas dire qu'il était membre de l'Église dans cette vie parce qu'il ne l'était manifestement pas, mais je crois personnellement qu'il est au Ciel en ce moment, et si j'ai raison, il est membre de l'Église orthodoxe maintenant et il a été corrigé de ses erreurs, et innocemment, il ne connaissait rien de mieux, parce que personne ne lui avait jamais enseigné la foi orthodoxe. 

Et je pense que la même chose s'appliquerait à n'importe qui d'autre, qu'ils soient catholiques romains ou même juifs ou musulmans. S'ils suivent vraiment la vie qui leur a été donnée et qu'ils ne connaissent rien de mieux mais qu'ils font tout ce que Dieu leur a montré de faire et qu'ils sont sincères dans leur amour pour Dieu, nous laissons cela entre les mains de Dieu. Je ne fais aucune déclaration officielle, mais je crois que Dieu est miséricordieux, et ce n'est pas à nous de dire que quelqu'un va en enfer. 

Nous ne parlons que de ceux qui sont au sein de l'Église, et même alors nous hésitons beaucoup à parler de la destinée éternelle de qui que ce soit, et très rarement l'Église a fait des déclarations sur les hérétiques les plus flagrants. 

 En outre, je dirais que tout ce discours sur l'union déroute les gens, et cela suscite aussi les espoirs des gens. Cela donne aux gens de fausses impressions, et personnellement, je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de chances que nous voyions le genre d'union dont ils parlent pour deux raisons.

 Premièrement, si vous considérez l'église catholique romaine, si nous parlions de l'église catholique romaine il y a septante ou huitante ans, ce serait une image différente. Mais depuis Vatican II, l'église catholique romaine s'est fragmentée dans sa pensée, et vous avez des catholiques romains extrêmement libéraux et vous avez des catholiques romains très traditionalistes, et vous avez tout entre les deux. Et il n'y a qu'une seule chose qui unit tous ces gens dans cette église et c'est le pape. Et pour qu'il y ait une véritable union entre Rome et l'Église orthodoxe, au plus bas niveau, le pape devrait reconnaître que toute l'idée de la suprématie papale était une fausse doctrine et renoncer à cette autorité. 

Et s'il faisait cela, ce serait comme ce qui s'est passé en Russie après l'abdication du tsar. La Russie a été tenue unie par tous ces serments de loyauté que tous ces différents groupes ethniques et les différents aristocrates avaient faits au Tsar en tant que personne. Et "quand on a sorti le tsar de la photo", la Russie s'est fragmentée en tous ces morceaux parce qu'ils n'avaient pas la seule chose qui les maintenait tous ensemble. Et quand je dis la Russie, je veux dire aussi les autres parties de ce qui s'est séparé de la Russie comme les Etats baltes, etc. 

Et donc, je ne pense pas que l'église catholique romaine puisse supporter le genre de changements dont elle aurait besoin pour que l'union soit possible. 

 Et je dirais aussi que l'union avec le catholicisme romain dans sa forme actuelle, ce que nous voyons maintenant, n'est pas quelque chose qui serait souhaitable pour nous, loin s’en faut, même si, sur le papier, ils approuvaient théologiquement les choses auxquelles nous voulons qu’ils consentent. Parce que quand on regarde le culte en usage dans l'église catholique romaine, même en présence du Pape lui-même, ils se sont tellement éloignés de leur propre tradition qu'il est ahurissant que cela ait pu se produire dans la durée de vie d’un seul homme. 

J'ai eu des catholiques romains qui m'ont posé la question, que pensez-vous qu'il faudrait pour que l'Eglise orthodoxe et l'église catholique soient réunies? Et ma réponse à eux est que la première chose qu'ils devraient faire est de retrouver leur propre tradition parce que seulement alors nous aurions quelque chose pour discuter. Je pense que nous avions quelque chose à discuter avec les catholiques romains il y a soixante ou septante ans. Je ne pense pas que nous ayons autant à discuter avec eux aujourd'hui. 

Bien que ce dont nous pouvons leur parler et ce dont l'Eglise russe leur parle, ce sont des choses sur lesquelles nous pouvons nous entendre, par exemple, l'opposition à l'avortement et d'autres types de maux de la société pour lesquelles nous sommes sur la même ligne. 

 Je peux aussi vous dire que certains des meilleurs catholiques romains que j'ai rencontrés, je les ai rencontrés à un piquet de grève devant une clinique d'avortement, et ce sont des choses avec lesquelles je suis d'accord. Et quand ce genre de personnes se réunissent pour un but commun, vous pouvez avoir de vrais échanges sur ce qui nous sépare, et vous pourriez avoir des gens qui se joignent à nous. 

Mais je pense que la façon la plus probable de voir les catholiques romains s'unir à l'Église orthodoxe est au niveau individuel et non au niveau de l'église. Maintenant, qui sait... je veux dire que Dieu peut faire un miracle et je ne peux pas dire qu'il est impossible qu'une telle chose arrive. Je ne crois tout simplement pas qu'il est probable, et je ne pense surtout pas, dans le contexte actuel dans lequel nous vivons, qu'il est utile pour nous que les évêques, les membres du clergé et les laïcs courent comme si l'union était imminente, quand rien n’est plus éloigné de la vérité. 

Nous devons être sur nos gardes, comme l'une des premières épîtres en réponse à un appel papal à nous pour l'union en 1848, l’a dit: Le protecteur de la piété est le corps même de l'Église, id est le peuple [de Dieu] lui-même

Si davantage de chrétiens orthodoxes prenaient cette responsabilité au sérieux et en venaient pleinement à comprendre leur foi en entrant pleinement dans la vie de l'Église, ils seraient mieux à même d'assumer cette responsabilité et l'Église serait alors beaucoup plus forte. Et la véritable unité de l'Église à l'intérieur prévaudrait tellement dans le monde orthodoxe que le genre de tentations que l'on voit avec les gens dire toutes ces choses qui sont source de confusion pour le peuple prendrait fin. 

Et je pense également que si nous avions ce genre de force, peut-être qu’en voyant cette force et cette unité d'esprit parmi nous, membres de l'Église orthodoxe, nous pourrions voir plus de catholiques romains arriver à connaître cette unité en entrant également dans l’Église orthodoxe.

 Version française Claude Lopez-Ginisty d'après ANCIENT FAITH 

Note: [*] Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi; (Jean 15:26) Version Louis Segond

Aucun commentaire: